Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Dossiers de l’art > L’aquarelle
L’aquarelle
Présentation et sélection bibliographique - Juin 2007

Définition

L’aquarelle est une technique picturale utilisant, à l’instar du lavis, l’eau comme médium mais s’en différencie par l’utilisation de couleurs. Elle s’applique généralement sur du papier épais. L’une de ses principales propriétés est la transparence. Un de ses principaux avantages étant la rapidité d’exécution. Un de ses principaux inconvénients est la difficulté.

On trouve généralement l’aquarelle sous forme de pastilles (godets, ) ou de tubes, mais aussi de crayons appelés crayons aquarellables.

L’aquarelle est constituée :

- D’un liant, principalement la gomme arabique, généralement issue de la sève d’acacia ou parfois de cerisier. Le liant est parfois mélangé avec du miel ou de la glycérine afin d’éviter qu’il ne durcisse.

- De pigments d’origine minérale ou organique (synthétique ou naturel), qui sont généralement les mêmes que ceux utilisés pour les autres techniques (peinture acrylique, gouache, peinture à l’huile ou pastel).
D’autres éléments peuvent entrer dans sa composition pour améliorer ses qualités de dilution.

Les tubes d’aquarelle contiennent exactement le même produit que les godets. Il est donc possible de remplir les godets vidés avec des tubes, moins onéreux, ceux-ci durciront en séchant. Il est cependant recommandé de procéder en plusieurs couches.

Applications


L’aquarelle est utilisée selon la technique du lavis, c’est-à-dire diluée avec plus ou moins d’eau, lui donnant plus ou moins de transparence, et différents effets en fonction du papier.

Delacroix - Aquarelle d'un carnet de croquisL’aquarelle se prête bien au travail d’esquisse et aux carnets de voyage, comme le montre les célèbres carnets d’Eugène Delacroix parce que facilement transportable, elle permet de monter rapidement en couleur une image préalablement croquée au crayon ou à l’encre de Chine. (attention l’encre en recharge des stylos plumes n’est pas de l’encre de chine et se dilue dans l’eau après séchage).

L’aquarelle est cependant également utilisée pour des peintures très poussées et très longues à mettre en œuvre, comme l’on montré Albrecht Dürer, William Turner, Jean-Baptiste Isabey et tant d’autres.

Depuis le XIXe siècle et encore aujourd’hui, c’est une des techniques les plus utilisées dans les illustrations, elle rencontre par exemple un grand succès dans les livres pour la jeunesse, notamment pour la possibilité de douceur de ses traitements.

L’aquarelle est également très utilisée pour la réalisation de décors de dessins animés en animation traditionnelle. Sa simplicité apparente en fait un outil très attirant pour les novices mais la difficulté réelle (très peu de possibilité de repentir, comme avec le lavis) en fait une des techniques les plus difficiles à maîtriser et peut très rapidement les lasser.


Histoire


Préhistoire et Antiquité

La peinture rupestre que l’on peut encore observer de nos jours dans différentes cavernes autour du monde, est certainement la première trace d’aquarelle, le liant y était généralement la salive du peintre et les pigments limités à de l’ocre et du noir. En  ?gypte l’aquarelle est utilisée depuis au moins -1250, elle a servi à recouvrir les murs dans les pyramides des pharaons. Dans la civilisation chinoise, l’aquarelle est sensiblement liée à l’invention du papier il y a environ 2000 ans.

Moyen âge et Renaissance

Albrecht Dürer- Un jeune lièvre (1502) - Palais Albertina, Vienne.
On trouve l’utilisation de l’aquarelle durant le Moyen Age en Afrique de l’Est et dans toute l’Asie du Moyen-Orient à l’Extrême-Orient (où elle sera souvent mélangée au lavis) en passant par l’Asie centrale, comme en Iran où l’art persan a laissé de nombreuses aquarelles. Elle accompagnera également l’art de l’enluminure en Occident. En Occident, Albrecht Dürer (1471-1528) est certainement un des premiers grands maîtres de l’aquarelle, il la développera avec une grande finesse, souvent mélangée à de l’encre et de la gouache. Les miniatures et les portraits seront deux éléments très utilisés dans le développement de l’aquarelle. La facilité de transport de l’aquarelle permettra de représenter les découvertes du Nouveau monde puis des colonies occidentales.

L’Aquarelle de Durer à Kandinsky
José de Llanos
Hazan, 1996
ART 751.42 LLA


Technique de l’aquarelle


L’outil principal est, bien évidemment, le pinceau à aquarelle, mais on peut aussi utiliser d’autres pinceaux (ceux ci doivent pouvoir contenir une grande quantité d’eau que l’on appelle le réservoir), des éponges, du coton, des chiffons, ou bien même une brosse à dent pour projeter des gouttelettes. Pour le travail en atelier sur de grands formats, on peut parfois utiliser l’aérographe.


L’Aquarelle
Fleurus, 2000 (Pratique des arts)
Une initiation aux techniques de base de l’aquarelle, des exercices détaillés et des pas à pas réalisés par des artistes qui font entrer le lecteur dans le secret de leur atelier. Conseils, recettes et motifs variés pour des réalisations originales.
ART 751.42 AQU


L’Aquarelle
Greg Albert, Rachel Wolf
Fleurus, 1997 (Les Clés de)
Voici les clés des différentes techniques de peinture et de dessin mises à la portée de chacun : des informations claires, des réalisations variées, des conseils et des explications pas à pas.
ART 751.42 ALB

Le pinceau à aquarelle

Comme son cousin, le pinceau à lavis chinois, le pinceau à aquarelle forme un cône lorsque il est mouillé et utilisé de la bonne manière. Il permet également comme celui ci d’obtenir d’un geste un trait allant du très fin au très épais avec un peu d’habitude. Il est généralement constitué de poils de petit-gris ou parfois de poney. (les meilleurs et donc plus chers sont constitués de poils de martre kolinski).


Aquarelle : la lumière de l’eau
Ewa Karpinska
Fleurus, 2002 (Les secrets de l’artiste)
Propose, à travers des exercices pas à pas et des conseils précis, une approche des possibilités offertes par cette technique picturale pour mieux comprendre et maîtriser plus facilement chacune des actions. Offre également une présentation du matériel et des couleurs, avec leurs effets sur les différents types de papiers.
ART 751.42 KAR


L’Aquarelle : initiation en 10 leçons
Patricia Seligman
Fleurus, 2007 (Leçons d’atelier)
Une méthode d’apprentissage de l’aquarelle adaptée aux débutants avec des conseils nombreux et précis pour progresser rapidement. Chaque leçon est photographiée étape par étape, et aborde un point technique particulier : les proportions, la perspective, les valeurs tonales, les effets de texture, les superpositions de couleur...
ART 751.42 SEL


Le support


Le papier à aquarelle est généralement :

- Un papier blanc ou clair car en aquarelle pure, le travail est généralement par assombrissement.

-  ?pais (au moins 200g/m²) pour une bonne tenue à l’humidification.

- Absorbant afin d’éviter que les pigments se répandent sur la feuille avec une trop grande perte de contrôle.

- Texturé, la texture du papier restant très visible dans l’œuvre finie, et influençant le dépôt des pigments.

La texture peut être granuleuse ou plus textile, elle influera le comportement des pigments lors de la dépose de ceux-ci sur le papier, influençant donc grandement l’effet texturé final si typique à l’aquarelle.


Aquarelle. 1
Aquarelle. 2

Fleurus, 1998 (Les Cahiers du peintre)
Chaque fascicule offre 11 à 12 modèles au lecteur et présente : la photographie du sujet, une présentation de la technique choisie, la liste du matériel nécessaire, 6 à 8 étapes commentées, le modèle terminé.
ART 751.42 AQU


Introduction à l’aquarelle
Ray Smith
Dessain et Tolra, 1994 (Les Manuels du peintre)
ART 751.42 SMI

Je débute à l’aquarelle
Tom Robb
Fleurus, 1993
ART 751.42 ROB


Peindre à l’aquarelle
Anne Elsworth
Minerva, 1999
Un manuel découpé en 10 leçons pour apprendre à peindre.
ART 751.42 ELS


Préparation du papier


Il existe plusieurs manières de travailler à l’aquarelle, sur papier sec ou mouillé, avec de l’aquarelle ou du crayon aquarellable, mais il est très important d’avoir un papier tendu après humidification pour éviter qu’il gondole. Des creux dans le papier concentreraient d’avantage les pigments que les bosses, cela réduirait le contrôle par l’aquarelliste des propriétés du médium.
Il faut donc d’abord humidifier le papier à l’aide d’une éponge sur les deux cotés, puis le tendre sur une planche de préférence en bois brut (non verni) à l’aide de bandes de craft gommé. Ceci permet d’éviter que le papier ne gondole.
Dans le cas des crayons aquarellables qui s’applique parfois à sec avant d’être dilué, il faut laisser le papier sécher. Temps de séchage plus ou moins d’une heure.

La lumière est exprimée par le blanc du papier que l’on commence toujours par préserver. Il est possible pour cela d’appliquer des gommes de réserve, qui se présentent généralement sous forme de liquide blanchâtre conditionné en flacon. Une des principales caractéristiques de l’aquarelle est la transparence de la couleur.
Il y a plusieurs façon de travailler, pour commencer, il est souvent mieux de travailler par étapes successives, de couleurs très diluées en augmentant progressivement la concentration de couleur, mais n’utiliser que cette technique est se priver des possibilités infinies proposées par l’aquarelle.
Il est possible de prendre de nombreux pigments avec un pinceau très humide, afin d’obtenir des surfaces aux couleurs très intenses. Il sera alors possible de mélanger par « fusion » les couleurs en y ajoutant une seconde couleur également dans un mélange où l’eau et les pigments sont importants afin d’obtenir différents effets de matières (nervures, nuages, dégradés...).
Lorsque le pinceau est très chargé en eau, la transparence et possibilité de fusion est supérieure, mais la précision s’en trouve diminuée.


Aquarelle : comment composer et mélanger les couleurs
John Lidzey
Dessain et Tolra, 1999 (La Palette de l’amateur)
L’essentiel sur la théorie des couleurs et des matériaux. Maîtriser la tonalité, la valeur, l’intensité des couleurs. Pour chaque couleur, une nature morte dans la pratique.
ART 751.42 LID


Aquarelle : toutes les techniques
Stan Smith
Dessain et Tolra, 1996
ART 751.42 SMI

Couleur à l’aquarelle
Ray Smith
Dessain et Tolra, 1994 (Les Manuels du peintre)
Ce volume, centré sur le thème particulier de la couleur, traite de la technique de l’aquarelle.
ART 751.42 SMI

Sur un bon papier à aquarelle, la couleur restera prisonnière de la surface humide sur laquelle le pinceau sera passé. Si le pinceau franchit une zone déjà humide, les pigments ont toutes les chances de s’y répandre.
La zone humide formera généralement une légère auréole au contour plus opaque et, au contraire, à la zone intérieure proche de ce contour plus transparente.
Elle est une des techniques qui demande le plus de dextérité, pour certaines techniques de rapidité et plus généralement de compréhension de la théorie des couleurs et des effets de l’interaction des mélanges entre eux et avec le support en fonction de leur constituant.
Une aquarelle ne peut accepter que peu de repentirs et de retouches il est difficile d’éclaircir une zone si l’on veut conserver la fraîcheur et la spontanéité de la technique de l’aquarelle. Il faut également savoir que l’aquarelle éclaircit en séchant et en tenir compte durant le travail.


Artist ! : aquarelle (cédérom)
conçu par Blaise Rossetti et Xavier Guilbert
Ubi Soft, cop. 1999
PC pentium 133 ; 8 Mo de RAM ; écran 640 x 480 en milliers de coul. ; lecteur de CD-ROM 4x ; Windows 95 ou 98.
ART 751.42 ART

Fleurs à l’aquarelle
Rachel Rubin Wolf
Fleurus, 1997 (Les Clés des)
Voici les clés des différentes techniques de peinture et de dessin mises à la portée de chacun : des informations claires, des réalisations variées, des conseils et des explications pas à pas.
ART 751.42 WOL

Petites leçons d’aquarelle botanique
Claire Felloni
Delachaux et Niestlé, 2006
Des conseils pratiques pour réaliser des aquarelles sur le thème de la botanique. Après une introduction sur l’histoire de cet art, les différents supports (papier, vélin, bois...), les techniques (trait, glacis, lavis...) et les bases de l’art de la composition sont présentés.
ART 751.42 FEL

Créez et composez votre carnet de voyages
Michel Duvoisin
Fleurus, 2002
Des conseils pour fabriquer soi-même le support de son carnet en suivant des explications photographiées, puis des conseils pour peindre à l’aquarelle les meilleurs paysages du voyage.
LOI 745.593 DUV

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier