Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Robert Mapplethorpe
Robert Mapplethorpe
Présentation et sélection bibliographique, mars 2014

En pratique

Exposition, Galeries nationales du Grand Palais, du 26 mars au 13 juillet 2014.

3 avenue du général Eisenhower - 75008 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi de 10h00 à 22h00
Fermeture à 20h00 le dimanche et le lundi.

Consulter le site du Grand Palais

L’exposition


Robert Mapplethorpe est l’un des plus grands maîtres de la photographie d’art. C’est avec un noir et blanc extrêmement stylisé qu’il réalise portraits, nus, et natures mortes. Au-delà de la puissance érotique qui fait la célébrité de l’oeuvre de Mapplethorpe, l’exposition présente la dimension classique du travail de l’artiste et sa recherche de la perfection esthétique, à travers plus de 200 images qui couvre toute sa carrière du début des années 1970 à sa mort précoce en 1989.







Repères biographiques


Mapplethorpe naît dans une famille catholique d’origine anglo-irlandaise le 4 novembre 1946 à Floral Park (Etat de New York). Il est le troisième d’une famille de six enfants. Très jeune il montre une grande dextérité et se plaît à réaliser de petits bijoux en perles pour sa mère. Il est passionné de coloriage, comme l’écrit son amie Patti Smith dans son livre "Just Kids".

Robert Mapplethorpe - Self-portrait (1980)

En 1963, il entre au Pratt Institute du quartier de Brooklyn à New York, où il étudie le dessin, la peinture et la sculpture. Influencé notamment par Joseph Cornell et Marcel Duchamp, il commence à réaliser des travaux utilisant des techniques mixtes. Au terme de ses études, il reçoit une Bachelor of Fine Arts.

Renonçant à la voie que lui avait destinée son père dans le dessin publicitaire, il décide de rompre de manière brutale avec sa famille, et s’installe à New York où il vit de petits emplois, découvrant à la même époque le cannabis et le LSD.

En 1967, Robert Mapplethorpe rencontre Patti Smith avec laquelle il entretiendra une relation intime puis amicale jusqu’à sa mort. Il est peu intéressé par la photographie avant 1970 ; il achète des magazines pour en découper les photos et réalise ainsi des montages sur des thèmes ésotériques, liés à la dévotion ou encore à la magie.

Robert Mapplethorpe - Pochette de l'album "Horses" de Patti SmithRobert Mapplethorpe découvre la photographie en 1970 en empruntant le polaroïd de son amie Sandy Daley. Son premier modèle est Patti Smith. Malgré les difficultés financières que représente l’achat de pellicules pour le couple, il réalise bientôt de nombreux clichés. Ces photographies sont exposées trois ans plus tard dans la Light Gallery de New York. Grâce à son ami John McKendry, Mappelthorpe peut contempler la collection du Metropolitan Museum of Art, dont la plupart n’avait jamais été exposée au public, en particulier une série de nus d’Alfred Stieglitz qui lui laissera un souvenir mémorable. John McKendry lui achète également un nouveau polaroïd, et il parvient à ce que Polaroïd Corporation lui attribue une bourse lui garantissant toutes les pellicules dont il aurait besoin.

En 1975, il acquiert un appareil photo Hasselblad grand format et commence à photographier ses amis et connaissances (artistes, compositeurs, stars de la pornographie, et habitués des sex clubs underground). Il réalise également des projets plus commerciaux, notamment en prenant des portraits pour le magazine Interview. Vers la fin des années 1970, Mapplethorpe montre un intérêt grandissant pour le documentaire concernant le milieu sado-masochiste new-yorkais. Il choque ses contemporains par ses clichés qui propulsent du même coup sa carrière. En 1977, il participe à la Documenta 6 à Kassel en RFA ; en 1978, la galerie de Robert Miller devient son client exclusif.

En 1980, Robert Mapplethorpe rencontre Lisa Lyon, la première femme championne de bodybuilding. Durant les années qui suivent, ils travaillent ensemble sur de nombreux portraits, un film et un livre "Lady, Lisa Lyon". Dans ces années 80, ses photographies prennent un tour plus maniéré, à la recherche de la beauté abstraite. Il se concentre sur des nus statutaires tant féminins que masculins, des natures mortes florales, une série remarquable pour Jean-Charles de Castelbajac et des portraits officiels.

Robert Mapplethorpe - Iggy Pop (1981)

En 1986, les médecins annoncent à Mapplethorpe qu’il est atteint du SIDA. Conscient de sa maladie, il multiplie ses efforts de création. En 1988, il fonde sa propre fondation pour qu’elle démocratise la photographie et qu’elle soutienne financièrement les recherches contre le SIDA. Mapplethorpe décède en 1989, à l’âge de 42 ans.


A lire


Just kids / Patti Smith
Denoël, 2010
MUS 781.66 SMI

Robert Mapplethorpe : catalogue de l’exposition
RMN - Grand Palais
En commande

Robert Mapplethorpe - Ken Moody

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier