Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Mary Cassatt à Paris, dessins & gravures
Mary Cassatt à Paris, dessins & gravures
Présentation et sélection bibliographique, septembre 2012

En pratique : exposition du 26 septembre 2012 au 20 janvier 2013

Fondation Mona Bismark
American Center for art & culture
34 avenue de New-York - 75016 Paris

Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 18h

Visiter le site de la fondation Mona Bismark

L’exposition


Maternité (1890)L’Impressionniste américaine Mary Cassatt (1844-1926), ayant vécu à Paris, était fascinée par les défis et les possibilités artistiques qu’offrait la gravure, lui permettant de se concentrer essentiellement sur la forme, le geste ainsi que l’expression.

A l’époque, Ambroise Vollard, l’audacieux marchand d’art de Paris, fut frappé par la modernité et la vitalité de son travail sur papier, et plus particulièrement par les impressions à différentes étapes de ses gravures, qui laissent un témoignage important sur le processus créatif. Vollard fit donc l’acquisition de l’entière collection des gravures et dessins dans l’atelier de l’artiste, et les garda en sa possession jusqu’à sa mort.

Pour la toute première fois, près de 70 des impressionnants travaux de Cassatt seront exposés dans Mary Cassatt à Paris : Dessins & Gravures de la Collection Ambroise Vollard, parmi lesquels on trouvera des gravures, des aquatintes, des transferts de pastel et des dessins préparatoires. Le Mona Bismarck American Center for art & culture est ravi de présenter ces œuvres dans la ville de Paris, ville tant aimée par leur créateur et leur collectionneur, et où elles n’ont jamais été montrées depuis leur création.


Références biographiques


Mary Stevenson Cassatt, dite Mary Cassatt, (née le 22 mai 1844 à Allegheny City en Pennsylvanie - morte le 14 juin 1926 au Mesnil-Théribus en France), est une artiste peintre américaine.

Amie de Edgar Degas, elle est souvent rattachée à l’impressionnisme, qui a une grande influence sur son œuvre précoce. Ses peintures et ses dessins de maturité doivent cependant plutôt être comparés à ceux produits par la génération de peintres post-impressionnistes : Toulouse-Lautrec ou encore les Nabis, avec qui elle partage un net intérêt pour les peintres de l’Ukiyo-e, période du japonisme.

Enfance

La famille Cassatt est une vieille famille américaine issue d’émigrés français arrivés aux  ?tats-Unis en 1662 : les Cossart. Tout en revendiquant cette filiation et reconnaissant que sa mère Katherine a reçu une éducation française, langue qu’elle parlait couramment, Mary Cassatt se sent profondément américaine. Elle est âgée de 7 ans environ lorsqu’elle quitte les  ?tats-Unis pour l’Europe avec ses parents. Il s’agit de consulter des médecins au sujet de la maladie de son frère Robbie qui mourra d’un cancer des os en 1855. La famille s’installe à Paris. Mary apprend le français et l’allemand, visite les musées et les galeries d’art. En 1855, la famille retourne en Pennsylvanie où Mary prend des cours de dessin.

Formation

En 1860, elle entre à l’Académie des Beaux Arts de Pennsylvanie où elle apprend les rudiments de son art. Déçue de la formation qu’elle y reçoit, elle quitte l’Académie au bout de deux ans. Elle retourne en 1865 à Paris avec sa mère et une compagne d’étude, Eliza Haldeman. Les deux jeunes filles restent à Paris et étudient la peinture avec le peintre Paul-Constant Soyer puis s’inscrivent dans la classe de Charles Chaplin où elles apprennent l’art du portrait et obtiennent leurs cartes de copiste du Louvre. Mary est élève du peintre Jean-Léon Gérôme. Elles visitent Barbizon. C’est un des premiers contacts de Mary avec la peinture impressionniste. En 1868, sa "Joueuse de Mandoline" est acceptée au Salon de Paris. Elle découvre les œuvres de Manet et Courbet.

En 1870, la guerre éclate en France. Mary rentre en Pennsylvanie. En 1871, elle retourne en Europe, visitant Londres, Paris, Turin puis s’installe à Parme où elle étudie Le Corrège et où elle développe son art de la couleur. C’est également là, auprès de Carlo Raimondi, qu’elle s’initie à l’art de la gravure. Elle part ensuite pour l’Espagne, découvre les Rubens du musée du Prado qui la poussent à visiter Anvers. C’est de cette étude de Rubens qu’elle acquiert le sens de la lumière et le goût des couleurs claires.

Le Salon de Paris accepte ses peintures : "Sur le balcon durant le carnaval" (1872), "Le torero et la jeune fille" (1873) et "Ida" (1874). C’est cette dernière peinture qui attire pour la première fois l’attention de Degas pour cette artiste. Mary s’installe à Paris. Elle continue ses études auprès de Couture. En 1875, elle fait la connaissance de Degas.

Avec les impressionnistes

Lorsqu’en 1877, son dernier tableau est refusé par le Salon, Degas l’encourage à exposer au quatrième salon des impressionnistes. Mary Cassatt se sent à l’aise dans le milieu impressionniste, elle est une figure un peu atypique dans le groupe, portraitiste plus que paysagiste. Elle les rejoint cependant dans son goût pour le travail à l’extérieur, son sens des couleurs et sa recherche du réalisme qui n’est pas incompatible avec une forme de lyrisme et de sentimentalisme qui lui est propre. Sans être à proprement parler un disciple de l’un d’entre eux, elle s’entretient fréquemment avec Degas et admire Pissaro aux côtés duquel le hasard la fait travailler. Elle se lie d’amitié avec Berthe Morisot.

Cette période est aussi celle de l’installation à Paris de ses parents et de sa sœur Lydia qui tombe malade, ce qui est l’occasion de nombreux portraits intimistes de femmes (1880). Après la mort de sa sœur en 1882, Mary se lance dans une série de portraits de mères et d’enfants qui devient son sujet d’étude privilégié.

 ? cause du conflit qui oppose Degas à Renoir, Monet, Cézanne et Sisley, elle prend progressivement ses distances avec le mouvement, refusant de participer au salon de 1882 mais participant cependant au salon de 1886.

Maturité

En 1890, la visite d’une exposition sur la gravure japonaise est l’occasion pour elle d’un infléchissement dans son art. Mary tombe en admiration devant les œuvres d’Utamaro et Toyokuni. Elle travaille la gravure sur cuivre, la pointe sèche, l’aquatinte et les eaux-fortes. Lors de sa première exposition particulière chez Durand-Ruel en 1891, elle expose ainsi 10 de ses eaux-fortes. Celle-ci sera suivie de quatre autres chez Durand-Ruel, et chez Ambroise Vollard. Ses œuvres s’exposent aussi à l’étranger : New-york (1895 - 1903) - Manchester (1907).

Elle continue sa série de portraits de femmes et d’enfants. Selon Segard, c’est durant la période de 1890-1910 qu’elle atteint le sommet de son art, synthèse heureuse entre l’ascétisme de la gravure japonaise et l’abondance de coloris de sa période impressionniste, évoluant au gré de son humeur entre ces différentes tendances.

Elle achète, en 1894 le château de Beaufresne au Mesnil-Théribus qui devient sa résidence d’été. De 1912 à 1924, elle partagera son temps entre Beaufresne et la villa Angellito à Grasse.

Son père meurt en 1891, sa mère en 1895 et son frère Gardner en 1911. Ces décès l’affectent profondément et Mary souffre d’une dépression. Le diabète et la cataracte lui abîment la vue, elle cesse de peindre en 1914. Elle devient définitivement aveugle en 1921. Elle meurt le 14 juin 1926 et est enterrée dans la tombe familiale de Mesnil-Théribus.


Sélection bibliographique


"La toilette" pointe sèche et aquatinte sur papier vergé - Brooklyn MuseumLes femmes impressionnistes : Mary Cassatt, Eva Gonzalès, Berthe Morisot / Marianne Delafond et Marie-Caroline Sainsaulieu
Bibliothèque des arts, 1993
ART 759.054 FEM

Mary Cassatt : exposition du Musée d’Orsay
RMN, 1988 (Les dossiers du musée d’Orsay)
ART 759.054 CAS

Mary Cassatt / Nancy Nowll Mathews
Abrams, 1987 (The library of american art)
ART 759.054 CAS - en anglais


Ressources numériques


A lire dans l’Encyclopaedia Universalis
sur place à la médiathèque et dans les bibliothèques du réseau

A lire dans Bibliovox, la bibliothèque numérique
(sur place ou à distance)

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier