Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Henri Cartier-Bresson : rétrospective
Henri Cartier-Bresson : rétrospective
Présentation et sélection bibliographique, février 2014

En pratique

Exposition, Centre Georges Pompidou, du 12 février au 9 juin 2014.

Place Georges Pompidou - 75004 Paris
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 11h00 à 22h00

Consulter le site du Centre Georges Pompidou

L’exposition


« Photographier c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’oeil et le coeur »
disait Henri Cartier-Bresson

George Hoyningen-Huene "Henri Cartier-Bresson, New York, 1935" The Museum of Modern Art, Thomas Walther - Collection, Purchase, New York © George Hoyningen-Huene : © Horst / Courtesy-Staley / Wise Gallery / NYC Crédit photographique : © 2013. Digital image, The Museum of Modern Art, New York / Scala, FlorenceDe la fin des années 1920 à l’orée du 21e siècle, le photographe s’est évertué à respecter ce principe de vie et de vue. Depuis que Cartier-Bresson a commencé à exposer et à publier ses images, certains ont tenté de circonscrire ce qui faisait l’unité de ce principe. Son génie de la composition, son intelligence des situations ou sa dextérité à les saisir au bon moment, se sont dès lors le plus souvent trouvés résumés dans la notion d’« instant décisif ».

Dix ans après la disparition du photographe en 2004, maintenant que les milliers de tirages qu’il a laissés à la postérité ont été soigneusement réunis et classés par la fondation qui porte son nom, tandis que ses archives de notes, de lettres et de publications sont désormais accessibles aux chercheurs, il apparaît clairement que l’instant décisif, s’il permet de qualifier certaines de ses images les plus connues, est trop restrictif pour appréhender l’oeuvre dans son ensemble. � ? rebours d’une vision unificatrice et simplificatrice, la rétrospective du Centre Pompidou se propose de montrer la richesse du parcours du photographe, ses réorientations successives et ses différents moments de développement. Elle a pour ambition de montrer qu’il n’y a pas eu un seul, mais bien plusieurs Cartier-Bresson.

Si les plus grandes icônes du photographe sont évidemment présentées, il s’agissait aussi, afin de bien rendre compte de sa diversité, de prendre en considération des images moins connues, de réévaluer certains reportages et de faire émerger des ensembles de ses peintures, dessins, ou incursions dans le domaine du cinéma. Des tentatives qui en disent aussi beaucoup sur son rapport à l’image et, par défaut, sur ce qu’il cherchait en photographie.

La première partie de l’exposition, retraçant les années 1926 à 1935, est marquée par la fréquentation du groupe surréaliste, les débuts photographiques et les grands voyages à travers l’Europe, le Mexique et les � ?tats-Unis.

La deuxième période, qui commence en 1936, au retour des � ?tats-Unis et se clôt en 1946 avec un nouveau départ pour New York, est celle de l’engagement politique, du travail pour la presse communiste, de l’activisme antifasciste, du cinéma et de la guerre.
Enfin, le troisième temps commence avec la création de l’agence Magnum en 1947 et se termine au début des années 1970, au moment où Henri Cartier-Bresson arrête le reportage. Du surréalisme à Mai 68, en passant par le conflit espagnol, la Seconde Guerre Mondiale, la décolonisation, la guerre froide et les Trente glorieuses, la rétrospective du Centre Pompidou propose, loin des mythes et des raccourcis, une nouvelle lecture de l’oeuvre du plus célèbre des photographes français.

� ? travers plus de cinq cents photographies, dessins, peintures, films et documents, rassemblant images célèbres et inédites, l’exposition fait l’histoire de cette oeuvre magistrale et, à travers elle, celle du 20e siècle.


Henri Cartier-Bresson (1908-2004)
Repères chronologiques


1908 - Henri Cartier-Bresson est né le 22 août 1908 à Chanteloup, en Seine-et-Marne dans une famille de grands industriels du textile. Il est l’aîné de 5 frères et soeurs. Il est scolarisé au collège Fénelon puis au lycée Condorcet, mais échoue par 3 fois au baccalauréat.

1926-1928 - Il se passionne pour la peinture et les surréalistes. Il peint assez régulièrement chez Jacques-Emile Blanche, un ami de Marcel Proust, qui le présente à de grandes figures intellectuelles parisiennes telles que Gertrude Stein. Il intègre en 1927 et pour deux années l’académie du peintre André Lhote.

1930-1931 - Il part à l’aventure en Afrique. Il chasse, lit, collecte quelques masques africains et photographie. Fasciné par les cultures dites "primitives", sa correspondance témoigne d’une position critique à l’égard de la colonisation.

1932 - A son retour d’Afrique, il achète son premier Leica, puis part en Italie avec Léonor Fini et André Pieyre de Mandiargues, son ami d’enfance. Charles Peignot, fondateur de la revue "Arts et métiers graphiques" publie sa première image.

1933 - Cartier-Bresson commence à fréquenter l’association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). Au printemps, la rédaction de "Vu" l’envoie en Espagne pour couvrir les élections. Photographiant aussi pour son propre plaisir, il réalise ses premiers reportages. Fin septembre, le galeriste new-yorkais Julien Levy lui consacre une exposition.

1934 - Il part et reste un an au Mexique avec une expédition ethnographique. Il y côtoie des artistes, écrivains et intellectuels communistes. En mars 1935, ses photographies sont exposées aux côtés de celles d’Alvarez Bravo au Palacio de Bellas Artes de Mexico. Puis il rejoint New-York et se rapproche d’une coopérative de cinéastes militants réunis autour de Paul Strand.

1936-1939 - Revenu en France au début de l’année 36, Cartier-Bresson est engagé par Jean Renoir comme assistant sur "La vie est à nous", film commandé par le PCF pour la campagne des élections législatives de mai 1936. Ils collaborent par la suite sur les tournages de "Partie de campagne" (1936) et de "La règle du jeu" (1939).
Membre de la coopérative Ciné-Liberté (section film de l’AEAR), Cartier-Bresson réalise en 1937 un premier documentaire sur la guerre d’Espagne. Parallèlement à ses activités cinématographiques, le photographe publie régulièrement dans la presse communiste.
En mai 1937, il se marie avec la danseuse indonésienne Carolina Jeanne de Souza-Jike, dite "Ratna Mohini" ou "Eli".

1940-1945 - Mobilisé, Henri Cartier-Bresson rejoint l’unité "Film et photographie" de la 3e armée. Il est fait prisonnier le 23 juin. Il s’évade trois ans plus tard et retrouve ses amis communistes Georges Sadoul et Louis Aragon. Avec l’aide de ce dernier, il rejoint un groupe de résistants communistes, futur Mouvement National des Prisonniers de Guerre et Déportés (MNPGD). Il en devient le représentant officiel au sein du Comité de libération du Cinéma. En 1945, le MNPGD le charge de réaliser un film sur le rapatriement des prisonniers "Le retour" en collaboration avec les services américains.

1946 - Il passe plus d’un an aux Etats-Unis pour compléter une exposition "posthume" dont le Museum of Modern art de New York avait pris l’initiative en le croyant disparu pendant la guerre.

1947 - Il fonde avec Robert Capa, David Seymour et Georges Rodger, l’agence coopérative Magnum Photos. Indépendants de tout employeur ou magazine, ils décident eux-mêmes, en commun, des décisions d’orientation, et restent les propriétaires de leurs négatifs.

1948-1950 - Henri Cartier-Bresson passe trois ans en Orient, notamment en Inde (où il rencontre Gandhi quelques heures avant son assassinat, ses photographies des funérailles feront le tour du monde) ; en Chine (au moment où l’Armée populaire de libération menée par Mao Zedond est sur le point de renverser le gouvernement nationaliste de Tchang-Kaï-chek) ; et en Indonésie (au moment où elle devient indépendante).

1952 - Il vit en Europe, publie son premier livre "Images à la sauvette".

1954 - Premier photographe admis en U.R.S.S. depuis 1947.

1958-1959 - Il retourne en Chine pour trois mois à l’occasion du 10ème anniversaire de la République Populaire.

1963-1965 - Il se rend à Cuba peu de temps après la crise des missiles. Il retourne après 30 ans au Mexique, séjourne au Canada, puis passe quelques mois au Japon.

1966 - Il se sépare de Magnum qui conserve néanmoins l’exploitation de ses archives. Il rencontre la photographe Martine Franck, qu’il épouse en 1970.

1968-1974 - Suite aux mutations dans la société française lors des évènements de Mai 1968, il entame un reportage sur ses compatriotes : "Vive la France" sera publié en 1970 accompagné d’une exposition au Grand-Palais. A partir de 1974, il abandonne progressivement le reportage pour se consacrer au portrait et au paysage photographique, ainsi qu’à la valorisation de son oeuvre. Il se remet au dessin.

1979 - L’ouvrage "Henri Cartier-Bresson : photographe" publié chez Delpire, accompagne l’exposition itinérante éponyme.

1980 - Le musée national d’art moderne de la ville de Paris présente l’exposition "Henri Cartier-Bresson : 300 photographies de 1927 à 1980".

1986 - Il reçoit des mains de Jorge Luis Borges, le prix Novecento Award.

2003 - La bibliothèque nationale de France présente la rétrospective
"De qui s’agit-il ?". La Fondation Henri Cartier-Bresson est créée à Paris.

2004 - Henri Cartier-Bresson s’éteint le 3 août à Montjustin, en Provence.


Bibliographie


Henri Cartier-Bresson : l’oeil du siècle
Pierre Assouline
Plon, 1999
ART 770.92 CAR bio - Réserver ce document

Henri Cartier-Bresson
MK2, 2006
ART 770.92 CAR - 2 DVD - Réserver ce document

Le Siècle de Cartier-Bresson
Un film de Pierre Assouline
Cinétévé, 2012
ART 770.92 CAR - DVD - Réserver ce document

Henri Cartier-Bresson
Centre national de la photograhie, 1987 (Photo poche)
ART 770.92 CAR - Réserver ce document

Henri Cartier-Bresson : le tir photographique
Clément Chéroux
Gallimard, 2008 (Découvertes)
ART 770.92 CAR - Réserver ce document

Henri Cartier-Bresson pour la liberté de la presse
Reporters sans frontières, 1999
ART 770.92 CAR - Réserver ce document

Visage d’Asie
Photographies de Henri Cartier-Bresson
Chêne, 1972
ART 770.92 CAR - Réserver ce document

Tête-à-tête : portraits
Photographies de Henri Cartier-Bresson
Gallimard, 1998
ART 770.92 CAR - Réserver ce document

Henri Cartier-Bresson, Walter Evans : photographier l’Amérique (1929-1947)
Steidl, 2008
ART 779.9 HEN - Réserver ce document

Magnum
Phaïdon, 2000
ART 770.2 MAG - Réserver ce document

Magnum cinéma : des histoires de cinéma par les photographes de Magnum
Cahiers du cinéma, 1995
CIN 791.43 BER - Réserver ce document

Les Photographes de Magnum sur le front de la Seconde Guerre mondiale
Ouest-France, 2009
AEC 940.53 PHO - Réserver ce document

Grands reporters : 150 ans de photojournalisme
Reuel Golden
Gründ, 2005
ART 770.2 GOL - Réserver ce document

Photojournalismes : revoir les canons de l’image de presse
Vincent Lavoie
Hazan, 2010
ART 770.2 LAV - Réserver ce document

Pour les enfants

Juste à temps !
Photographies d’Henri Cartier-Bresson extraites des archives Magnum photos
Autrement, 2008 (Mon cahier de mots, mon cahier de photos)
JEU 770 CAR - Réserver ce document

En commande

Henri Cartier-Bresson : rétrospective
Centre Georges Pompidou


Ressources numériques


Dans Bibliovox, la bibliothèque numérique (à lire sur place ou à distance)

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier