Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Dossiers de l’art > La Renaissance allemande : Matthias Grünewald
La Renaissance allemande : Matthias Grünewald
Présentation et sélection bibliographique, février 2014

Cycle de conférences "D’autres Europes, Mitteleuropa & Russie"

Le cycle précédemment consacré à Londres et aux artistes exilés s’est ouvert sur Hans Holbein le Jeune (1497-1543), l’artiste allemand au style renaissant le plus accompli. Maintenant il semble pertinent de parler de ceux qui lui ont ouvert la voie, évoquer les défricheurs, ceux qui, partis de l’art gothique, ont tracé un sillon nouveau qui constitue une proposition mesurée et originale face aux défis que leur posait l’art italien et flamand. Partons à la découverte de Albrecht Dürer (1471-1528), Matthias Gothart Nithart dit « Grünewald » (v. 1475-1528) et de Lucas Cranach l’Ancien (1472-1553).

  • Albrecht Dürer
    samedi 23 novembre 2013 - 15h00 - Auditorium de la Médiathèque
  • Matthias Grünewald
    samedi 8 février 2014 - 15h00 - Auditorium de la Médiathèque
  • Lucas Cranach l’ancien
    samedi 5 avril 2014 - 15h00 - Auditorium de la Médiathèque

Repères chronologiques


La biographie de Matthias Grünewald demeurera sans doute à jamais lacunaire. L’artiste est probablement né à Würzburg entre 1475 et 1480. Les premières données historiques concernant son activité picturale datent de 1502-05. Aucune trace d’un apprentissage chez un maître, ni de voyage initiatique que les candidats au titre de maître en peinture devaient alors effectuer.

A partir de 1510 il est actif entre Mayence et Francfort, alternant le travail de peintre avec des ouvrages de génie hydraulique et de réfection de bâtiments. Cet éclectisme lui vaut d’être nommé en 1511 artiste de cour et intendant du domaine ecclésial de l’archevêque de Mayence et, à ce titre, prince électeur et chancelier de l’Empire.

C’est en 1512 qu’il commence à peindre le grand retable pour la commanderie des Antonites d’Issenheim, située en Alsace. Le précepteur du couvent s’appelait Guy de Guers. Son nom apparaît aussi sous la forme italienne de Guido Guersi, le commanditaire et sans doute l’auteur du parcours théologique complexe du retable constitué de 9 panneaux composant un polyptyque dit « à transformation_ » qui comporte deux ouvertures. Le retable sera achevé en 1516. Cette même année, il entre au service du nouvel archevêque de Mayence Albert de Brandebourg (1490-1545), commanditaire auprès de Dürer, de Cranach et de Holbein. C’est lui qui passa commande à Grünewald de l’autel représentant la rencontre de saint Erasme et de saint Maurice où l’archevêque apparaît en saint Erasme.

Une rencontre entre Dürer et Grünewald a peut-être eu lieu en 1520 à l’occasion du couronnement de Charles Quint à Aix-la-Chapelle.

Probablement mêlé à la révolte des paysans dirigée par Thomas Müntzer (1489-1525), il est relevé de ses fonctions de peintre de cour auprès d’Albert de Brandebourg. Il s’installe un temps à Francfort où il arrête de peindre pour se consacrer au commerce des couleurs qu’il fabriquait lui-même et aussi à celui d’un savon thérapeutique. En 1527 on le trouve à Halle où il travaille à des ouvrages hydrauliques. Il y meurt l’année suivante.

La découverte de la véritable identité de Grünewald a eu lieu en 1911. Il s’appelait Mathis Gothart Nithart. Peu d’œuvres de la main de ce maître contemporain de Dürer nous sont parvenues. Leur attribution au créateur du retable d’Issenheim ont été longues et difficiles et certaines d’entre elles font encore polémique parmi les spécialistes.

1490-1493 - Tour de compagnon de Dürer.

1494 - Premier voyage de Dürer en Italie. Il se rend à Venise.

1498 - Dürer grave dans le bois "l’Apocalypse de saint Jean l’Evangéliste".

1500 - Michel Ange achève la "Pietà" pour Saint-Pierre de Rome. Dürer célèbre sa propre réussite en peignant "l’autoportrait à la fourrure".
Grünewald représente la "Cène, sainte Agnès et sainte Dorothée" sur le panneau de Coburg. L’attribution de ces panneaux au maître d’Issenheim est encore discutée aujourd’hui.

1502 - La ville de Florence commande deux batailles, mettant en rivalité Léonard de Vinci et Michel ange.
Grünewald peint le retable des "Quatorze saints intercesseurs", plus connu sous le nom de "retable Lindenhardt".

Triptyque de Lindenhardt : Les 40 saints (détail) 1503 - Huile sur bois - Eglise de Lindenhardt

1503 - Mort d’Alexandre Borgia, Jules II della Rovere est élu pape. Jérôme Bosch peint "Le jardin des délices".
Grünewald achève "La Dérision du Christ".

1505-1506 - "Crucifixion de Bâle" par Grünewald.
"La fête du rosaire" par Dürer peinte à Venise. Mort de Mantegna.

1508 - Michel Ange commence à peindre les fresques de la voûte de la Chapelle Sixtine.

Le retable Heller : Sainte Elisabeth et sainte Lucie (?) 1509-1511 - Grisaille sur chêne - Donaueschingen Gemaldegalerie1509 - Erasme de Rotterdam publie "L’Eloge de la folie".
Grünewald peint les grisailles du retable Heller dont la réalisation globale est confiée à Dürer.

1511 - Raphaël achève la chambre de la Signature et entreprend de peindre celle d’Héliodore.
"La Crucifixion" dite de Washington dans laquelle Grünewald déploie tous ses talents de coloriste.











Crucifixion v. 1502 - Huile sur bois - Washington, National Gallery of Art Crucifixion v. 1501 - Huile sur bois - Bâle, Offentliche Kunstsammlung





















1512 - Grünewald commence la réalisation de son chef-d’œuvre, le "retable d’Issenheim".
Michel Ange achève les fresques du plafond de la chapelle Sixtine.

1513 - Mort de Jules II. Léon X Médicis monte sur le trône pontifical.

1516 - Achèvement du retable d’Issenheim.
"La Vierge de Stuppach", le "Miracle des neiges". Grünewald entre au service de Albert de Brandebourg en tant que peintre de cour. Albert passe une commande faramineuse à Lucas Cranach l’ancien : 143 tableaux formant plus d’une dizaine d’autels, le tout devant être réalisé en cinq ans. A la mort de Giovanni Bellini, Titien est nommé peintre officiel de la République de Venise.

1517 - Martin Luther affiche ses 95 thèses.

1519 - Charles Quint est élu empereur au détriment de François Ier. Mort de Léonard de Vinci.

1520 - Mort de Raphaël.
Saint Erasme et saint Maurice (v. 1517-1523) - Huile sur bois - Munich, Alte PinacothekGrünewald réalise le panneau monumental de la "Rencontre de saint Erasme et de saint Maurice". Albert de Brandebourg est représenté en saint Erasme. L’archevêque espérait attirer Erasme de Rotterdam pour diriger une nouvelle université qu’il entend fonder dans la ville de Halle.

1523 - "Retable de Tauberbischofheim" avec une Crucifixion et un portement de croix.
Hans Holbein le jeune peint le portrait d’Erasme de Rotterdam.

1525 - Bataille de Pavie perdue par les français.
Dernière œuvre connue : "Le Christ au Tombeau d’Aschaffenburg".
Révolte des paysans emmenée par l’anabaptiste Thomas Müntzer qui va être réprimée de manière féroce avec l’assentiment de son ancien allié, Luther.

1527 - Sac de Rome. Dispersion des artistes.
Développement du chantier du château royal de Fontainebleau.

1528 - Mort d’Albrecht Dürer et de Matthias Grünewald. La mort du premier est célébrée en grande pompe, celle du second dans l’anonymat.

Retable d'Issenheim (v. 1512-1515) - Huile sur bois - Colmar, Musée Unterlinden



Retable d'Issenheim (v. 1512-1515) - Huile sur bois - Colmar, Musée Unterlinden


Bibliographie


Grünewald
François-René Martin, Michel Menu et Sylvie Ramond
Hazan, 2012
ART 759.03 GRU

Grünewald "Retable d’Issenheim"
in Mystères sacrés / réalisé par Alain Jaubert
Montparnasse, 2007 (Palettes)
ART 759.03 JAU - DVD

Le retable des ardents : dans les pas de Matthias Grünewald : roman
Michel Winter
Verger, 2011
ART 759.03 GRU

Ecrits sur l’art
Joris-Karl Huysmans
Flammarion, 2008 (GF)
ART 701.18 HUY

Retables : l’âge gothique et la Renaissance
Caterina Limentani Virdis et Mari Pietrogiovanna
Citadelles & Mazenod, 2001
ART 759.03 VIR

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier