Accueil > Les collections > Bibliographies > Littératures & Langues > Littératures > Ernest Hemingway et les arts
Ernest Hemingway et les arts
Mars 2012

A l’occasion des conférences "Les � ?tats-Unis d’Amérique, territoire littéraire", voici une bibliographie sur Ernest Hemingway.

Découvrez la brochure en cliquant sur l’image




Biographie

Ernest Hemingway est né le 21 juillet 1899 près de Chicago, d’une mère musicienne et d’un père médecin, qui lui enseigne très tôt les rites de la chasse et de la pêche, notamment lors des vacances passées en famille à Wallon Lake dans le Michigan.

� ?levé dans les règles strictes et le respect des valeurs catholiques, Hemingway suit une scolarité normale au lycée jusqu’à l’âge de 18 ans. Aspirant à devenir écrivain, il renonce aux études universitaires pour devenir reporter au "Kansas City Star" à partir de 1917, avant de s’engager sur le front italien pendant la Première Guerre mondiale. Ambulancier pour la Croix Rouge, il est grièvement blessé aux jambes en juillet 1918, et transporté à l’hôpital de Milan. C’est là qu’il rencontrera Anna Von Kurowski, une infirmière dont il tombe amoureux et qui lui inspira un personnage du roman "L’Adieu aux armes".

De retour aux � ?tats-Unis, il s’engage comme reporter auprès de la "Cooperative Commonwealth". En 1922, il part s’installer à Paris, où il collabore à des journaux américains comme "Toronto Star" et le "Star Weekly", tout en s’attachant désormais à travailler son écriture, inspiré par des écrivains comme Mark Twain, Joseph Conrad, Ezra Pound et Gustave Flaubert. Il fréquente le cercle des américains de la "génération perdue" installée à Paris, comme Gertrude Stein, Ezra Pound, Francis Scott Fitzgerald ou James Joyce.

Premières œuvres
Après avoir voyagé en Europe où il a notamment couvert la guerre gréco-turque, il est de retour aux � ?tats-Unis. Il y abandonne le journalisme pour se consacrer à l’écriture. Il publie d’abord des recueils de nouvelles, "Trois histoires et dix poèmes", "De nos jours", et bientôt son premier grand roman, "Le Soleil se lève aussi", qui lui a été inspiré par un voyage à Pampelune en Espagne (c’est lors de ce voyage notamment qu’il se découvre une passion pour la corrida).

Suivent le recueil "Hommes sans femmes", puis "Cinquante mille dollars", qui paraît en 1928, l’année où le père d’Hemingway se suicide, atteint d’une grave dépression. L’écrivain, profondément marqué, connaît lui aussi des phases dépressives. En 1929, il publie "L’Adieu aux armes", roman inspiré de son expérience de la guerre, qui connaît rapidement un grand succès. Deux ans plus tard, il publie également un ouvrage consacré à l’art de la tauromachie : "Mort dans l’après-midi".

Hemingway est atteint d’une pneumonie incurable. Malgré cela, il ne cesse d’écrire et de voyager, à Cuba et en Afrique notamment : il tirera de son voyage en Afrique "Les Neiges du Kilimandjaro" (1936) et "Les Vertes Collines d’Afrique" (1937).

� ?crivain au front
En 1936, il part avec la journaliste Martha Gelhorn couvrir la guerre d’Espagne, qui lui inspirera le roman "Pour qui sonne le glas" (1940). A la fin de la guerre, il s’installe à Cuba pour une vingtaine d’années. Il y monte la "Crook Factory", une organisation para-militaire chargée de traquer les nazis présents sur l’île, patrouillant lui-même sur son bateau baptisé "El Pilar", en compagnie de son capitaine Gregorio Fuentes, qui lui servira de modèle lorsqu’il écrira son plus célèbre roman, "Le Vieil Homme et la Mer".

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Hemingway est de nouveau correspondant, pour le magazine "Collier’s". Les années qui suivent sont marquées par l’alcoolisme et la dépression. En 1952, il publie "Le Vieil Homme et la mer", inspiré du modèle de « Moby Dick », pour lequel il reçoit le prix Pulitzer en 1953, avant de recevoir le prix Nobel de littérature l’année suivante. L’écrivain est cependant de plus en plus malade. Il accomplit un dernier voyage en Europe, soutient la révolution cubaine de Castro et revient aux � ?tats-Unis en 1960. Après plusieurs rechutes, il se suicide le 2 juillet 1961.

Figure incontournable de l’écrivain aventurier, bon vivant, buveur, prêt à côtoyer la mort, son style est "réaliste" et ses romans ont pour personnages principaux soit des aventuriers, soit des personnages "désenchantés" ou cyniques ayant perdu foi en la vie. Hemingway a signé, avec "Le Vieil Homme et la mer", l’une des œuvres majeures du XXe siècle, parabole de la victoire dans la défaite où l’homme ne triomphe jamais totalement.

Plusieurs de ses écrits de jeunesse seront publiés à titre posthume, comme "Paris est une fête", "� ?les à la dérive", "Le Jardin d’Eden" ou "La Vérité à la lumière de l’aube". Le cinéma a adapté à de nombreuses reprises certaines de ses œuvres.

Ses œuvres

Cette bibliographie est un aperçu non-exhaustif des œuvres d’Ernest Hemingway que vous pouvez retrouver dans notre catalogue.
Vous pouvez notamment emprunter les romans d’Ernest Hemingway en langue originale dans le fonds Langues à la cote ANG R HEM.

88 poèmes
Gallimard (Du monde entier), 1984.
- 811 HEM
Beaucoup de poèmes de jeunesse dans ce recueil, publiés le plus souvent dans de petites revues, certains même restés inédits. L’écrivain s’y montre souvent agressif, quelquefois sentimental.

L’Adieu aux armes
Rombaldi, 1976.
- R HEM
Frédéric Henry, jeune Américain volontaire dans les ambulances sur le front d’Italie, pendant la Première Guerre mondiale, est blessé et s’éprend de son infirmière, Catherine Barkley. Avec Catherine, enceinte, il tente de fuir la guerre et de passer en Suisse, où le destin les attend.

Une adaptation cinématographique de "L’Adieu aux armes" est disponible à la cote F BOR.

L’Eté dangereux : chroniques
Gallimard (Folio), 1992.
- R HEM
Les retrouvailles de l’auteur avec les jours héroïques de sa jeunesse, au temps où il découvrait les corridas et faisait la connaissance des toreros. Des reportages commandés par le magazine "Life".

Paris est une fête
Gallimard (Folio), 1973.
- R HEM
� ?vocation du Paris des années 1920 et de la vie du jeune écrivain américain Ernest Hemingway, installé en France : ses rencontres avec Gertrude Stein ou Scott Fitzgerald, sa méthode de travail, etc.

Pour qui sonne le glas
Gallimard (Folio), 1973.
- R HEM
Roman inspiré par la guerre civile espagnole où l’on voit un jeune Américain enrôlé volontaire dans les rangs républicains rejoindre un groupe de maquisards espagnols afin de faire sauter un pont.

Le Soleil se lève aussi
Rombaldi (Prestige de la littérature),1976.
- R HEM
Dans la France de l’entre-deux-guerres, Jake Barnes, journaliste américain résidant à Paris, présente sa vie, ses amis, ses voyages dans un récit de quelques mois, sur fond de tintements de verres. Ancien soldat, il a été blessé au front lors de la guerre, et a été émasculé, il ne parle jamais directement du sujet, mais on le comprend à demi-mot, dans ses silences et les sous-entendus de ses proches.

Les Vertes collines d’Afrique (suivi de) Les Neiges du Kilimandjaro
Rombaldi, 1976.
- R HEM
Dans un camp de chasseurs, au pied du Kilimandjaro, l’aventurier écrivain Harry Street attend de passer de vie à trépas immobilisé par une blessure qui s’est envenimée. Aidé par le whisky et sa femme, Helen, Harry tente de surmonter l’horreur qui lui inspire la crainte de mourir en raté. En attendant d’hypothétiques secours, Harry se remémore son passé.

Une adaptation cinématographique des "Neiges du Kilimandjaro" est disponible à la cote F KIN.

Le Vieil homme et la mer (suivi de) Cinquante mille dollars
Rombaldi, 1976.
- R HEM
Santiago, pêcheur cubain très pauvre, n’a de liens dans la vie qu’avec un gamin qui pêche avec lui. Depuis 85 jours, il n’a rien pris et les parents du garçon ne veulent plus que celui-ci l’accompagne. Le vieil homme part donc seul. Au large, un énorme espadon mord. Mais, après trois jours de lutte, les requins ne lui laisseront que la tête et l’arête.

Existe aussi sur CD, texte lu par Jacques Bonnaffé, à la cote GCE R HEM et en film à la cote F STU.

Essais sur l’auteur et biographies

Papa Hemingway
A. E. Hotchner
Mercure de France, 1966.
- 810 HEM BIO
De 1948 à 1961, le reporter, puis scénariste et dramaturge A.E. Hotchner et Hemingway vont sillonner le monde ensemble (Cuba, Idaho, l’Espagne...). A travers le récit de leur amitié, se dessine le portrait de l’écrivain, son enfance, le Paris littéraire des années 20, ses débuts...

Le Roman d’Hemingway
Gérard de Cortanze.
Ed. du Rocher (Le Roman des lieux et destins magiques), 2011.
- 810 HEM BIO
Après une partie biographique qui traverse toute la vie de l’écrivain, Gérard de Cortanze revient sur certains événements. Il retourne sur les pas de l’écrivain en Europe, Afrique, Espagne, aux � ?tats-Unis et à Cuba à travers une promenade nostalgique en compagnie de fantômes, une errance, une descente aux enfers, la mythologie et l’histoire revisitées.

Hemingway et l’Espagne
Pierre Dupuy
La Renaissance du livre (Paroles d’Aube), 2001.
- 814 HEM
Retrace le parcours d’Ernest Hemingway en Espagne, de la fin des années 1920 jusqu’à l’après-guerre. Correspondant de guerre à l’occasion de la guerre civile, amateur de corrida, Hemingway parcourut régulièrement l’Espagne et y tissa de nombreuses relations tant avec les artistes qu’avec les toreros. De nombreuses anecdotes émaillent le récit de ses séjours espagnols.

Le Vieil homme et la mer (texte intégral & dossier)
Ernest Hemingway ; dossier et notes par Stéphane Chomienne
Gallimard (Folioplus classiques), 2007.
- 814 HEM
Le roman d’Ernest Hemingway accompagné d’un dossier pour mettre le texte en perspective : une étude sur l’écriture journalistique et l’écriture romanesque, sur le récit de la pêche comme quête et initiation symbolique. Contient également des groupements de textes thématique et stylistique, des éléments pour une fiche de lecture et une lecture d’image.

Les écrivains voyageurs

� ?crivains voyageurs : ces vagabonds qui disent le monde
Laurent Maréchaux
Arthaud, 2011.
- 809.3 MAR
Portraits de voyageurs partis au bout du monde pour courir après les rêves nés de leurs lectures d’enfance, devenus écrivains et d’écrivains qui prirent la route pour nourrir les livres qu’ils ambitionnaient et se firent voyageurs : Hemingway, Stevenson, Conrad, Kipling, London...

Voyages d’écrivains : Cendrars, Fitzgerald, Hemingway, Lawrence d’Arabie, London, Proust, Rimbaud, Simenon...
Plon, 2002.
- 809.3 VOY
Recueil d’enquêtes publiées dans "Le Figaro" durant l’été 2001 sur les voyages autour du monde d’écrivains célèbres (poètes et romanciers) des XIXe et XXe siècles.

Les Enfants de Saturne
Jean-Paul Enthoven
Grasset, 1996.
- 809.93 ENT
Au travers de douze portraits de personnages connus, ce livre se propose d’explorer le lien, si mystérieux, que la littérature entretient avec la mélancolie, ce bonheur d’être triste qui, dans la légende, est toujours associé au souffle de Saturne.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier