Accueil > Les collections > Bibliographies > Littératures & Langues > Littératures > Albert Camus 1913-1960
Albert Camus 1913-1960
La Littérature au croisement des cultures
Décembre 2010

Découvrez la brochure "Albert Camus, 1913-1960".

Biographie

Albert Camus est né en 1913, à Mondovi, en Algérie. Son père meurt en 1914, lors de la Bataille de la Marne. C’est à Alger, dans le quartier populaire de Belcourt, qu’Albert Camus passe son enfance et son adolescence, sous le double signe de la pauvreté et de l’éclat du soleil méditerranéen. Boursier, Camus va découvrir la philosophie grâce à son professeur Jean Grenier, qui deviendra son maître et son ami. Après le bac, il commence des études de philosophie qui le mèneront jusqu’à la licence. Mais sa santé (il est atteint de tuberculose) ne lui permet pas d’accéder à une carrière universitaire. Il fonde le Théâtre du travail et écrit avec trois amis, sa première pièce "La Révolte dans les Asturies" qui sera interdite (mais éditée à Alger, en 1936).

D’une courte adhésion au parti communiste, il retire une méfiance de l’endoctrinement et la certitude que la stratégie politique ne devrait jamais prendre le pas sur la morale. Journaliste au quotidien du Parti Communiste et à Alger-Républicain (1938) , il se marie en 1940 et milite pendant la Seconde Guerre mondiale dans un mouvement de résistance.

En 1942, Gallimard accepte de publier "L’Etranger" et "Le Mythe de Sisyphe". En lisant le manuscrit de "L’Etranger", Jean Paulhan et les membres du comité de lecture de Gallimard ont pressenti la naissance d’un grand écrivain. Avec "L’Etranger", Albert Camus accède à la célébrité.

En 1943, Camus rencontre Jean-Paul Sartre. Puis il travaille comme journaliste à Combat qui est diffusé clandestinement et devient lecteur chez Gallimard. Il refuse l’étiquette d’existentialiste qu’on lui prête. En 1951, il défend dans un nouvel essai, "L’Homme révolté", une conception très personnelle de la lutte sociale et politique. Lorsque surviennent les événements d’Algérie , Albert Camus hésite entre l’attachement à sa terre natale et la légitimité des revendications algériennes : il s’enferme dans le silence.

Il met à profit son talent d’écrivain pour diffuser sa philosophie en adaptant la forme au sujet. Le roman symbolique et l’œuvre théâtrale sont utilisés comme moyens d’expression pour les idées et les doutes. En 1956, il publie "La Chute", œuvre pessimiste et déroutante. Le ton y est amer et révèle un humanisme sceptique et lucide pour lequel il convient avant tout d’être juste.

Prix Nobel pour l’ensemble de son œuvre l’année suivante, à 44 ans , il devient un modèle pour toute une génération qui admire cet humaniste conciliant la pensée sans complaisance et l’action généreuse.

Albert Camus est mort en 1960, sur une route de l’Yonne, dans un accident de voiture, aux côtés de son ami Michel Gallimard, neveu de Gaston Gallimard. Ce 4 janvier 1960, à 13h55, la voiture dans laquelle il se trouvait, s’est écrasée contre un arbre. On retrouva dans le véhicule le manuscrit inachevé du "Premier Homme", un récit autobiographique sur lequel il travaillait.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...