Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Elisabeth-Louise Vigée Le Brun (1755-1842)
Elisabeth-Louise Vigée Le Brun (1755-1842)
Présentation et sélection bibliographique, septembre 2015

Exposition, Galeries nationales du Grand Palais, du 23 septembre 2015 au 11 janvier 2016

3 avenue du Général Eisenhower - 75008 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi de 10h à 20h
Nocturne le mercredi jusqu’à 22h00

Consulter le site du Grand Palais

L’exposition


Élisabeth Louise Vigée Le Brun est l’une des grandes portraitistes de son temps, à l’égal de Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze. Issue de la petite bourgeoisie, elle va trouver sa place au milieu des grands du royaume, et notamment auprès du roi et de sa famille. Elle devient ainsi le peintre officiel de la reine Marie-Antoinette. L’exposition, qui est la première rétrospective française à lui être consacrée, présente près de 130 oeuvres de l’artiste, construisant un parcours complet à travers une oeuvre picturale majeure et une grande page de l’histoire de l’Europe.

Source : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/elisabeth-louise-vigee-le-brun







Elisabeth Vigée-Le Brun, autoportrait (1790)

Chronologie


  • 1755 Naissance à Paris, fille de Louis Vigée portraitiste et professeur, et de Jeanne Maissin, coiffeuse. Placée dans un couvent de six à onze ans, elle aime déjà à dessiner.
  • 1767 Mort de son père qu’elle adorait. Doyeu, un ami de son père, l’encourage à dessiner et à peindre. Elle fréquente l’atelier de Gabriel Briard et reçoit les conseils de Joseph Vernet. Ses portraits ont tellement de succès, qu’à 15 ans elle est déjà en mesure d’entretenir sa mère et son petit frère.
  • 1774 Les officiers du Châtelet saisissent son atelier sous prétexte qu’elle pratique son art sans licence. Elle est reçue à l’Académie Saint-Luc le 25 octobre.
    A 20 ans, elle déménage avec sa famille dans un hôtel particulier qui appartient à Jean-Baptiste Pierre Lebrun, peintre, collectionneur et marchand d’art. Ils se marient en 1776.
  • 1779 Elle se fait remarquée avec son portrait d’après nature de Marie-Antoinette en robe de satin. Elle devient le portraitiste officiel et l’amie de la reine.
  • 1780 Naissance de Julie, son seul enfant.
  • 1781 Voyage avec son mari des Flandres aux Pays-Bas. Elle y approfondit sa connaissance des maîtres flamands. Elle peint son "autoportrait au chapeau de paille" hommage à Rubens.
  • 1783 Elisabeth Vigée-Lebrun est reçue à l’Académie Royale de Peinture avec une allégorie, "La Paix ramenant l’Abondance". Les mauvaises langues prétendent que c’est uniquement grâce à l’appui de Marie Antoinette, mais dans ses mémoires Elisabeth nie que Marie Antoinette ait fait autre chose que louer son travail. La même année, elle envoie plusieurs portraits et tableaux au Salon où elle exposera régulièrement.
  • Dès 1783 Élisabeth est la cible d’attaques calomnieuses. On lui prête une liaison avec le Ministre des Finances Calonne.
  • En Octobre 1789, après l’invasion de Versailles par les foules révolutionnaires, elle fuit en l’Italie, accompagnée de sa fille et d’une gouvernante. Son intention était de revenir à Paris dès l’ordre rétabli, mais son exil durera en fait douze ans.
  • 1792 Vigée-Lebrun quitte Milan pour Vienne où elle restera deux ans. Elle peint principalement des portraits de nobles autrichiens et polonais. Puis elle reprend la route pour Prague, Dresde, Berlin et finalement pour Saint-Pétersbourg.
    A Paris son nom est ajouté à la liste des émigrés et elle perd ses droits de citoyenneté.
  • 1793 Le mari d’Elisabeth publie une longue plaidoirie en faveur de son épouse et fait appel pour sa réintégration. Son appel est rejeté et il sera même incarcéré plusieurs mois. Louis XVI et Marie-Antoinette sont guillotinés en 1793.
  • 1794 Lebrun, pour se protéger, demande le divorce, qui est prononcé.
    À Saint-Pétersbourg, où elle reste six ans, Elisabeth est fort appréciée par la famille Impériale et amasse une fortune considérable.
  • 1798 Elle envoie de Saint-Pétersbourg deux tableaux pour le Salon de Paris.
  • Juin 1800 son nom est rayé de la liste des émigrés.
  • 1801 Sa fille Julie épouse, contre la volonté de sa mère, Gaëtan Bernard Nigris, secrétaire des Théâtres Impériaux de Saint-Pétersbourg, et dépitée, Élisabeth part pour Moscou. Elle retourne en France où elle habite l’Hôtel Lebrun malgré le divorce.
  • 1809 Elle achète une maison à Louveciennes près de Paris et s’installe définitivement en France.

Elle meurt en 1842 dans son appartement parisien, rue St Lazare, affaiblie depuis un an par une attaque cérébrale.

Elisabeth Vigée Le Brun La reine Marie-Antoinette dit "à la rose", 1783 Château de Versailles


Bibliographie


Louise Elisabeth Vigée Le Brun : histoire d’un regard
Geneviève Haroche-Bouzinac
Flammarion, 2011 (Grandes biographies)
ART 759.047 VIG bio

Mémoires d’une portraitiste : 1755-1842 : [extraits]
Louise-Elisabeth Vigée Le Brun
Scala, 1989
ART 759.047 VIG

Elisabeth Louise Vigée Le Brun
Catalogue de l’exposition
En commande


Ressources numériques


Dans l’Encyclopaedia Universalis

Elisabeth Louise Vigée Le Brun : la bande annonce de l’exposition ! (français/english)

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier