Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Hervé Télémaque
Hervé Télémaque
Présentation et sélection bibliographique, février 2015

En pratique

Exposition, Centre Georges Pompidou, du 25 février au 18 mai 2015.

Place Georges Pompidou - 75004 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi de 11h00 à 21h00

Consulter le site du Centre Georges Pompidou

L’exposition


Avec soixante-quinze peintures, dessins, collages, objets et assemblages, la rétrospective de l’œuvre d’Hervé Télémaque est l’une des plus importantes consacrées à l’artiste français d’origine haïtienne. Elle dévoile pour la première fois au Centre Pompidou toute la diversité et la cohérence d’un œuvre exigeant et d’une impressionnante force plastique.

Après un séjour de trois années à New York où il se familiarise notamment avec l’expressionnisme abstrait qui influence ses premières peintures à la gestualité affirmée, Télémaque s’installe à Paris en 1961. Il se rapproche du groupe surréaliste. Sur la toile, il orchestre la rencontre d’objets empruntés à la société de consommation et à la culture populaire, provoquant de réjouissants courts-circuits visuels. Bientôt adepte de la « ligne claire », Télémaque livre des peintures à forte teneur autobiographique. Elles se construisent comme des métaphores visuelles à la portée critique certaine, entre contre-culture et anticolonialisme, tout en explorant les relations complexes entre image et langage.

De 1968 à 1970, l’artiste cesse pourtant de peindre pour réaliser d’intrigants assemblages d’objets où la canne blanche, emblème de la cécité, joue un grand rôle. Lorsqu’il revient à la peinture, il se confronte pour la première fois au collage dont il renouvelle profondément les modalités. Durant les années 1990, Télémaque entreprend aussi un ensemble de dessins au fusain, dont les formes sombres et la découpe élaborée dialoguent avec une importante production de reliefs en bois de récupération recouvert de marc de café. Les années 2000 sont celles d’un nouveau regard porté sur le monde, à la suite d’un retour aux sources africaines. Des allusions fréquentes à la négritude et des commentaires plus précis sur l’actualité politique française se font alors jour. Au milieu de la décennie, Télémaque fait un retour inattendu et fécond à une nouvelle et saisissante forme de picturalité.

© www.centrepompidou.fr


Hervé Télémaque, repères biographiques


Hervé Télémaque, né le 5 novembre 1937 à Port-au-Prince (Haïti), est un artiste peintre français d’origine haïtienne, associé au courant de la figuration narrative.

En 1957, il quitte Haïti pour New York et s’inscrit à l’Art Student’s League où il étudie avec Julian Levi, jusqu’en 1960. Durant son séjour, il s’est simultanément nourri de l’expressionnisme abstrait et du surréalisme. Mais c’est dans les préceptes du Pop’Art qu’il va véritablement trouver sa voie bien particulière. Dès 1959, la peinture "Sirène" marque son originalité. Hervé Télémaque veut s’ancrer dans la réalité et échapper à l’abstraction : même le titre se réfère à son quotidien, évoquant les sirènes des bateaux qu’il entendait depuis sa chambre de Brooklyn Heights.

Il vient en France en 1961 et s’installe à Paris. Il y fréquente les Surréalistes, sans adhérer formellement au groupe. Télémaque entend composer son propre vocabulaire. Dans ses tableaux se retrouvent des objets usuels : cannes blanches, chaussures de tennis, tentes de camping. Dès 1962, il participe à l’aventure de la Figuration narrative, en se rapprochant d’artistes comme Eduardo Arroyo, Bernard Rancillac, Peter Klasen, Jacques Monory, Öyvind Fahlström, que le critique Gérald Gassiot-Talabot réunit en 1964 dans une exposition intitulée "Mythologies quotidiennes". Après une longue période où il pratique exclusivement le collage et l’assemblage, Télémaque est revenu au cours des années 1980 à la peinture et au dessin. Dans le tableau comme dans la sculpture, il s’agit de rendre surprenants les choses ou les objets banals, d’ouvrir des possibilités de sens multiples à des icônes ou des bribes d’icônes, à l’origine, univoques.

À partir des années 1990, Télémaque continue ses recherches au travers des dessins au fusain et d’étonnants bas-reliefs où la scie-sauteuse remplace le crayon. Marqué sans doute par le souvenir du Vaudou qui régnait à Haiti, il pratique sa propre magie mélangeant du marc de café aux pigments de couleurs pour donner à celles-ci une lourdeur sensuelle. En 2000, il reprend une activité qu’il n’avait plus pratiquée depuis de longues années, l’illustration de livre avec deux séries de gravures et de lithographies pour deux ouvrages de Serge Fauchereau. Depuis l’exposition "Fusain et marc de café – Deuil : le dessin, l’objet", à la galerie Louis Carré en 1994, Hervé Télémaque a exposé en 1995 à Paris à la fondation Électricité de France, "Œuvres d’après nature". Après la double exposition à la Fiac’96 (stand galerie Louis Carré & Cie et stand galerie Marwan Hoss), suivent trois rétrospectives, d’abord à Johannesbourg, Electrical Workshop au printemps 1997 puis à Valence (Espagne), IVAM au printemps 1998, au Centre d’art de Tanlay (Yonne) pendant l’été 1999. À la suite de plusieurs séjours en Afrique, Télémaque réalise une série de peintures intitulée "Trottoirs d’Afrique" à l’acrylique présentée en 2001 à la galerie Louis Carré, tandis que la galerie Messine-Thomas Le Guillou montre des lithographies, des gravures et des dessins.

À l’occasion de la parution de la monographie par Anne Tronche chez Flammarion, dans la collection « La Création contemporaine », la galerie Louis Carré présente sur son stand à la Fiac 2003, une exposition réunissant un ensemble d’œuvres majeures des années 1960, intitulée "Paris 1961". En 2010, Hervé Télémaque parraine la vente aux enchères "Haïti Action Artistes" dont l’objectif est de restituer aux artistes haïtiens les moyens de retravailler et de créer des structures pérennes, suite au tremblement de terre du 12 janvier.


Bibliographie


Hervé Télémaque
Anne Tronche. - Flammarion, 2003 (La création contemporaine)
ART 709.040 7 TEL

Hervé Télémaque : catalogue de l’exposition
Somogy, 2015
En commande

Figuration narrative : 1960-2000
Jean-Louis Pradel .- Hazan, 2000
ART 759.067 PRA

La Nouvelle figuration : une histoire de 1953 à nos jours : figuration narrative, jeune peinture, figuration critique
Jean-Luc Chalumeau . - Cercle d’art, 2004
ART 759.067 CHA

La Figuration narrative
Jean-Luc Chalumeau. - Cercle d’art, 2005 (Découvrons l’art du XXe siècle)
ART 759.067 CHA

Figuration narrative : Paris, 1960-1972 : exposition, Paris, Galeries nationales du Grand Palais
RMN, 2008
ART 759.067 FIG

Figuration narrative : le témoignage personnel des artistes. 1
Réal. Claude Guibert. - Imago, 2002 (Encyclopédie audiovisuelle de l’art contemporain)
ART 709.040 7 ENC F1 - DVD

Quand l’art prend le pouvoir : figuration narrative 1960-1977
Un film de François Lévy-Kuentz. - RMN, 2008
ART 709.040 7 LEV - DVD

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier