Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Néo-impressionnisme, de Seurat à Paul Klee
Néo-impressionnisme, de Seurat à Paul Klee
Présentation et sélection bibliographique, Juin 2005

Exposition, Musée d’Orsay, 15 mars au 10 juillet 2005

L’exposition du Musée d’Orsay rend hommage aux artistes fondateurs du mouvement néo-impressionniste.

L’exposition


Bain à Asnières / Georges SeuratL’exposition du Musée d’Orsay rend hommage aux artistes fondateurs du mouvement néo-impressionniste. En effet, soucieux de dégager des principes impressionnistes un art plus réfléchi, Seurat et Signac exposent dès 1886 les premiers essais de la méthode divisionniste garante d’un plus grand éclat lumineux dans des compositions savamment ordonnées.

Ce mouvement devait convaincre aussi bien Pissarro que la jeune génération, Van Gogh, Dubois-Pillet ou des peintres aujourd’hui peu connus (Luce, Cross, Angrand).

L’exposition souligne, également, la diversité des approches suscitées par la technique de Seurat et de ses amis ainsi que le rôle fondateur qu’ils ont joué dans la naissance de la peinture du XXème siècle (Matisse, Kandinsky, Mondrian, Klee...).

Mondrian

Le parcours s’organise selon une série de sections qui mettent en évidence les innovations formelles apportées par les peintres néo-impressionnistes : le plan, la géométrie, le rythme, l’arabesque, la lumière, la couleur.


Le néo-impressionnisme


Paul SignacApparu en 1886 pour la première fois sous la plume des critiques Arsène Alexandre et Félix Fénéon (critique littéraire et d’art français), le terme de « néo-impressionnisme » désigne un courant pictural ayant comme théoricien et chef de file Seurat.

En effet, au début des années 1880, Seurat a été influencé par les traités d’optique et d’esthétique de Chevreul, de Rood ou encore Charles Henry et, a mis au point la technique de la division de la couleur. Ce mouvement est également connu sous le terme « pointillisme » ou « divisionnisme ».

La Seine à Herblay / Maximilien Luce

Les îles d'or / Henri Edmond Cross (1856-1910)L’originalité de ce mouvement se caractérise surtout par sa technique. En effet, les néo-impressionnistes réagissent contre le »naturalisme romantique » de l’impressionnisme. Ne cherchent plus à capter les effets éphémères de la lumière et de la couleur comme le faisaient les Impressionnistes, ils désirent au contraire rendre un témoignage hors du temps. Trouvant leurs sujets dans la vie moderne des usines et, également dans les divertissements populaires comme les fêtes foraines, ils restent, néanmoins attachés au paysage, à la mer, au portrait. Attentifs au pouvoir d’expression des lignes et des couleurs, les néo-impressionnistes renouent avec les grands principes de la composition en peinture.

Recherchant des émotions particulières provoquées par la ligne, la couleur et la tonalité, le jeu polychrome se conjugue au jeu linéaire. En effet, aux lignes ascendantes correspondent des teintes chaudes et des tons clairs pour exprimer la joie et la gaieté, aux lignes descendantes prédominent des teintes froides, des tons foncés qui traduisent la peine, un équilibre plus ou moins parfait des teintes chaudes et froides. Des tons pâles et intenses ajoutent au calme des lignes horizontales.

Le cirque / Georges Seurat (1890)

Couturières, rue du Caire / Paul SignacL’artiste mélange préalablement des pigments colorés sur les palettes et ne pose sur la toile qu’une multitude de petites touches arrondies de tons purs qui par la loi de l’optique donnent la teinte recherchée. Cette méthode est très lente et laborieuse car chaque touche de couleur devait sécher totalement avant que d’autres points soient ajoutés, ceci pour éviter que l’application « frais sur frais » ne brouille les couleurs ce qui aurait atténuée la pureté de chaque touche successive.

Giuseppe Pelizza da Volpedo

Très vite, ce mouvement se propage en Europe, notamment en Belgique par l’intermédiaire du peintre Théo Van Rysselberghe. Le mouvement gagne, également, les Pays Bas, l’Allemagne, la Suisse. En Italie, le terme de « divisionnisme » sera utilisé pour désigner cette technique de peinture. Le peintre le plus représentatif et le plus fidèle du divisionnisme italien est Giuseppe Pelizza da Volpedo.

Maria Sèthe à l'harmonium / Théo van Rysselberghe Homme à la barre / Théo van Rysselberghe

Après la mort prématurée de Seurat en 1891 cette méthode très rigoureuse sera peu à peu abandonnée par certains. Chacun cherchera des variations plus personnelles au style pointilliste. Mais cette technique sera toujours défendue par Signac qui la relancera par son traité « D’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme » en 1898.

Jeune paysanne faisant du feu / Camille Pissarro (1887-1888)

Mais, l’influence de ce mouvement ne s’arrête pas là, ayant un rôle notable dans la naissance de la peinture du XXème siècle. En effet, la plupart des artistes novateurs du XXème siècle feront un détour par le néo-impressionnisme. Tous développeront à partir de cette technique leur propre style et déclineront les fameux points plus ou moins ronds, plus ou moins carrés, rectangulaires, appuyés ou effleurés ici ou là. Ce style persistera jusqu’au début du XXème siècle.

Ainsi, Matisse utilisera des touches pointillées élargies annonçant le fauvisme, Paul Klee utilisera aussi la technique du pointillisme et ses multitudes possibilités. On pourra remarquer le rôle de la couleur exacerbée comme dans les œuvres de Derain.

Derain Mondrian

Luxe, calme et volupté / Henri Matisse (1904)


Bibliographie


D’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme
Paul Signac
Hermann, 1987
(Savoir)
ART 701.18 SIG

- Ce manifeste de la couleur, paru une dizaine d’années après la naissance du mouvement néo-impressionniste, fut un livre essentiel pour la génération du tournant du siècle, qui allait créer la peinture moderne. De Matisse à Kandinsky, tous les artistes qui se sont préoccupés de couleur s’en sont inspirés.

Autour des néo-impressionnistes : le groupe de Lagny
Noël Coret
Somogy, 1999
ART 759.054 COR

Signac ou la révélation de la lumière
Film de Dominik Rimbault
La Cinquième : Réunion des musées nationaux
VHS
ART 759.054 SIG

- Paul Signac devient, après la mort de son ami Seurat en 1891, le principal représentant du mouvement néo-impressionniste. Il définira, à partir des recherches de son ami, une doctrine picturale qu’il défendra jusqu’à la fin de sa vie : le divisionnisme.

L’Héritage de l’impressionnisme : les sources du XXe siècle
Diane Kelder
Bibliothèque des arts
ART 759.05 KEL
lecture et consultation sur place

- Toute la vitalité et les richesses picturales d’une des époques les plus passionnantes de l’histoire de l’art, nous sont restituées dans cet ouvrage.

Le néo-impressionnisme de Seurat à Paul Klee
Catalogue d’exposition
Réunion des musées nationaux
en commande
Portrait de Félix Fénéon / Seurat (1890)

Seurat : exposition galeries nationales du Grand Palais
ART 759.054 SEU
lecture et consultation sur place.
Le cirque / Georges Seurat (1890-91)

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier