Accueil > La saison culturelle > Actualité culturelle > Cafés Littéraires > Malraux et le patrimoine culturel et artistique
Malraux et le patrimoine culturel et artistique
Samedi 18 Septembre 2010 – 15h00
Conférence par Alexandre Duval-Stalla

André Malraux, Charles de Gaulle, une histoire de légende" (Gallimard)
Biographie croisée sur l’amitié entre le Général de Gaulle et André Malraux.


" D’abord le passé..." premiers mots adressés par le général de Gaulle à André Malraux. Première rencontre. Il est 11 heures du matin, le mercredi 18 juillet 1945, au ministère de la Guerre, rue Saint-Dominique, à Paris. Deux légendes se font face : le chef de la France libre et la figure mythique de l’écrivain engagé dans la lutte antifasciste de l’entre-deux-guerres. Sans s’embarrasser ni de circonlocutions ni de formules de politesse, le général de Gaulle s’attaque directement à l’essentiel : André Malraux et ses engagements passés. D’abord surpris (" Surprenante introduction "), celui-ci commence alors par expliquer la raison profonde de son engagement : " Je me suis engagé dans un combat pour, disons, la justice sociale. Peut-être, plus exactement : pour donner aux hommes leur chance... " Puis, il enchaîne en expliquant ses combats dans les années 1930 contre le fascisme : "J’ai été président du Comité mondial antifasciste avec Romain Rolland, et je suis allé avec Gide porter à Hitler - qui ne nous a pas reçus - la protestation contre le procès de Dimitrov et des autres soi-disant incendiaires du Reichstag." Il poursuit en parlant de la guerre d’Espagne pendant laquelle il a combattu aux côtés du gouvernement républicain espagnol contre les militaires du général Franco, en prenant bien soin d’ailleurs de préciser qu’il ne s’est jamais compromis avec les communistes de Staline : " Puis il y a eu la guerre d’Espagne, et je suis allé me battre en Espagne. Pas dans les Brigades internationales, qui n’existaient pas encore, et auxquelles nous avons donné le temps d’exister : le parti communiste réfléchissait..." Enfin, André Malraux termine par une profession de foi : " Puis il y a eu la guerre, la vraie. Enfin est arrivée la défaite, et comme beaucoup d’autres, j’ai épousé la France..." Le coup de foudre est réciproque entre les deux hommes. Débute alors une amitié indéfectible sur les hauteurs pendant plus de vingt-cinq années. Pourtant, cette première rencontre n’a pas été une évidence. Elle a même été tardive.

- L’auteur : Alexandre Duval-Stalla est diplômé de l’Institut d’Etudes Politique de Paris (Sciences Po) et d’un troisième cycle en droit des affaires et fiscalité

Suivi d’une dédicaces.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...