Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Le Pérugin : maître de Raphaël
Le Pérugin : maître de Raphaël
Présentation et sélection bibliographique, septembre 2014

En pratique

Exposition, Musée Jacquemart-André, du 12 septembre 2014 au 19 janvier 2015.

158 boulevard Haussmann - 75008 Paris
Ouvert tous les jours de 10h00 à 18h00,
nocturne les lundis et samedis jusqu’à 20h30 en période d’exposition

Consulter le site de la Musée Jacquemart-André

L’exposition


Vierge à l'enfant (vers 1500) - Washington, National Courtesy National Gallery of Art, Washington Gallery of Art, Samuel H. Kress Collection Le Musée Jacquemart-André propose de redécouvrir un grand maître de la Renaissance italienne, Le Pérugin (1450-1523). Connu pour son influence sur le jeune Raphaël, Le Pérugin est avant tout un peintre novateur dont la fortune, très importante dans toute l’Italie au début du XVIe siècle, aura un écho particulier en France jusqu’à l’époque contemporaine. Considéré par ses contemporains comme l’un des plus grands peintres d’Italie, Le Pérugin a initié pendant les dernières décennies du XVe siècle et les premières du XVIe siècle une nouvelle manière de peindre, qui a profondément marqué son époque. Son art cristallin, fait de transparences et de lumières théâtrales, a suscité un très grand engouement et les effets inédits de grâce et de séduction qu’il a développés font de lui l’un des plus grands représentants de la Renaissance italienne.

Le raffinement de ses œuvres, l’attention portée à l’harmonie des couleurs et au modelé des corps témoignent de la grande maîtrise technique du Pérugin. Inventeur de nouvelles règles de composition, il a créé un langage pictural dont l’influence s’est étendue par-delà les frontières. Le Pérugin devient le chef de file d’un courant artistique de portée internationale qui va se diffuser dans l’Europe tout entière, par l’intermédiaire du jeune Raphaël (1483-1520), dont les œuvres rencontrent à leur tour un vif succès.

Au-delà de l’étude chronologique du parcours du Pérugin, l’exposition permet de mettre en lumière les apports essentiels de ce peintre à l’art et la culture de son époque. Dans cette perspective, la cinquantaine d’œuvres réunies à cette occasion retrace les grandes étapes de la carrière du Pérugin, de sa formation, marquée par la peinture florentine de la seconde moitié du XVe siècle, à ses grands succès à Rome et Pérouse. Figure artistique aussi importante qu’originale, Le Pérugin va exercer une influence majeure sur ses contemporains, en particulier sur Raphaël dont 10 œuvres sont présentées à titre exceptionnel dans l’exposition.

Source : http://www.musee-jacquemart-andre.com


Le Pérugin


Vers 1450 - Pietro Vannucci, dit le Pérugin, naît à Città della Pieve, à proximité de Pérouse.

1465–1470 - Après avoir peut-être effectué un premier apprentissage, à Pérouse, dans l’atelier polyvalent de Bartolomeo Caporali, il entre en contact avec Piero della Francesca.

1472 - Il est inscrit en qualité de peintre indépendant à la Compagnia di San Luca de Florence, où il fréquente le prestigieux atelier d’Andrea del Verrocchio.

1473 - À Pérouse, il participe à la réalisation de la niche représentant les Miracles de saint Bernardin de Sienne, une des œuvres les plus mystérieuses et les plus intrigantes de la seconde moitié du quattrocento italien. Il signe et date les fresques de l’église paroissiale de Cerqueto, près de Pérouse, dont il reste aujourd’hui un très beau Saint Sébastien. Ses fortes analogies avec la fresque détachée de Deruta représentant Dieu le Père accompagné de saint Roch et saint Romain et datée de 1476, avec l’Adoration des Mages de la Galleria Nazionale dell’Umbria et avec la Cène « de Fuligno », conservée à Florence, montrent que toutes ces œuvres sont de la même main et remontent à la même période.

1481–1482 - Aux côtés de Sandro Botticelli, Domenico Ghirlandaio et Cosimo Rosselli, il travaille pour le pape Sixte IV à la décoration de la chapelle Sixtine, à Saint-Pierre du Vatican. Il y peint des Épisodes de la Vie de Moïse et de la Vie du Christ, parmi lesquels le Baptême et la célébrissime Remise des clefs à saint Pierre.
1483 - Il participe à l’ambitieux programme de Laurent le Magnifique pour la décoration, perdue, de la villa de Spedaletto, près de Volterra, et collabore à cette occasion avec les meilleurs artistes de l’époque : Botticelli, Ghirlandaio et Filippino Lippi.

1482–1500 - Il se déplace sans cesse entre Rome, Città della Pieve, Florence et Pérouse. Il dirige en parallèle deux ateliers distincts, respectivement situés dans ces deux dernières villes. Il faut sans doute inclure le jeune Raphaël parmi ses collaborateurs de Pérouse.

1489–1499 - Il est surtout actif à Florence, tout en se rendant souvent dans le chef-lieu ombrien. En 1491, à Rome, il travaille pour le compte du cardinal Giuliano della Rovere au palais des Santi Apostoli. Il y exécute, pour la chapelle intérieure, un triptyque appartenant aujourd’hui à la collection Albani Torlonia. Plusieurs de ses chefs-d’œuvre datent de cette période : le Retable de l’Annonciation peint pour Fano (1489) ; la Vision de saint Bernard (1489–1490) ; l’Apollon et Daphnis peint pour Laurent le Magnifique (1490) ; le panneau destiné à l’église San Domenico de Fiesole (1493) ; le portrait de Francesco delle Opere (1494) ; le panneau pour l’église Sant’Agostino de Crémone (1494) ; la Lamentation sur le Christ mort pour les religieuses de Santa Chiara (1495) ; la fresque de la Crucifixion en l’église Santa Maria Maddalena dei Pazzi, à Florence (1495–1496).

Francesco delle Opere (1494) - Florence, Galerie des Offices1494 - Il séjourne pour la première fois à Venise, où il reviendra l’année suivante et, peut-être, en 1497. À Pérouse, il peint le Retable des Décemvirs (1495) destiné à la Chapelle du gouvernement municipal, au Palazzo dei Priori, le polyptyque pour les bénédictins de San Pietro et le Retable de la Résurrection (1499).

1498–1500 - Il peint les fresques de la Salle des Audiences du Collegio del Cambio (Collège des Banquiers) de Pérouse ; ce cycle, qui présente un intérêt considérable, constitue un des plus beaux aboutissements de toute la peinture italienne. Sur un des piliers de séparation des peintures, le Pérugin a laissé un Autoportrait en trompe-l’œil.

1502–1507 - Il réalise un de ses rares tableaux profanes, le Combat de l’Amour et de la Chasteté, pour le studiolo privé d’Isabelle d’Este, marquise de Mantoue.

1503–1504 - Il peint le Mariage de la Vierge pour la chapelle du Saint Anneau de la cathédrale de Pérouse. Il a désormais établi sa résidence définitive en Ombrie.

1505–1507 - Le Polyptyque de l’Annonciation, dernière de ses commandes florentines, reçoit un accueil mitigé.

1502–1523 - Pour les augustiniens de Pérouse, il réalise les tableaux d’une grandiose machinerie d’autel à deux faces comprenant trente panneaux peints et enrichie de décorations en or mosaïquées. Il exécute de nombreuses fresques à Città della Pieve, Corciano, Foligno, Fontignano, Montefalco, Panicale, Spello, Santa Maria degli Angeli et Trevi.

1523 - Il meurt de la peste, en février, dans le bourg de Fontignano.

Prédelle du retable Oddi : l'annonciation (1504-1505) - Cité du Vatican, Musées du Vatican


Bibliographie


Le martyre de saint Sébastien (1490-95) - Rome, Galerie BorgheseLe Pérugin
Connaissance des arts (Hors série)
En commande

La chapelle Sixtine révelée : l’iconographie complète : Botticelli, Le Pérugin, Rosselli, Piero Di Cosimo, Signorelli, Ghirlandaio, Michel-Ange
Heinrich W. Pfeiffer. - Hazan, 2007
ART 759.03 PFE

Raphaël
Pierluigi De Vecchi. - Citadelles & Mazenod, 2002 (Les Phares)
ART 759.03 RAP

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier