Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Cinéma > Jacques Demy (1931-1990)
Jacques Demy (1931-1990)
Flash back sur... (Mai 2013)

L’exposition


Le monde enchanté de Jacques Demy

Exposition du 10 avril au 4 août 2013
Cinémathèque française
77 rue de Bercy - 75012 Paris

L’œuvre cinématographique de Jacques Demy dessine un monde. Un monde de villes portuaires (Nantes, Nice, Cherbourg, Rochefort, Los Angeles, Marseille), traversé de chassés-croisés amoureux, où l’imaginaire a toujours raison de l’impossible. Dix-huit films que le cinéaste désirait tous « liés les uns aux autres ». Comédie humaine pop, hantée d’une pléiade de personnages en-chantés, à la sensualité chromatique explosive, qui apparaissent dans le champ avec une précision méticuleuse, pris dans le filet géométrique d’une mise en scène au cordeau qui fait de Demy (1931- 1990) un des plus grands perfectionnistes du cinéma français. Et un des seuls à avoir interrogé le devenir musical du septième art.


Repères biographiques


Jacques Demy a 13 ans lorsqu’il se procure sa première caméra Pathé-Baby dans une boutique du fameux passage Pommeraye, à Nantes. Son père, gérant d’un garage, et sa mère, coiffeuse au tempérament fantasque, lui ont transmis le goût du spectacle dès son plus jeune âge - à 4 ans, il concevait déjà des spectacles de marionnettes. Ayant bricolé un studio dans le grenier familial, il réalise de façon ingénue et ingénieuse plusieurs films d’animation. Marqué par Les Dames du Bois de Boulogne, il suit les cours du soir des Beaux-Arts, où il fait la connaissance de son futur décorateur Bernard Evein.

De passage à Nantes, le réalisateur Christian-Jaque, impressionné par les travaux du jeune Demy, convainc son père, réticent, de le laisser partir à Paris pour intégrer l’école de photo et de cinéma de Vaugirard, en 1949. Il devient bientôt l’assistant de Paul Grimault, maître de l’animation, et de Georges Rouquier, l’auteur de Farrebique, qui produit son premier court métrage professionnel, le documentaire Le Sabotier du Val de Loire en 1955. Deux ans plus tard, il passe à la fiction avec Le Bel Indifférent, d’après Cocteau. Il présente ce court en 1958 au Festival de Tours, où il rencontre celle qui deviendra sa compagne et complice, Agnès Varda.

Proche du groupe de la Nouvelle Vague (il apparaît même dans Paris nous appartient de Rivette et Les 400 coups de Truffaut), Demy fait appel au producteur d’A bout de souffle, Georges de Beauregard, pour financer son premier long métrage, Lola, en 1960. Portrait pétillant d’une danseuse de cabaret incarnée par Anouk Aimée, ce film sur les aléas du destin (thème cher au cinéaste) marque les débuts de la collaboration de Demy avec Michel Legrand. Après La Baie des anges, avec Jeanne Moreau accro au jeu, tous deux se lancent dans un pari fou, Les Parapluies de Cherbourg, un film entièrement chanté. Cette histoire d’amour contrariée sur fond de Guerre d’Algérie, qui révèle Catherine Deneuve, décroche le prix Louis-Delluc et la Palme d’Or à Cannes en 1964.

Le tandem Demy/Legrand connait un nouveau succès en 1967 avec Les Demoiselles de Rochefort, comédie musicale allègre qui réunit Deneuve, sa soeur Françoise Dorléac et Gene Kelly. Parti s’installer quelque temps aux Etats-Unis, le réalisateur signe pour la Columbia Model Shop (1968), ou les aventures de Lola en Californie. Auteur d’un cinéma "en-chanté" (le mot est de lui) mais non dénué de gravité, Demy revisite le conte Peau d’âne (1970), la légende du Joueur de flûte (1972), le manga Lady Oscar (1978) ou le mythe d’Orphée (Parking, 1985). Utopiste et féministe, il imagine Mastroianni enceint dans L’ Evénement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune (1973).

Jacques Demy paie le prix de son audace, consacrant beaucoup d’énergie à de nombreux projets qui n’aboutissent pas, de Skaterella (Cendrillon en rollers, produit par Coppola) à une comédie musicale moscovite. Après un téléfilm inspiré par Colette en 1980, il s’attelle à Une chambre en ville (1982), nouveau film chanté qui lui permet d’évoquer ses origines ouvrières. Soutenue par la critique, cette oeuvre sombre est boudée par le public. Il signe en 1988 son ultime long métrage, Trois places pour le 26 avec Yves Montand (1988), lettre d’amour au monde de la scène. Après sa disparition en 1990, le cinéma de Demy, parfois incompris de son vivant, sera largement réévalué. Le public le redécouvre entre autres grâce aux films que lui consacre Varda (Jacquot de Nantes, L’Univers de Jacques Demy), tandis que les cinéastes des nouvelles générations, de Pascale Ferran à Christophe Honoré, revendiquent l’influence d’une oeuvre unique, alliant couleurs et noirceur, féerie et mélancolie.


Documentaires


Le cinéma enchanté de Jacques Demy
Camille Taboulay. - Cahiers du cinéma, 1996
CIN FRA 791.430 94 DEM

Jacques Demy
Olivier Père et Marie Colmant. - La Martinière, 2010
CIN FRA 791.430 94 DEM


Filmographie


F DEM

Films disponibles sur le réseau

Jacques Demy, réalisateur

  • Lola (1961)
  • La baie des anges (1963)
  • Les parapluies de Cherbourg (1964)
  • Les demoiselles de Rochefort (1967)
  • Peau d’âne (1970)
  • Le joueur de flûte (1972)
  • L’évènement le plus important depuis que l’homme a marché sur la lune (1972)
  • La table tournante (1988), réal. avec Paul Grimault

Jacques Demy, acteur

  • Les Quatre cents [400] coups, réalisé par François Truffaut
  • Le bonheur (1964), réalisé par Agnès Varda
  • Jacquot de Nantes (1990), réalisé par Agnès Varda

Discographie


Le Cinéma en-chanté
Michel Legrand, Jacques Demy
CIN 520 A. LEG

Le Cinéma de Michel Legrand
CIN 520 A. LEG

Les Demoiselles de Rochefort : bande originale du film de Jacques Demy
Musique de Michel Legrand
CIN 520 DEM

Les Demoiselles de Rochefort : la comédie musicale
Michel Legrand ; Jacques Demy et Alain Boublil
MUS 511 DEM

Les Parapluies de Cherbourg : bande originale du film de Jacques Demy
Musique de Michel Legrand
CIN 520 DEM

Peau d’âne : bande originale du film de Jacques Demy
Musique de Michel Legrand
CIN 520 DEM

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier