Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Coups de coeur > Une Affaire de Goût (Mars 2011)
Une Affaire de Goût (Mars 2011)
Aimerez-vous aussi ?

Retrouvez chaque mois nos coups de cœur Musique, Cinéma, Arts et Loisirs, pour vous guider dans la plénitude des sorties et vous faire découvrir les livres, CD et DVD qui nous ont le plus marqués. Laissez-vous tenter !





Survoler les vignettes... Cliquer pour les détails.

Koes bersaudara / Koes bersaudara (Musiques du monde) Free your mind : the 700 west sessions / Amnesty (Soul) Thorn in Mrs Rose's side, Children of light / Biff Rose (Pop Rock) Spanische Liebeslieder op.138 / Robert Schumann (Musique classique) La Musique de Paris dernière : volume 7 (Compilation)





Amorosa Soledad / réal. par Martin Carranza et Victoria Galardi (Cinéma) La Grande mosquée des Omeyyades : Damas / Gérard Degeorge (Arts) Comment dessiner la mode : bases et techniques / Naoki Watanabe (Loisirs : mode) Le Rire de résistance : vol. 1 & 2 / Jean-Michel Ribes (Loisirs : humour) Echanger sa maison : le nouvel esprit du voyage / Pascale Senk & Martin Rubio (Loisirs : tourisme)












Koes bersaudara / Koes bersaudara (Musiques du monde) Koes bersaudara
Koes BERSAUDARA
Sublime Frequencies, 1967
MUS 037.1 BER

Koes bersaudara est un groupe de garage-rock indonésien des années 60, emprisonné pour avoir osé chanter les Beatles. Réunis sur cette compilation attendue, leurs deux disques datés de 1967 The Guilties et Djadikan Aku Domba Mu sont considérés par les amateurs et musicologues indonésiens comme de purs chef-d’oeuvres de rock psyché-garage.
Suite à un emprisonnement et un changement au sein de ses membres en 1968, le groupe se réintitule Koes Plus et devient l’orchestre indonésien le plus populaire des années 70.

Chantés pour la plupart en indonésien, les morceaux sont sous haute influence des groupes pop anglais et américains de l’époque, et sont vraiment de bonne qualité. Exotiques, dansants et particulièrement rythmés. Livret très complet retraçant leur carrière et le contexte politique des années 60.

Un CD choisi et conseillé par Denise.

Haut de page



Free your mind : the 700 west sessions / Amnesty (Soul) Free your mind : the 700 west sessions
AMNESTY
Now Again ; Enr, 1973
MUS 180 AMN

Ecouter un extrait Ecouter

Si vous aimez le funk, le vieux, le vraiment bon, celui des années 70, vous partagez la même vision que Eothen Alapatt ! Qui ? Egon, de son pseudonyme, le manager de Stones Throw a déniché pour vous des enregistrements du groupe Amnesty, qui n’ont malheureusement jamais été publiés. Et qui méritent définitivement d’être entendus par toute personne ayant un intérêt pour ce type de musique.

On parle de 10 chansons, le fruit d’un groupe de huit excellents musiciens (batterie, basse, guitare, saxophone, trompette, percussions, claviers et voix). On cite parmi leurs influences les Earth Wind & Fire et Parliament/Funkadelic. Que dire d’autre qu’il est totalement approprié d’utiliser le terme « vintage », de rajouter ultra devant et d’avancer qu’il s’agit d’un excellent moment de funk underground comme seuls les afro-américains en avaient le secret à l’époque.

Un CD choisi et conseillé par Grégory.

Haut de page



Thorn in Mrs Rose's side, Children of light / Biff Rose (Pop Rock) Thorn in Mrs Rose’s side / Children of light
BIFF ROSE
Water ; Enr, 1968 & 1969
MUS 2 ROS

Biff Rose est un trublion hélas un peu oublié des manuels du rock. The thorn in Mrs Rose’s side et Children of light, ses deux disques sortis à la fin des années 60, sont pourtant deux petits chef d’œuvres obscurs de songwriting et d’humour. Entre influences cabaret et chansons populaires des années 40, le pianiste originaire de la Nouvelle Orléans y développe un style un rien maniéré et y distille un humour satirique (dont certains sujets peuvent certes passer aujourd’hui comme bien anodins, mais tout cela reste à remettre dans le contexte).

Une chose est certaine, ces deux disques auront à l’époque au moins reçu l’attention toute particulière d’un jeune chanteur anglais se cherchant encore un peu, David Bowie. Ce dernier reprendra en effet sur Hunky Dory, le titre Fill Your Heart de manière assez respectueuse et en empruntant les même intonations de voix. Il jouera aussi fréquemment en concert, à la même époque, le titre Buzz The Fuzz aussi issu du premier album de Biff Rose.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier