Accueil > La saison culturelle > Rendez-vous adultes > Cycles de conférences > Art contemporain > Art contemporain et perspectives historiques - Cycle 2009-2010
Art contemporain et perspectives historiques - Cycle 2009-2010
Cycle 2009-2010

Ce cycle de conférences propose d’envisager l’art contemporain au travers de thématiques dynamiques qui traversent plusieurs moments de l’histoire de l’art.

- Modèles et contre-modèles : de Cimabue à Wim Delvoye
Mardi 6 octobre 2009 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque
La question des hiérarchies, divines, politiques, de genres artistiques ou des genres sexuels, est au cœur de l’art : c’est le « partage du sensible » dont parle Jacques Rancière, comme découpe et distribution des places que chacun et chaque chose se doivent d’occuper. Mais si l’art naît avec l’autonomie des artistes, la représentation est aussi un champ de bataille où modèles et contre-modèles s’affrontent. - Ombres et projections : de Giorgio Vasari à Stan Douglas
Mardi 24 novembre 2009 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque Selon le récit de Pline l’Ancien, l’ombre est à l’origine de l’invention de la peinture. La fille du potier Dibutade de Sicyone aurait inscrit sur un mur le contour de l’ombre de son fiancé partant pour la guerre. L’ombre apparaît comme un signe paradoxal : elle se calque sur la présence matérielle de l’objet projeté, tout en étant elle-même immatérielle et pure image. Nous suivrons le parti des ombres et des projections jusqu’aux dispositifs contemporains. - Doubles et ruses de l’espace : de Diego Vélasquez à Ceal Floyer
Mardi 8 décembre 2009 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque
 ? propos de Ménines, Michel Foucault a pu dire dans Les mots et les choses : « Peut-être y a-t-il dans ce tableau de Vélasquez, comme la représentation de la représentation classique, et la définition de l’espace qu’elle ouvre ». Le miroir, central dans ce tableau, est placé de sorte à en déplier l’espace et à attribuer une certaine place au spectateur. Le miroir est reflet, mais également citation et capture d’une réalité qu’il peut reconfigurer. - Couleur et débordements : de Pierre-Paul Rubens à Anish Kapoor
Mardi 5 janvier 2011 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque
La couleur comme expérience sensible par excellence semble s’opposer à ce que les Grecs désignaient sous le terme de logos, le langage et son caractère rationnel. Que ce soit par l’éblouissement, par l’illusion de vie ou de mouvement, ou par des effets d’immersion, la couleur invite le spectateur à partager l’artifice esthétique. Quelle est la valeur de cet état de décentrement ? - Objets et memento mori : de Philippe de Champaigne à Jean-Luc Moulène
Mardi 9 février 2011 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque
La représentation des objets, de leurs états et de leurs changements a pu, dans la tradition artistique, être une évocation constante du caractère éphémère des biens matériels. Soumis à l’inexorable passage du temps, le spectateur est exhorté à en prendre acte, tantôt pour en jouir, tantôt pour s’en dégager. Vue par le prisme de l’art, la société de consommation et son usage démesuré de l’image réactive sans cesse ces questions. - Face et surface : du Caravage à Cindy Sherman
Mardi 9 mars 2011 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque
Les conditions nécessaires pour qu’un individu devienne un sujet à la fois socialisé et intime sont complexes. Le support d’existence qu’est le corps doit être redoublé, ré-fabriqué comme image de soi pour qu’il devienne objet d’appropriation. Mais cette conquête peut se retourner contre le sujet et l’enfermer dans des catégories toutes faites. Peut-on se jouer de son identité ? - Relectures et déconstructions de l’histoire : de Louis David à Jeff Wall
Mardi 6 avril 2011 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque
« L’histoire est l’objet d’une construction dont le lieu n’est pas un temps homogène et vide, mais le temps saturé d’à-présent » (Walter Benjamin, Sur le concept d’histoire). Au-delà du modernisme, où se rejoue l’idée d’une « progression » de l’art au travers de critères spécifiques, on relèvera aujourd’hui chez certains artistes un recours à l’histoire comme matériau d’une relecture ou d’une déconstruction active. - Saisie et articulation du mouvement : de Sandro Botticelli à David Claerbout
Mardi 4 mai 2011 à 18h30 - Auditorium de la médiathèque
Bouleversant la tradition picturale du « mouvement arrêté », la photographie et le cinéma ont profondément modifié les visées de la représentation. L’enregistrement, en lieu et place de la suggestion du mouvement, a introduit de nouvelles possibilités dans la construction plastique du récit. Les technologies accompagnent et transforment la réflexion sur le temps dans les arts visuels.
Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier