Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Soufflot, un architecte dans la lumière
Soufflot, un architecte dans la lumière
Présentation et sélection bibliographique, septembre 2013

En pratique

Exposition du 11 septembre au 24 novembre 2013

Panthéon
Place du Panthéon - 75005 Paris
Ouvert tous les jours
10h00-18h30 du 1er avril au 30 septembre
10h00-18h00 du 1er octobre au 31 mars

Consulter le site du Panthéon

L’exposition


Le Panthéon rend hommage à l’un des plus grands architectes français, Jacques-Germain Soufflot. Cette exposition présente sa carrière et ses réalisations monumentales qui ont marqué le siècle des Lumières, la plus célèbre étant l’église royale de Sainte-Geneviève, l’actuel Panthéon.

Un ensemble de 150 tableaux, dessins, gravures, livres, sculptures, objets d’art, maquettes anciennes et modernes offrent un panorama complet d’une œuvre aussi riche que complexe, replaçant Soufflot au cœur de l’histoire artistique européenne.

Soufflot, un précurseur

Formé à Rome et travaillant d’abord à Lyon, où il a élevé la grande façade de l’Hôtel-Dieu sur le Rhône et un des premiers théâtres du XVIIIe siècle (disparu), Soufflot est un des rares architectes non parisien à avoir conquis la première place dans la Capitale. Par sa connaissance directe des monuments de l’Antiquité, surtout romains et de Paestum (sud de Naples), par son style sévère et l’ampleur monumentale de ses créations, cet architecte apparaît comme la figure centrale, à l’instar de David en peinture, du renouveau de l’art de bâtir de la seconde moitié du XVIIIe siècle.


Repères biographiques


Jacques-Germain Soufflot (22 juillet 1713, Irancy - 29 août 1780, Paris) est un architecte français qui a exercé une profonde influence sur le mouvement néoclassique.

Après être parti de son foyer, à l’âge de 19 ans, contre l’avis de ses parents, il étudie l’Antiquité ainsi que les œuvres de Palladio en Italie à l’Académie de France à Rome de 1731 à 1738. Suite à sa formation il s’intalle d’abord à Lyon ou il réalise notamment la loge de Change de Lyon et l’Hôtel-Dieu.

En 1747, Soufflot présente un mémoire sur l’architecture gothique, sujet qui compte peu d’adeptes à l’époque. Il fait ensuite un voyage en Italie en compagnie du futur marquis de Marigny (surintendant des Bâtiments de France dont il devient le protégé), puis revient à Lyon en 1751 où il réalise le théâtre du quartier Saint-Clair, puis s’installe à Paris en 1754 à la demande de Marigny, devenu son protecteur, qui lui confie la construction de son hôtel particulier (aujourd’hui disparu).

Devenu surintendant des bâtiments du roi, le marquis de Marigny nomme Soufflot contrôleur des bâtiments du Roi et le fait admettre dans la première classe de l’Académie royale d’architecture de Paris en 1749, décoré chevalier de l’ordre de Saint-Michel et nommé directeur de la manufacture des Gobelins. Il est également convié à réfléchir à la rénovation du Louvre ; il émettra quelques propositions qui n’auront pas le temps d’être mises en pratique.

Son œuvre la plus connue est l’église Sainte-Geneviève à Paris (qui lui fut commandée par le marquis de Marigny), nommée Panthéon à partir de 1791, et où il repose depuis 1829.

Soufflot a été l’un des principaux artisans du retour au "grand goût" dans les années 1750, mouvement qui s’opposait à l’art rocaille. Son architecture reprend des principes de l’architecture gothique adaptés à un vocabulaire antique et classique comparable à celui de Claude Perrault (architecte de la colonnade du Louvre).

Principales réalisations

  • L’Opéra de Lyon avant son remplacement par celui des architectes Chenavard et Pollet,
  • 1736-1750 : Agrandissement de l’église Saint-Bruno-des-Chartreux à Lyon
  • 1738-1740 : Maison La Rivette à Caluire-et-Cuire
  • 1747-1750 : Temple du Change à Lyon
  • 1750 : rénovation de l’Hospice de la Charité à Mâcon
  • 1754-1756 : Théâtre du quartier Saint-Clair à Lyon
  • 1741-1761 : Façade de l’Hôtel-Dieu de Lyon
  • 1764 : Transformations du château de Menars (Loir-et-Cher) pour Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny
  • 1766-1775 : Une partie de l’Hôtel de la Marine , place de la Concorde à Paris
  • 1757-1790 :  ?glise Sainte-Geneviève à Paris, aujourd’hui Panthéon (il meurt avant la fin des travaux) dans laquelle il met en œuvre la pierre armée

A lire


Jacques-Germain Soufflot
Jean-Marie Pérouse de Montclos. - Editions du Patrimoine, 2004 (Monographies d’architectes)
ART 724.2 SOU

Le Panthéon, église abbatiale Sainte-Geneviève
Alexandre Gady. - Beaux-Arts magazine, 1997 (Hors série)
ART 726.8 GAD


Ressources numériques


Dans l’Encyclopaedia Universalis (à lire sur place à la médiathèque et dans les bibliothèques du réseau)

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier