Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Pompéi, un art de vivre
Pompéi, un art de vivre
Présentation et sélection bibliographique, Septembre 2011

En pratique - Exposition, Paris, Musée Maillol, du 21 septembre 2011 au 12 février 2012

Musée Maillol
61 rue de Grenelle
75007 Paris

Tous les jours de 10h30 à 19h00
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30

Visiter le site du Musée Maillol

L’exposition


Si les monuments publics de l’Empire romain, théâtres, amphithéâtres, thermes, temples, sont nombreux et souvent en bon état de conservation, les résidences privées, en dehors de celles retrouvées ensevelies par le Vésuve en l’an 79 en Campanie sont très rares, et jamais retrouvées ailleurs dans leur intégrité. Ces maisons et villas continuent à nous émerveiller par leur état de conservation.

Leurs infrastructures, l’eau courante, la distribution de la chaleur, le tout-à-l’égout, l’intégration des espaces verts jusqu’aux formes des objets quotidiens, sont d’une modernité spectaculaire.

Une domus pompeiana, une maison pompéienne, est évoquée dans ses pièces les plus célèbres et traditionnelles : l’atrium, le triclinium et la culina, le péristyle autour du jardin, le balneum, le venereum. Deux cents œuvres venant de Pompéi et d’autres sites vésuviens seront ainsi présentées.


Les maisons particulières à Pompéi


Ensevelie lors d’une éruption du Vésuve en 79 après J.-C., Pompéi est le témoignage le plus important que l’on possède sur la vie et l’aspect d’une ville de moyenne importance de l’Antiquité romaine. Elle montre la civilisation d’un centre commercial et agricole dont la situation économique était florissante et constitue une source incomparable pour la connaissance de la vie quotidienne à l’époque romaine et de son artisanat.

Des vestiges de la culture italique qui a précédé la domination de Rome s’y trouvent unis aux témoignages de la vie romaine du premier siècle de l’Empire, profondément imprégnés de l’héritage de la culture hellénistique. Dans le voisinage immédiat de la ville antique est née, au XIXe siècle, une petite ville moderne autour d’un sanctuaire (la Madone-du-Rosaire) fondé en 1876. Un observatoire destiné à la volcanologie et un musée du Vésuve s’y trouvent aussi. Pompéi fait partie de la province de Naples et est située à 25 kilomètres de cette ville.

Ce sont les maisons particulières qui, à Pompéi, offrent la documentation la plus intéressante. Il existe des vestiges de maisons du IVe siècle avant J.-C. ; mais les témoignages les plus évidents appartiennent au Ier siècle avant J.-C. et au Ier siècle après J.-C.
Le type fondamental de la maison pompéienne est caractérisé par une pièce, parfois de très grande dimension, dite atrium, à laquelle on accède par un couloir d’entrée. De plan rectangulaire, l’atrium avait presque toujours, au centre, un bassin, dans lequel tombait l’eau de pluie du toit. Celui-ci, présentant quatre plans inclinés vers l’intérieur, était muni de larmiers en terre cuite artistiquement décorés. Du bassin, l’eau tombait dans la citerne. Les plans inclinés du toit étaient soutenus aux angles par de robustes poutres ou par quatre pilastres ou colonnes. Ainsi, les habitants bénéficiaient au centre de la maison, d’une pièce spacieuse éclairée uniquement par l’ouverture centrale et égayée par un bassin : une espèce de patio. Par les deux côtés les plus longs de cette pièce on accédait aux chambres.


Le côté le plus petit, en face de l’entrée, était occupé par une pièce appelée tablinum, qui était à l’origine le centre de la vie familiale, autour du foyer et de la table, avec l’autel des divinités de la maison, les lares. De chaque côté du tablinum, deux pièces, destinées primitivement aux archives familiales et au culte des ancêtres. Dans les demeures patriciennes, leurs images y étaient conservées. Derrière le mur du tablinum se trouvait, originairement, un jardin potager, entouré de hauts murs.  ? une époque plus tardive, en revanche, on y accédait par une cour, entourée d’un portique (peristilium) emprunté à l’architecture hellénistique, dont le centre était planté de fleurs et souvent agrémenté d’une fontaine. Parfois, un véritable jardin y faisait suite, orné de statues et de jeux d’eau (maison des Amours dorés, maison de Loreius Tiburtinus, par exemple), ou bien un autre péristyle plus grand (comme dans la maison du Faune, la plus grandiose et la plus hellénistique).

Autour du noyau central de la maison, décrit ici, d’autres pièces, avec de nombreuses variantes, étaient à usage aussi bien utilitaire (cuisine, salle de bains) que de séjour (appartements pour les invités, pour les femmes).

Quoi qu’il en soit, la maison conserva toujours cette caractéristique de donner complètement sur l’intérieur, ce qui créait une atmosphère intime et recueillie qui s’est en partie maintenue dans les habitations du monde arabe.

 ? l’extérieur de la maison, près de la porte d’entrée, donnaient des boutiques qui, en règle générale, ne communiquaient pas du tout avec l’intérieur, ou, à défaut de boutiques, des magasins appartenant à la maison. Les maisons les plus anciennes, les maisons samnites, étaient entièrement construites en pierre calcaire locale très granuleuse. Sous la République romaine (Ier siècle av. J.-C.), on utilisa une pierre tufière. Puis l’influence du monde gréco-hellénistique amena à employer le marbre dans toutes les parties ornementales, tandis que pour les structures se répandit l’usage de la brique, très en vogue à Rome.

Enfin, au cours de la dernière période de la vie de Pompéi, la classe des marchands, considérablement enrichie, résolut le problème de maisons plus vastes qui lui étaient devenues nécessaires en réunissant, par des passages intérieurs, plusieurs maisons du type traditionnel. On ajouta aussi des pièces à l’étage, de préférence au-dessus des parties les moins importantes de la maison, destinées aux esclaves. Aux lisières sud et ouest de la ville, où il existait de fortes dénivellations de terrain, les maisons sont disposées sur les pentes et ont des terrasses panoramiques, des loggias, des salles de séjour reliées entre elles par des rampes ou des escaliers (maison de Fabius Rufus, fouilles de 1962-1968). Certaines familles qui s’étaient particulièrement enrichies voulurent donner à leurs habitations, sous des formes modestes ou en remplaçant la réalité architectonique par des trompe-l’œil picturaux, l’illusion des palais des souverains hellénistiques de Pergame et d’Alexandrie.


Bibliographie


Peintures à fresque au temps de Pompéi
Jacqueline et Maurice Guillaud
Guillaud, 1990
ART 759.01 GUI (réserver ce livre)

Naples, Pompéi, Capri et le Vésuve
Hachette, 2010 (Guides Voir)
LOI 914.57 NAP (réserver ce livre)

Pompéi : guide de la cité antique
Salvatore Nappo
Gründ, 2005 (Les portes de l’aventure)
LOI 914.57 POM (réserver ce livre)

La vie quotidienne à Pompéi
Robert Etienne
Hachette, 1998 (La vie quotidienne)
HIS 937 ETI (réserver ce livre)

Les derniers jours de Pompéi
Réal. Ernest B. Schoeodsack et Merian C. Cooper
Montparnasse
CIN F SCH
JEU FJ SCH
(réserver ce DVD)

Les derniers jours de Pompéi
réal. Sergio Leone
Fabbri
CIN F LEO (réserver ce DVD)


  • Pour les enfants

A Pompéi sous l’Empire romain : Flavia, Pompéi, An 79
Sandrine Mirza
Gallimard, 2007 (Le journal d’un enfant)
JEU 937 MIR (réserver ce livre)

Pompéi : vie et destruction d’une cité romaine
Mélanie et Christopher Rice
Gallimard, 1999 (Les yeux de l’histoire)
JEU 937 RIC (réserver ce livre)

Les Cendres de Pompéi
Christine Féret-Fleury
Gallimard, 2010 (Mon histoire)
JEU J FER (réserver ce livre)


Ressources numériques


Dans l’Encyclopaedia Universalis
(à consulter sur place à la Médiathèque et dans les bibliothèques du réseau)

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier