Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Vermeer et les maîtres de la peinture de genre
Vermeer et les maîtres de la peinture de genre
Présentation et sélection bibliographique, avril 2017

Exposition, musée du Louvre , du 22 février au 22 mai 2017

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 9h00 à 18h, nocturne le mercredi et le jeudi jusqu’à 21h45

Consulter le site du musée d’Orsay

L’exposition


La Laitière (1658) - Rijksmuseum d'Amsterdam« Le sphinx de Delft » : c’est ainsi que l’on désigne Vermeer, figeant le peintre dans une attitude énigmatique et solitaire. L’exposition permet au contraire aux visiteurs de comprendre comment Vermeer et les peintres de scènes de genre actifs en même temps que lui rivalisaient les uns avec les autres dans l’élaboration de scènes élégantes et raffinées – cette représentation faussement anodine du quotidien, vraie niche à l’intérieur même du monde de la peinture de genre.

Le troisième quart du 17ème siècle marque l’apogée de la puissance économique mondiale des Provinces-Unies. Les membres de l’élite hollandaise, qui se font gloire de leur statut social, exigent un art qui reflète cette image. La « nouvelle vague » de la peinture de genre voit ainsi le jour au début des années 1650 : les artistes commencent alors à se concentrer sur des scènes idéalisées et superbement réalisées de vie privée mise en scène, avec des hommes et des femmes installant une civilité orchestrée.


Le Peintre


L'astronome (1868) - Musée du Louvre, ParisJohannes ou Jan Van der Meer, dit Vermeer ou Vermeer de Delft, baptisé à Delft le 31 octobre 1632, et inhumé dans cette même ville le 15 décembre 1675, est un peintre baroque néerlandais (Provinces-Unies).

Actif dans la cité hollandaise de Delft rattachée à la maison d’Orange, Vermeer semble avoir acquis en son temps une réputation d’artiste novateur, et avoir bénéficié de la protection de riches commanditaires. Mais une notoriété qui s’est essentiellement cantonnée aux limites du territoire provincial qui était le sien, une production de faible ampleur, évaluée à quarante-cinq tableaux maximum en vingt ans, ainsi qu’une biographie longtemps restée obscure - d’où son surnom de « Sphinx de Delft » -, peuvent expliquer pourquoi le peintre tombe dans l’oubli après sa mort - si ce n’est auprès des collectionneurs éclairés.

Vermeer n’est réellement mis en lumière que dans la deuxième moitié du XIXe siècle, à partir du moment où le critique d’art et journaliste français Théophile Thoré-Burger lui consacre une série d’articles publiés en 1866 dans la Gazette des beaux-arts. Dès lors, sa réputation, soutenue par les hommages que lui rendent les peintres, notamment impressionnistes, et les écrivains, tel Marcel Proust, ne cesse de s’amplifier. Ses tableaux font l’objet d’une véritable traque, rendue plus vive encore par leur rareté, et attirant la convoitise des faussaires. Parmi les trente-quatre qui lui sont actuellement attribués avec certitude - trois autres faisant encore l’objet de discussions -, "La Jeune Fille à la perle" et "La Laitière" comptent désormais parmi les œuvres les plus célèbres de l’histoire de la peinture, et Vermeer est placé, avec Rembrandt et Frans Hals, au rang des maîtres du Siècle d’or néerlandais. Cette fortune tant critique que populaire est confirmée par l’affluence des expositions qui lui sont consacrées, et est alimentée par l’utilisation publicitaire de ses œuvres, ainsi que par des succès de librairie et du box-office.

Vermeer reste essentiellement connu pour ses scènes de genre. Celles-ci présentent, dans un style qui conjugue mystère et familiarité, perfection formelle et profondeur poétique, des intérieurs et scènes de la vie domestique, pour figurer un monde plus parfait que celui dont il a pu être le témoin. Ces œuvres de la maturité présentent une cohérence qui les rend immédiatement reconnaissables, et qui se fonde notamment sur des associations de couleurs inimitables - avec une prédilection pour l’outremer naturel et le jaune -, une grande maîtrise du traitement de la lumière et de l’espace, et la combinaison d’éléments restreints, récurrents d’un tableau à l’autre.


Bibliographie


La jeune fille à la perle (1665-67) - Mauritshuis, La HayeLe Siècle d’or en Hollande / Mariët Westermann
Flammarion (Tout l’art. Contexte)
ART 709.032 WES

Les Maîtres de Delft, contemporains de Vermeer
Michiel C.C. Kersten, Danielle H.A.C. Lokin
Flammarion
ART 759.046 MAI

L’ABCdaire de Vermeer
Flammarion (L’ABCdaire)
ART 759.046 VER

Vermeer / Arthur Kingland Jr. Wheelock
Ars Mundi
ART 759.046 VER

Vermeer
Cercle d’art (Découvrons l’art)
ART 759.046 VER

Vermeer : la fabrique de la gloire / Jan Blanc
Citadelles & Mazenod
ART 759.046 VER

Jan Vermeer "L’astronome"
in Le Siècle d’or des Pays-Bas / réal. Alain Jaubert
RMN : Montparnasse
ART 759.046 JAU - DVD

La Double vie de Vermeer / Luigi Guarnieri
Actes Sud (Lettres italiennes)
Pôle Littératures - R GUA

Pour les enfants

Un Dimanche avec Vermeer
Alain Madeleine-Perdrillat
Skira (Un dimanche avec)
JEU 759.04 VER

Vermeer, une peinture de l’intime / Vincent Etienne
Palette (L’art et la manière)
JEU 759.04 VER

L’Enigme Vermeer . 1 / Blue Balliett
Nathan
JEU J BAL 1

Nouveautés

Vermeer et les maîtres de la peinture de genre
catalogue de l’exposition
Somogy : Louvre éd.
ART 759.046 VER

Vermeer et les maîtres hollandais
Johann Protais et Eloi Rousseau
Larousse
En commande

Vermeer : le jour et l’heure
Jacques Darriulat et Raphaël Enthoven
Fayard (Des vies)
En commande

La revanche de Vermeer
Réal. Jean-Pierre et Guillaume Cottet
Arte vidéo
DVD - En commande

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :