Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Goya graveur
Goya graveur
Présentation biographique et sélection bibliographique, Mars 2008

Exposition, Paris, Musée du Petit Palais
13 mars au 8 juin 2008

L’exposition : Goya graveur


Les Caprices "Le sommeil de la raison produit par les monstres " (caprice 43, 1797-98)L’exposition aborde les influences de l’artiste, de Rembrandt à Vélasquez, en passant par les Tiepolo qui dominent la scène artistique espagnole de l’époque. Les célèbres séries des Caprices (1797-1799), des Désastres de la Guerre (1810-1820), de la Tauromachie (1815-1816) et des Disparates (1816-1823) constituent le point d’orgue de cette présentation. Plusieurs suites d’épreuves d’état associées aux épreuves éditées, jusqu’aux éditions posthumes, montrent pour la toute première fois le processus de création de l’artiste et la subtilité de son travail, de l’eau-forte pure jusqu’à l’aquatinte. Quatre lithographies exécutées à Bordeaux, sur le thème récurrent de la tauromachie, témoignent de l’audace de l’artiste, ne reculant à la fin de sa vie, devant aucune expérimentation. Enfin, l’exposition met en lumière, à travers un choix de plus de 70 dessins et estampes, l’influence majeure de Goya sur les artistes français du XIXe siècle comme Delacroix, Manet et Redon.




En complément du parcours chronologique, l’exposition montre les techniques de gravure pratiquées à l’époque de Goya. Les différentes étapes de la création sont présentées à partir d’estampes des Caprices : avec notamment des dessins préparatoires prêtés par le Musée du Prado aux plaques de cuivres et tirages correspondants.

Au fonds du Petit Palais (legs Dutuit, fleurons du fonds d’estampes du musée) s’ajoutent les gravures rarissimes des collections du couturier Jacques Doucet, fondateur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, aujourd’hui Bibliothèque de l’INHA et celles de la Bibliothèque Nationale de France.


Francisco Goya


Autoportrait (1771-1775)
Francisco de Goya (Saragosse 1746 - Bordeaux 1828) est le fils de Gracia Lucientes et de José de Goya, maître doreur à Saragosse, employé par les chanoines de la célèbre basilique du Pilar, alors en rénovation et en embellissement.

 ?lève de José Luzán à Saragosse dans les années 1760, le jeune Francisco a également vécu à Madrid, où il échoua plusieurs fois, entre 1763 et 1766 au concours de l’académie San Fernando, fondée en 1752.

Les années 1766-1771 correspondent à une période mal connue de la vie du peintre, où Goya est vraisemblablement resté à Madrid pour parfaire sa formation sous l’égide de Francisco Bayeu (1734-1795), un autre artiste de Saragosse protégé par Raphaël Mengs et devenu "peintre de Chambre" en 1767. Malgré les péchés de jeunesse évoqués dans sa correspondance ultérieure, Goya a surtout du mettre à profit sa présence dans la capitale pour s’imprégner des chefs-d’œuvre contenus dans les collections royales, et notamment les fresques vigoureuses et lumineuses de Tiepolo au Palais Royal.

Après un séjour à Rome et à Parme (où il participa en vain au concours de l’académie mais où ses "tons heurtés" lui sont reprochés) en 1771, il revient à Saragosse, où il reçoit ses premières commandes. Entré, à l’instar de son père, au service des chanoines du Pilar, il est choisi pour décorer le plafond d’une chapelle. Terminée en juillet 1772, cette fresque ouvre la voie à d’autres commandes du même genre.

Il épouse, en juillet 1773, la sœur de Francisco Bayeu, Josefa Bayeu, âgée de 26 ans, dont il aura plusieurs enfants, mais un seul survivra Francisco Javier, né le 2 décembre 1784.

En 1775, Goya s’établit à Madrid et y obtient, probablement par l’entremise de Bayeu, sa première commande importante : des cartons (modèles de tapisserie) pour la Manufacture Royale de Santa Barbara. Ces tapisseries, destinées à décorer les salles à manger du prince des Asturies (futur Charles IV) aux palais de l’Escorial et du Prado, occupent Goya jusqu’en 1778 et sont suivies, entre 1778 et 1780, par une nouvelle commande du même type destinée à fournir des tapisseries pour la chambre à coucher et l’antichambre de ce même prince au Prado. Ayant obtenu l’autorisation de graver les œuvres de Diego Velázquez, Goya réalise des aquatintes bientôt remarquées par Charles III. Cette étude des tableaux du grand maître du Siècle d’Or exerce une influence décisive sur l’œuvre du protégé de Bayeu.

Entré ainsi au service de la famille royale, Goya s’intègre aux cercles des ilustrados, ces "intellectuels" progressistes influencés par les idées des Lumières. Il rencontre ainsi le juriste Jovellanos, lié à Pedro de Campomanes et au comte de Floridablanca (dont Goya réalisa un portrait en pied en 1783), le graveur Sepulveda ou le financier basque François Cabarrus.

L'Automne ou les Vendanges (1786-1789) ? nouveau sollicité par les chanoines du Pilar pour peindre une coupole de la basilique, il se heurte à la jalousie croissante de Bayeu qui, après avoir exigé en vain des corrections aux travaux de son beau-frère, dénonce aux commanditaires l’attitude récalcitrante de Goya, qui est alors obligé de s’exécuter (1780-1781). Cette déconvenue l’éloigne durablement de Saragosse comme de son puissant beau-frère.

C’est en 1783 qu’il entre au service de Don Luis, un frère du roi, réalisant pour lui plusieurs portraits de famille dont une Famille de Don Luis (1784), un portrait de groupe baigné d’un clair-obscur intimiste inspiré de Rembrandt. Don Luis meurt l’année suivante, mais Goya retrouve un mécène en la personne du marquis de Peñafiel, futur duc d’Osuna, qui l’emploiera à plusieurs reprises. Fort de ces hautes protections, il devient, le 4 mai 1785, directeur adjoint de la peinture à l’Académie de San Fernando.

Le 25 juin 1786, il est nommé peintre du roi d’Espagne avant de recevoir une nouvelle commande de cartons de tapisseries pour la salle à manger royale et la chambre à coucher des infantes du Prado. Cette tâche, qui l’occupe jusqu’en 1792, lui donna l’occasion d’introduire certains traits de satire sociale (évidents dans Le Pantin ou Le Mariage) qui tranchent déjà fortement avec les scènes galantes ou complaisantes des cartons réalisés dans les années 1770. En 1788, l’arrivée au pouvoir de Charles IV et de son épouse Marie-Louise (pour lesquels le peintre travaillait depuis 1775) renforce la position de Goya à la Cour, le faisant accéder au titre de peintre de la Chambre dès l’année suivante. Cependant, l’inquiétude royale vis-à-vis de la Révolution française de 1789 (dont Goya et ses amis partagent certaines idées) provoque la disgrâce des Ilustrados en 1790 : Cabarrus est arrêté, Jovellanos contraint à l’exil, et Goya temporairement tenu éloigné de la Cour.

En novembre 1792 il tombe gravement malade lors d’un voyage à Cadix. Après plusieurs mois de maladie qui le laissèrent temporairement et partiellement paralysé, il restera physiquement faible et définitivement sourd.

Après la mort de Bayeu, en 1795, Goya sollicite le titre de premier peintre de la Chambre porté par son défunt beau-frère. Il n’obtint pas satisfaction mais, à la même époque, il est élu directeur de la peinture à San Fernando, poste qu’il abandonne deux ans plus tard en raison de ses problèmes de santé. La même année, il rencontre la duchesse d’Albe dont il réalise plusieurs portraits et dont il fut, dit-on (en se basant sur un séjour commun du peintre et de la duchesse à Sanlúcar, en Andalousie), l’amant.

La famille de Charles IV (1800)C’est au tournant du siècle que Goya réalise ses plus fameux chefs-d’œuvre. Parmi ceux-ci, il faut inclure plusieurs commandes royales, telles que la coupole de la chapelle royale de San Antonio de la Florida, à Madrid (1798) ou le célèbre portrait de groupe de La famille de Charles IV (1800), où le peintre rend hommage aux Ménines de Velázquez. Il est alors à l’apogée de sa carrière et le titre de Premier peintre de la Chambre vient enfin récompenser ses efforts. Il travaille également pour l’ambitieux Godoy, dont il immortalise la maîtresse sous les traits de la sulfureuse Maja nue (vers 1799-1800). Mais ce point culminant de la carrière de Goya est aussi marqué par une grande déception : ses Caprices (Los Caprichos), un recueil de gravures à l’eau-forte et à l’aquatinte publié en février 1799, sont censurés sous la pression de l’Inquisition. L’artiste y avait en effet glissé, parmi des images sinistres et énigmatiques mêlant la bamboche populaire au fantastique préromantique, de violentes attaques contre l’archaïsme d’une société espagnole où l’ ?glise exerce encore une influence liberticide à l’aube du XIXe siècle.

L’invasion française de 1808 joue un rôle crucial dans la vie de l’artiste. Favorable aux idées libérales apportées par les Français mais blessé dans son patriotisme, Goya hésite en effet pendant un certain temps entre la résistance incarnée par la Junte centrale de Séville et les idées de 1789 portées par le roi Joseph, frère de Napoléon Ier. L’année 1810, pendant laquelle il commence à graver Les Désastres de la guerre, un réquisitoire féroce contre les exactions françaises, tout en réalisant le portrait de Joseph Ier, montre bien le tiraillement qu’il ressent alors et qui lui valut, quelques années plus tard, une réputation d’afrancesado.

En juin 1812, Josefa Bayeu, son épouse, meurt à l’âge de 65 ans. Deux mois plus tard, Wellington fait son entrée dans Madrid. Goya réalise alors le portrait de celui qui a vaincu les Français, manifestant ainsi son rejet de l’occupant français et son ralliement à la légitimité nationale (et, surtout, libérale) incarnée par les Cortes et le Conseil de régence de Cadix. Ainsi, quand ces dernières institutions décident d’organiser un concours pour commémorer l’insurrection madrilène du 2 mai 1808, Goya s’empresse de proposer de « perpétuer par le moyen du pinceau les plus notables et héroïques actions de notre glorieuse insurrection contre le tyran de l’Europe ». C’est ainsi que l’artiste peint les célèbres Dos et Tres de Mayo (1814).
Tres de Mayo 1808 (1814 - Madrid, Musée du Prado)

Le retour d’exil de Ferdinand VII allait cependant sonner le glas des projets de monarchie constitutionnelle et libérale auxquels Goya adhérait. S’il conserve sa place de Premier peintre de la Chambre, Goya s’alarme de la réaction absolutiste qui s’amplifie encore après l’écrasement des libéraux par le corps expéditionnaire français en 1823. Inquiété par l’Inquisition pour avoir peint la Maja nue de Godoy, frappé à nouveau par la maladie, écœuré par la politique réactionnaire de son souverain de maître, Goya fixe ses angoisses et ses désillusions dans les fameuses "Peintures noires" dont il décora les parois de la "maison du sourd" (située dans les environs de Madrid et achetée par le peintre en 1819).

Ce contexte sombre explique pourquoi Goya, prétextant un voyage de santé, quitte l’Espagne le 24 juin 1824 pour s’installer à Bordeaux, lieu d’exil d’autres afrancesados libéraux. Il y est bientôt rejoint par sa compagne Leocadia Weiss et la fille de celle-ci, Rosario (qui était probablement la propre fille de Goya, ce dernier ayant vécu avec Leocadia depuis 1813). C’est dans cet exil français (ponctué de quelques séjours en Espagne) qu’il réalise un recueil de lithographies sur le thème de la tauromachie intitulé Les Taureaux de Bordeaux (1825) et faisant suite aux estampes de la Tauromachie parues en 1816.

 ?gé de 82 ans, Goya meurt à Bordeaux dans la nuit du 15 au 16 avril 1828.


Bibliographie


Goya
Adam Biro, 1988 (La bibliothèque des expositions)
ART 759.047 GOY

Goya : dessins
Anton Dieterich
Chêne, 1975 (15-21)
ART 741.092 GOY

Goya
Fred Licht
Citadelles et Mazenod, 2001 (Les phares)
Lecture et consultation sur place
ART 759.047 GOY

Goya : gravures et lithographies oeuvre complet
Enrique Lafuente Ferrari
Flammarion, 1989
ART 763 GOY

Goya : les visions magnifiques
Jacqueline et Maurice Guillaud
Guillaud, 1987
Lecture et consultation sur place
ART 759.047 GOY

Goya : témoin de son temps
Pierre Gassier
Bibliothèque des arts, 1983
Lecture et consultation sur place
ART 759.047 GOY

Francisco Goya "Les jeunes et les vieilles"
In Autour de 1800 / Réal. Alain Jaubert
Arte vidéo : RMN, 2003
ART 759.047 JAU (DVD)

Goya graveur : catalogue de l’exposition
Paris-Musées, 2008
En commande

PDF - 808.1 ko
Consulter la brochure PDF
Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier