Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > Villeglé : la comédie humaine
Villeglé : la comédie humaine
Espace Arts - Présentation et sélection bibliographique, septembre 2008

Exposition, Paris, Centre Georges Pompidou - Galerie 2
17 septembre 2008 - 5 janvier 2009

« La lacération représente pour moi ce geste primaire, c’est une guérilla des images et des signes. D’un geste rageur, le passant anonyme détourne le message et ouvre un nouvel espace de liberté. Pour moi, les affiches lacérées rapprochaient l’art de la vie et annonçaient la fin de la peinture de transposition... » (Jacques Villeglé)

« Jacques Villeglé est de ceux pour qui le monde de la rue est un tableau permanent. » (Pierre Restany)

«  ?tre le témoin actif d’une humanité riche en contradictions est une de mes ambitions.
C’est l’anonyme de la rue qui intervient sur les reflets de la culture dominante... Je passe après. » (Jacques Villeglé)

Consulter la présentation

PDF - 439.3 ko
Brochure "Villeglé"









L’exposition


Rues Desprez et Vercingétorix "La femme" 1966 © Adagp, Paris 2008Le Centre Pompidou présente la première grande rétrospective en France de l’oeuvre de Jacques Villeglé, artiste français majeur aujourd’hui âgé de 82 ans, qui a su développer, dès 1949, à travers l’usage presque exclusif d’un matériau unique - l’affiche lacérée - une oeuvre foisonnante et d’une étonnante richesse formelle.

Cette exposition, qui rassemble plus d’une centaine d’oeuvres des années 1940 à nos jours, aborde de manière thématique le parcours de l’artiste depuis l’éclatement typographique et les grandes compositions abstraites colorées des débuts, jusqu’aux récentes juxtapositions rythmiques issues d’affiches de concerts.

Revendiquant la position du flâneur, Jacques Villeglé n’est pas un auteur de « ready-made », même s’il n’intervient pas (sauf par de rares « coups de pouce ») sur les affiches qu’il prélève dans les rues pour les maroufler sur toile. Son travail consiste plutôt à laisser émerger du chaos urbain les beautés cachées dans les épaisseurs de papier déchiré par des mains anonymes, qui ont parfois aussi écrit sur les affiches ou les ont maculées.

L’oeuvre de Villeglé est un formidable sismographe de nos « réalités collectives » telles qu’elles sont distillées par l’espace urbain dont l’histoire nous est restituée à travers celle, singulière, de ses murs. Elle révèle à quel point notre regard est conditionné par cet environnement visuel quotidien, et réactive notre mémoire de façon critique, mais aussi ludique. Au croisement de mouvements aujourd’hui « historiques » tels le Nouveau Réalisme, le Lettrisme ou l’Internationale Situationniste, le travail de Villeglé, ancré dans l’actualité, est aussi salué par les jeunes générations.


Biographie


Jacques Mahé de La Villeglé, dit Jacques Villeglé, dit également Villeglé, est un plasticien français né à Quimper en 1926. Membre des Nouveaux Réalistes, il s’est imposé avant tout comme « collecteur » d’affiches lacérées et théoricien de ce type d’appropriation.

Après des études aux Beaux-Arts de Rennes où il fait la connaissance de Raymond Hains, Jacques Villeglé part à Nantes en 1947 étudier l’architecture.

D’abord collecteur d’objets sur les plages (il réalise des sculptures à partir des débris du mur de l’Atlantique), l’artiste devient dès 1949 collecteur d’affiches lacérées. Il se dénomme alors « affichiste » et proclame la « guérilla des signes », les affiches étant les « reflets de la culture dominante ».

« Le prélèvement, dit-il, est le parallèle du cadrage du photographe », et lui-même se veut, comme Hains, simple collecteur de fragments qu’il ne fait que choisir et signer. En 1958, il rédige une mise au point sur les affiches lacérées intitulée Des Réalités collectives, préfiguration du manifeste du Nouveau Réalisme ; il est considéré comme l’historien du Lacéré anonyme, entité qu’il crée en 1959. En collaboration avec Raymond Hains, il réalise quelques films ainsi que Hépérile éclaté (publié en juin 1953), déformation photographique d’un poème phonétique de Camille Bryen.

En février 1954, Villeglé et Hains font la connaissance du poète lettriste François Dufrêne, lui-même précurseur dans le domaine du travail sur les affiches lacérées dont il interroge l’envers (les « dessous »). Il les présente à Yves Klein, puis Pierre Restany et Jean Tinguely. Après leur participation commune à la première Biennale de Paris, ils constituent en 1960 le groupe des Nouveaux Réalistes. En 1957, Villeglé fait la connaissance de Gérard Deschamps qui expose à la galerie Colette Allendy.

Releveur de traces de civilisation, plus particulièrement lorsqu’elles sont anonymes, Villeglé imagine à partir de 1969 un « alphabet socio-politique » en hommage à Serge Tchakhotine, auteur en 1939 d’un essai intitulé Le Viol des foules par la propagande.

Rue Jean Paris-Selesto, dé-collage, 1965 Collection Cindy and Lee Root, USADepuis 1957, l’œuvre sélective de Villeglé a fait l’objet de plus de 140 expositions personnelles en Europe et en Amérique, et l’artiste a participé à des manifestations collectives dans les cinq continents. Ses œuvres ont été acquises par les plus importants musées européens, américains et africains. Pourtant, en dépit du caractère novateur de sa démarche, le succès public a été long à venir. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1970 que Villeglé a pu vivre de son art, et il a fallu attendre 1998 pour que le musée national d’Art moderne fasse l’acquisition d’une de ses affiches lacérées.

Sources
http://www.centrepompidou.fr
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Villegl%C3%A9



Bibliographie



Jacques Villeglé
Kaira Cabañas, François Bon, Nicolas Bourriaud
Flammarion, 2007 (La création contemporaine)
ART 709.040 7 VIL

Jacques Villeglé
Entretien et réal. Alain Vollerin
Mémoire des arts, 2007
Jacques Villeglé est filmé dans son atelier parisien, il évoque son parcours et l’aventure du Nouveau Réalisme. Dans la dernière séquence, il réalise et commente son alphabet graphique.
ART 709.040 7 VIL (DVD)

Catalogue de l’exposition
Centre Georges Pompidou
En commande

L’Aventure de l’objet.
1, Nouveau réalisme, Objecteurs,Récupérateurs : le témoignage personnel des artistes

Réal. Claude Guibert
Imago, 2006 (Encyclopédie audiovisuelle de l’art contemporain)
ART 709.040 7 ENC A1 (DVD)

Mode d’emploi, les nouveaux réalistes
Réal. par Adrian Maben ; commentaire écrit par Otto Hahn ; narrateur Bernard Murat
Montparnasse, 2007
ART 709.040 7 MAB (DVD)

Nouveau réalisme : 1960-1990
Pierre Restany
La Différence, 2007 (Matière d’images)
ART 709.040 7 RES

Les nouveaux réalistes
Jean-Paul Ameline
Centre G. Pompidou, 1992 (Jalons)
ART 709.040 7 AME

Les Nouveaux réalistes
Claude Mollard
Cercle d’art, 2003 (Découvrons l’art)
ART 709.040 7 MOL

Les Nouveaux réalistes
Catherine Francblin
Regard, 1997 (Vivre l’art)
ART 709.040 7 FRA

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :


Votre navigateur n'accepte pas le Javascript ou bien votre Plugin Flash n'est pas à jour (version 7 minimum). C'est dommage, c'est plus joli avec...

Auditorium Médiathèque
L’Ecoute-aux-Portes Médiathèque    Forum Médiathèque    Galerie Médiathèque    Libris Café Médiathèque    Salle de réunion Médiathèque
Bibliothèque Mont-Valérien    Bibliothèque Renoir    Bibliothèque Les Mazurières    Tout public    Professionnel
Jeunes    Adultes    Exposition    Conférence    Rencontre-Débat
Atelier    Projection    Conte    Concert    Visite
Spectacle    Littérature    Art    Cinéma    Patrimoine
Sciences    Société    Histoire    Actualité    Jeunesse
Musique    Poésie    Théâtre    Philosophie    Photographie
Médiathèque    Bibliographie    Coup de coeur    Dossier