Accueil > La saison culturelle > Actualité culturelle > Cafés Littéraires > Camille Claudel et Rodin : la rencontre de deux destins
Camille Claudel et Rodin : la rencontre de deux destins
Samedi 6 décembre 2014 - 15h
Par Antoinette Le Normand-Romain

article
Rodin éprouva pour Camille Claudel une passion qui le mena à la limite de la folie. Après un temps de bonheur relatif, Camille prit toutefois conscience qu’elle ne serait jamais reconnue comme un sculpteur à part entière tant qu’elle resterait dans l’ombre du maître. Elle prit donc l’initiative d’une rupture dont ils souffrirent tous deux profondément, revenant sans cesse l’un et l’autre sur un passé heureux. Rodin essaya jusqu’au bout de lui venir en aide mais elle se condamna peu à peu à un isolement accompagné de crises de violence et de désespoir qui justifièrent son internement en 1913. Sa dernière oeuvre, la "Niobide blessée", symbolise son échec à la fois comme femme et comme artiste.

Antoinette Le Normand-Romain, Historienne de l’art française, spécialiste de la sculpture du XIXe siècle, notamment d’Auguste Rodin. Conservateur général du patrimoine, conservateur des musées nationaux et directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art. Auteur de « Camille Claudel et Rodin : la rencontre de deux destins » (Paris, Hazan, 2005).

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...