Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Marc Riboud
Marc Riboud
Présentation et sélection bibliographique, décembre 2010

L’exposition

Rueil-Malmaison, Atelier Grognard, du 19 novembre 2010 au 3 janvier 2011

En écho au Salon d’art dédié à l’image fixe, Paris Photo, et aux 30 ans du Mois de la Photo, événement qui fait de Paris la capitale mondiale de la photographie en novembre, la ville de Rueil-Malmaison souhaite s’inscrire dans cette démarche de valorisation de cette pratique artistique. C’est pourquoi, nous avons invité l’une des figures françaises les plus prestigieuses : Marc Riboud.

Avec plus de 100 tirages de formats variés, l’exposition revient notamment sur ses voyages en Inde, au Népal, en Indonésie, en Afghanistan ou en Turquie. Le fil rouge de ce parcours oriental étant le Tibet avec la moitié des clichés qui lui sont consacrés.

Cependant, nous n’avons pas oublié les quelques grands moments de sa carrière photographique, dont il nous est resté des images fortes comme son célébrissime tirage "Le peintre de la Tour Eiffel". Une photo qui, prise en 1953 et publiée par Life Magazine, a fait le tour du monde. Les classiques et les inédits de sa carrière photographique sont présentés à travers un abécédaire réalisé avec son épouse Catherine Chaine et publié chez Gallimard Jeunesse.

Biographie


Marc Riboud est le cinquième enfant d’une fratrie de sept.
Il est élevé dans une famille bourgeoise lyonnaise (son père était diplômé de Sciences Po et son grand-père avait été l’un des fondateurs de la Lyonnaise de Banque). Il est le frère des industriels Jacques, Antoine et Jean Riboud. Pendant la seconde guerre mondiale, il combat dans la Résistance. Après la Libération, il étudie à l’école centrale de Lyon de 1945 à 1948.

Marc Riboud commençe la photographie à quatorze ans avec un appareil photographique Vest Pocket Kodak offert par son père. En 1937, il prend ses premiers clichés à l’exposition internationale « Arts et techniques dans la vie moderne » à Paris. Il photographie aussi des châteaux de la Loire.

En 1951, il quitte son poste d’ingénieur dans une usine à Villeurbanne après avoir oublié de rentrer d’un congé consacré à la visite du Festival de Lyon qu’il voulait photographier. Il se lance alors dans la photographie en indépendant. En 1952, il monte à Paris, où grâce aux relations de son frère Jean, il rencontre Henri Cartier-Bresson et Robert Capa, deux des créateurs de Magnum Photos. En 1953, sur l’invitation de Robert Capa il intégre l’agence et est envoyé à Londres où il reste deux ans. Sa capacité à capter les instants éphémères de la vie, grâce à des compositions puissantes, est déjà visible et cette aptitude va le servir.

De 1955 à 1957, il voyage en Inde puis, en 1957, il est l’un des premiers Européens à aller en Chine. Il devient le vice-président de Magnum pour l’Europe en 1959. Il suit les événements de la décolonisation en Algérie et en Afrique noire dans les années soixante. Entre 1968 et 1969, Marc Riboud réalise plusieurs reportages sur le Nord-Viêt Nam et le Sud-Viêt Nam.
Dans les années quatre-vingts, il voyage dans le monde entier, surtout en Asie, en Afrique, aux

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier