Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Andrzej Wajda (1926-2016)
Andrzej Wajda (1926-2016)

Un extraordinaire artiste vulgarisateur de l’histoire



Né d’un père militaire de carrière et d’une mère institutrice, Andrzej Wajda n’a que treize ans lorsque la seconde guerre mondiale éclate. Son père est tué au combat dès septembre 1939 et le jeune Andrzej est contraint de se mettre au travail pour subvenir aux besoins de sa famille. Il est tonnelier, serrurier, restaurateur de fresques... En 1942, il devient résistant et s’oppose au communisme. À la fin de ses études classiques en 1946, il s’inscrit aux Beaux-arts de Cracovie où il fonde, avec le peintre Andrzej Wroblewki, le Groupe des autodictactes, un mouvement influencé par le néoréalisme. Il étudie ensuite le cinéma, à l’université de Lodz d’où il sort diplômé en 1952.

Cendres et diamant (1958)

Génération, son premier long-métrage, est réalisé deux ans plus tard. Pour Roman Polanski, qui joua un petit rôle dans le film, "tout le cinéma polonais est parti de là". Wajda enchaîne avec Ils aimaient la vie, qui évoque l’insurrection de Varsovie de 1945. Le film fait sensation à Cannes (Prix spécial du Jury) où il est présenté en 1957. Son troisième long-métrage, Cendres et Diamant lui vaut une consécration internationale après sa présentation au XXe festival de Venise en 1959. À travers ces trois films, Wajda illustre l’Histoire polonaise et la guerre telle qu’il l’a connue. Son cinéma bouscule les tabous de l’époque : l’inaction soviétique lors de l’insurrection de Varsovie (Ils aimaient la vie), l’antisémitisme polonais (Samson, 1961), le divorce qui se creuse alors entre les générations (L’Amour à 20 ans, 1962).

Acteur majeur du cinéma polonais des années 60, Zbigniew Cybulski meurt accidentellement en 1967 : Wajda, qui avait tourné trois films avec lui, lui rend hommage dans Tout est à vendre en 1969. Jusqu’à Noces (1973), le cinéma de Wajda, entre absurdité et dérision, s’attache à démythifier la Pologne. Ses films remettent en cause l’héroïsme édicté par le réalisme socialiste. Le cinéaste prend également en compte le destin collectif des Polonais.

L'homme de fer (1981)

Un tournant intervient en 1975 avec La Terre de la grande promesse (nommé aux Oscars). Andrzej Wajda s’intéresse à l’individu et à sa solitude intrinsèque. Suivront L’Homme de marbre et L’Homme de fer (Palme d’Or en 1981). Le cinéaste y défend, contre le pouvoir communiste en place, les thèses de Solidarnosc, fédération de syndicats polonais dirigée à l’origine par Lech Walesa.

Danton (1983)

À partir du début des années 80, Wajda commence à travailler à l’étranger, la situation politique de la Pologne le privant de son indépendance artistique. Il tourne d’abord Danton en France avec Gérard Depardieu (1982) qui lui vaudra le César du Meilleur réalisateur et le Prix Louis Delluc, puis Un amour en Allemagne avec Hanna Schygulla -l’ex-égérie de Fassbinder- en RFA (1983).

Katyn (2007)

Son ambitieuse adaptation des Possédés, d’après Dostoievski et avec Isabelle Huppert, est un échec (1987). De plus en plus, Wajda peine à séduire le public. Il renoue néanmoins avec un certain succès grâce à Pan Tadeusz en 2000. La même année, il reçoit un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Le cinéaste signe ensuite La Vengeance (2002).

L'homme du peuple (2013)

En 2007, Andrzej Wajda se tourne vers des projets engagés, avec Katyn, un drame très personnel autour du massacre de Katyn perpétré durant la Seconde Guerre mondiale, et dédié à la mémoire de ses parents. Deux ans plus tard, Sweet Rush rend hommage au chef opérateur Edward Klosinski, décédé en 2008, et mari de l’actrice du film, Krystyna Janda.

En 2013, il tourne le biopic L’Homme du peuple, dans lequel il raconte le parcours de Lech Walesa, figure emblématique de la Pologne, qui s’est affranchi de l’influence de l’URSS en fondant le mouvement Solidarnosc en 1980, avant de devenir le président de la République polonaise en 1990.

Le dernier film du cinéaste, Afterimage, évocation de la vie du peintre avant-gardiste Władysław Strzeminski, représentera les chances polonaises dans la course aux Oscars 2017.







Disponible à la médiathèque


Cendres et diamant (1958)
Avec Zbigniew Cybulski, Bogumil Kobiela

En 1945, la Pologne est dechirée par les luttes impitoyables qui opposent partisans des allemands et des soviétiques. Un jeune homme chargé de tuer un dirigeant communiste, prend peu à peu conscience des horreurs de la guerre.
F GRA disponible ?



L’homme de fer (1981)
Avec Jerzy Radziwilowicz, Boguslaw Linda

Pologne, août 1980. Au moment où éclate la grève des chantiers navals de Gdansk, Winkel, un journaliste de radio-télévision, est chargé par les autorités de faire une enquête et un portrait d’un des leaders du mouvement, Maciek Tomczyk, afin de le compromettre. Etudiant engagé lors des manifestations de 1968, Maciek abandonne ses études, pour travailler sur les chantiers navals et défie le pouvoir en militant pour la création de syndicats libres.
F GRA disponible ?



Danton (1983)
Avec Gérard Depardieu, Jacques Villeret

Septembre 1793, le Comité de Salut Public, à l’instigation de Robespierre, instaure la "Terreur". La famine réapparaît, avec elle la révolte, et les têtes tombent. Danton regagnant Paris s’oppose à Robespierre : c’est le choc de deux politiques inconciliables, de deux fortes personnalités.
F GRA disponible ?



Katyn (2007)
Avec Maja Ostaszewska, Artur Zmijewski

Anna, la femme d’un capitaine d’un régiment des Uhlans, attend le retour de son mari. Elle ne peut se résoudre à l’idée qu’il ait été assassiné par les Russes. En avril 1943, l’épouse d’un général apprend la mort de son mari quand les Allemands découvrent l’existence de charniers dans la forêt de Katyn contenant des milliers d’officiers polonais. Silence et mensonges brisent le coeur d’Agnieszka, la soeur d’un pilote qui a connu le même sort.
F GRA disponible ?



Tatarak - Sweet Rush (2010)
Avec Krystyna Janda, Pawel Szajda

Marta, une femme entre deux âges mariée avec le médecin d’une petite bourgade, ne sait pas qu’elle souffre d’une maladie incurable. Un jour, Marta rencontre Bogus. Elle est fascinée par sa jeunesse et son naturel. Leurs rendez-vous innocents au bord de la rivière sont brutalement interrompus par un cruel coup du sort.
F GRA disponible ?



L’homme du peuple (2013)
Avec Robert Wieckiewicz, Agnieszka Grochowska

Lech Walesa est un travailleur ordinaire, un électricien qui doit composer avec une vie de famille, et sa femme Danuta. Alors que les manifestations ouvrières sont durement réprimées par le régime communiste, il est porté par ses camarades à la table des négociations. Son franc-parler et son charisme le conduisent vite à endosser un rôle national. Il ne se doute pas encore que sa vie va basculer.
F GRA disponible ?



Début article


Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier