Accueil > Les collections > Bibliographies > Sciences & Société > Coups de coeur > Le Jardin des Favoris n°4
Le Jardin des Favoris n°4
Avril 2013

Après butinage dans les rayons, nous vous proposons un bouquet de documents à découvrir et à partager...




Survolez les couvertures... et cliquez pour les détails.






Dans le secret des êtres vivants : itinéraire d’une biologiste
Nicole LE DOUARIN
Robert Laffont, 2012
NAT 572.8 LED (Réservez ce document)




Membre de l’Académie des Sciences, professeur au Collège de France, médaillée d’or du CNRS, le curriculum vitae de Nicole Le Douarin est éloquent.

Et pourtant, qui aurait parier qu’une petite bretonne, née en 1930 dans un milieu modeste bien qu’instruit, devienne un jour l’un des plus brillants chercheurs français en biologie, spécialisé en embryologie ? Reconnue internationalement, elle participa à des travaux qui permirent des avancées majeures dans le domaine des chimères, clones, cellules souches...

C’est son histoire que nous raconte la scientifique dans ce livre passionnant, qui rassemble les souvenirs d’une enfance heureuse mais ternie par la guerre à Lorient, et le récit du parcours qui l’a menée jusqu’à la recherche. Elle a dû faire face à nombre de réticences et de préjugés pour prouver qu’elle méritait sa place au sein de ce microcosme très masculin, à une époque où les femmes n’étaient que peu représentées dans le monde scientifique. Mais toujours, sa persévérance a payé.

Dans un style volontairement pédagogique, disposition héritée de sa mère institutrice qu’elle évoque avec tendresse, Nicole Le Douarin expose ici certains de ses travaux scientifiques pour nous faire partager le monde fascinant des êtres vivants.

Claire


Haut de page




Ta carrière est fi-nie !
Zoé SHEPARD
Albin Michel (Documents), 2012
SOC 352.6 SHE (Réservez ce document)



« PLACARDISATION
n. f. (du lat. placibilitas : clémence et arduus : difficile) :
Résultat de la crise d’autoritarisme d’un chefaillon frustré consistant à mettre à l’écart tout salarié qui n’exécute pas béatement ses ordres imbéciles. »

« - Vous savez quel est votre problème ? L’idée surgit dans mon esprit : travailler pour des cons ? - Je brûle d’envie de le savoir. Le premier fonctionnaire de la Ville se cale contre le dossier de son fauteuil, et déclare doctement : - Vous êtes méchante. - Ah oui, quand même. « Méchante ». Vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère. C’est une accusation très grave. - Je vais prendre les mesures qui s’imposent. »

Zoé Shepard, 32 ans, fonctionnaire territoriale, est l’auteur du best-seller autobiographique « Absolument dé-bor-dée », qui lui a valu un an de mise à pied.
Et voici l’arrivée de la Saison 2 !!
De retour dans sa mairie après un congé sabbatique d’un an, notre « desperate fonctionnaire » retrouve son service de la Direction Internationale toujours aussi léthargique.
Simplet, Coconne, le Don et Grand Chef Sioux embarquent cette fois notre héroïne en Afrique…
Gaspillage, incompétence et favoritisme règnent plus que jamais en maîtres !
Entre « placardisation », association bidon à subventionner, maison écologique à inaugurer pour flatter l’ego d’un élu, ce second opus est aussi réussi que le premier (qui posait le décor et les personnages).

Un bon moment de lecture…

Nath


Haut de page




Complètement malades !
Michel CYMES
Le Chêne, 2010
SCI 610.9 CYM (Réservez ce document)



Montaigne fut torturé par des calculs rénaux et Richelieu par des hémorroïdes ; Bellini fut emporté par une dysenterie et Puccini par un cancer de la gorge ; Karen Blixen se battit plusieurs années contre la syphilis et Golda Meir contre un lymphome ; Eisenhower souffrit atrocement de la maladie de Crohn ; la grande dame du jazz, Ella Fitzgerald, bouleversa les foules par son courage face au diabète ; le peintre Goya subit d’insupportables acouphènes ; Hegel sera foudroyé par le choléra et Boris Vian terrassé par une crise cardiaque,...
Et la liste continue ! A vous de la découvrir ! D’Alexandre le Grand à Virginia Woolf en passant par Cléopâtre, Audrey Hepburn, La Callas, Mirabeau, Périclès, Renoir,...

Ainsi, à travers le portrait d’une soixantaine de personnages illustres, l’auteur, médecin et animateur de l’émission « Le Magazine de la santé » sur France 5, passe en revue les maladies d’hier et d’aujourd’hui.
Au détour d’anecdotes souvent amusantes, parfois dramatiques, Michel Cymes nous entraîne dans une leçon d’histoire de la médecine et de son évolution.

Voici un livre pédagogique comme on aimerait en lire plus souvent. Teinté d’une pointe d’humour, il est agréablement illustré et se dévore comme un véritable roman à suspens.

Marie-Christine


Haut de page




Minerais de sang
Christophe BOLTANSKI
Grasset, 2012.
SOC 326 BOL (Réservez ce document)



La cassitérite entre dans la composition de l’étain, lui-même composant indispensable à la conception de toute notre technologie, PC, MP3, téléphone portable, PlayStation, imprimante... Toute notre modernité en contient une trace.

Christophe Boltanski, grand reporter au Nouvel Observateur, a enquêté pendant deux ans sur le parcours de ce minerai extrait dans des mines à l’est du Congo, près de la frontière du Rwanda où des gamins africains s’enfoncent sous la terre au péril de leur vie.
Scandale humanitaire. Il raconte le quotidien infernal des creuseurs, esclaves des temps modernes, les risques insensés qu’ils prennent pour gagner quelques francs congolais.

« J’ai essayé de suivre un caillou, explique l’auteur, mais un caillou, c’est silencieux, ça ne parle pas ». Alors, il a voyagé sur un tiers de la planète, rencontré toute une série d’intermédiaires, déterminé à mesurer « à quel prix nous parlons au téléphone, nous consultons Internet ou nous photographions les êtres qui nous sont chers ? »
« Ce morcellement est vertigineux. C’est une caractéristique du monde dans lequel on vit, le système économique est conçu de façon à ce que personne ne soit responsable de rien." On nous avait annoncé l’entrée dans l’ère du virtuel, l’industrie minière étant devenue synonyme de charbon, de saleté, de XIXe siècle. Or nous sommes plus que jamais dépendants de ces matières premières.
Ce roman-vrai est d’autant plus saisissant qu’il confronte deux réalités, celle de la survie et celle du confort. Comment faire pour que cesse cette logique dans laquelle un monde se sacrifie pendant qu’un autre prospère ?

Nathalie


Haut de page




La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre
Yves LACOSTE
La Découverte (Cahiers libres), 2012
HIS 910 LAC (Réservez ce document)



Trente-six ans après la parution de ce livre, la nouvelle édition reprend le texte de 1976, complétée par une préface, des commentaires et réflexions contemporaines.
Yves Lacoste fustigeait "la géographie des professeurs", la géographie à l’école : l’un des enseignements les plus rébarbatifs et "inutiles" !, l’étude du relief, du climat...

L’ouvrage est toujours pertinent aujourd’hui. L’auteur expose que la géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre (bombardements des digues du fleuve rouge en 1972), et aussi ça sert à aménager le territoire, organiser l’espace, comprendre les phénomènes de ségrégation spatiale, analyser les conflits régionaux, internationaux...

Pour Yves Lacoste, la géographie est le savoir et le raisonnement qui servent à penser les complexités de l’espace terrestre (données géologiques, océanogaphiques, phénomènes climatiques, ensembles écologiques, données démographiques, structures économiques et sociales, frontières) ; et la géopolitique, des rivalités de pouvoirs sur un territoire de grandes ou de petites dimensions, y compris au sein des agglomérations urbaines.

Avec la revue Hérodote qu’il a crée en 1976 il a été le fer de lance de la nouvelle géographie "géopolitique".

Catherine


Haut de page




Sale temps pour les femmes : Futures mères, si vous saviez !
Docteur Odile BUISSON
Jean-Claude Gawsewitch, 2012
SOC 362 BUI (Réservez ce document)



Gynécologue obstétricienne, l’auteur constate qu’aujourd’hui un mouvement de balancier est en train de s’opérer, celui d’un retour en arrière sur les conditions d’accouchement et de suivi médical pendant la période de la grossesse.

Odile Buisson livre son expérience de professionnelle au travers de toute une série d’anecdotes où affleurent souvent blessures et désillusions et qui rendent le livre percutant. Elle en vient à constater une situation compliquée où, pour échapper au contexte des hôpitaux publics souvent surchargés, des patientes se tournent vers des solutions alternatives, "les maisons de naissance" qui prônent l’accouchement physiologique en renonçant à toute médicalisation et donc à la péridurale. " La demande d’accoucher différemment est surtout née de la déshumanisation progressive des maternités et le mouvement s’est accéléré avec la création de maternités gigantesques, véritables accouchoirs publics où le personnel en sous-effectif est débordé et pressurisé."
Non seulement l’accouchement mais également le suivi médical ordinaire devient difficile en raison du nombre décroissant de spécialistes en gynécologie.

L’auteur critique la consécration des médecines dites alternatives, le retour du sacré et le rejet de l’hypermédicalisation qui contribuent à leur façon aux dérives de la politique de la santé en France. "Qui aurait pu prédire qu’un jour des femmes réclameraient un retour culturel à la douleur et à la soumission des contingences du corps ?"
La lecture de cet ouvrage permet de souligner combien la place du corps dans la société et particulièrement celui de la femme est révélatrice du degré d’évolution des mentalités.

Nathalie


Haut de page




Rose Valland : résistante pour l’art
Frédéric DESTREMEAU
Musée de la Résistance et de la déportation de l’Isère, 2008
ART 709.4 VAL BIO (Réservez ce document)



Héroïne relativement méconnue de la Résistance, Rose Valland (1898-1980) y joua pourtant un rôle de premier ordre. Cette discrète et modeste attachée de conservation au musée du Jeu de Paume à Paris va durant les quatre années de l’Occupation être la seule à se maintenir, difficilement, à son poste. Alors que les Allemands font de ce bâtiment un lieu de stockage et la grande "gare de triage" des oeuvres d’art spoliées en grand nombre, (notamment aux Juifs), elle va secrètement et au péril de sa vie, tenir registre scrupuleusement de chaque vol et de la destination de chaque objet dérobé.
Elle est nommée capitaine de l’Armée française après la Libération. Grâce à sa très précieuse documentation, sa grande énergie et une volonté tenace, elle accompagne les Alliés en Allemagne et en Autriche, afin de retrouver autant que possible les oeuvres pillées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires.

Ce livre, aussi solidement documenté que richement illustré, est un hommage rendu à une femme entièrement dévouée à l’art et à la sauvegarde du patrimoine artistique français, ainsi qu’une biographie passionnante sur une figure hors du commun de la Résistance.

Hadrien


Haut de page

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier