Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Musique > Animations musicales (siestes musicales, concerts...), les (...) > Sélection A(...)
Sélection Albums Avril 2020

INDIE ROCK / POP / FOLK


Fiona APPLE
Fetch the bolt cutters
[Epic Records]


Fiona Apple a sorti un nouvel album, enregistré dans sa maison, après huit ans de silence : un chef-d’œuvre de confinement. Entièrement composé dans l’espace réduit de sa propre maison de Venice Beach, dans un confinement volontaire, "Fetch the Bolt Cutters" est magistral. C’est un album de colère, de triomphe, de bricolage virtuose. Les rythmes proviennent de la cuisine, des casseroles, des batteries, des aboiements de chien, des souffles et des chuchotements, des claquements de mains... C’est un album qui n’a peur de rien, porté par la voix de la chanteuse américaine, qui semble avoir décidé de ne faire aucune concession à la pop.



OTHER LIVES
For their love
[ATO Records]


Other Lives est un groupe américain originaire de Stillwater dans l’Oklahoma. Quintette formé autour de Jesse Tabish, Other Lives cisèle d’une main d’orfèvre, une musique entre rock, folk et pop, dans une approche très orchestrale, aux arrangements complexes et à la richesse harmonique qui donnent une dimension cinématographique à la musique du groupe. Après ‘’Tamer Animals’’ en 2011 et ‘’Rituals’’ en 2015, deux albums emblématiques du groupe, Other Lives sort enfin de son silence avec ‘’For Their Love’’ son 4ème album.



James ELKINGTON
Ever-Roving Eye
[Paradise of Bachelor Records]


Pour ceux qui s’en souviennent, James Elkington avait débarqué de nulle part avec un premier disque somptueux du nom de Wintres Woma en 2017. Deux ans et demi plus tard, le londonien renouvelle l’exploit avec son successeur qu’est Ever-Roving Eye. Une fois de plus, on s’acoquine avec l’univers minimaliste et chatoyant de James Elkington qui domine ce disque si apaisant. On appréciera de nouveau son jeu de fingerpicking et son folk crépusculaire qui nous procure une multitude de frissons. Minimaliste, mélancolique et somptueux, tels sont les trois adjectifs pour qualifier ce second disque s’inscrivant dans la tradition folk britannique.



BC CAMPLIGHT
Shortly After Takeoff
[Bella Union]


Découvert en 2015 grâce au magnifique ‘’How To Die In The North’’, BC Camplight sera de retour en avril 2020 avec ‘’Shortly After Takeoff’’, un disque de pop totalement allumée. Cet Américain, expatrié installé à Manchester, a signé en 2015 sur le label de Simon Raymonde et Robin Guthrie pour notre plus grand bonheur. Grâce aux deux ex Cocteau Twins, la pop singulière de cet Américain a enfin le droit de cité en Europe.



M. WARD
Migration stories
[Anti- Records]


Rêverie évanescente sur la possibilité d’un monde sans murs, sans barrière, ‘’Migration of Souls’’ voit M. Ward évoquer les fantômes musicaux d’un passé meilleur. Enregistré à Montréal chez Arcade Fire, avec la collaboration de Tim Kingsbury et de Richard Reed Parry, ‘’Migration of Souls’’ n’a pourtant pas grand-chose de commun avec le lyrisme qui a fait la réputation des Canadiens : nous sommes ici plutôt sur le territoire tout en clair-obscur de l’intimisme, du rêve-éveillé.



MUTE FOREST
Riderstorm
[Lost Tribe Sound]


Découvert avec ‘’Deforestation’’, très bel album ambient pop paru en 2015, Mute Forest est le projet de Kael Smith (guitariste chanteur installé au Colorado. Dans un style Slowcore ambient folk qui rappellera aux entournures les albums des Red House Painters ou de Rivulets, le songwriter installe dès les premières notes un climat très serein, une impression de quiétude et de tranquillité, mais aussi de douce mélancolie qui ne nous lâchera plus jusqu’à dernier titre.



Anna BURCH
If you’re dreaming
[Polyvinyl Record]


Deux ans après son premier album, l’artiste venue de Detroit Anna Burch effectue son retour en grâce avec ’’If You’re Dreaming’’. Une fois de plus, on embarque dans la douceur avec la voix sucrée d’Anna Burch en guise de guide musical. On entendra dans cet album des mélodies légères et des refrains entraînants avec l’impression première que l’on en aura très vite fait tour. Pourtant, le charme continue d’opérer bien au-delà des trois écoutes. Un petit miracle dont on trouvera sans doute l’explication à travers une production parfaite mais aussi à travers la voix juste et assurée d’Anna Burch, et aussi dans une qualité d’écriture qui dévoile petit à petit toute sa finesse.



Marie-Pierre ARTHUR
Des feux pour voir
[Simone Records]


Cela fait maintenant plus d’une décennie que Marie-Pierre Arthur règne sur la scène québécoise. Révélée en 2009 avec un premier album mémorable, la chanteuse et bassiste monte de plus en plus en popularité et n’est pas prête de renoncer. Voici ainsi venir son quatrième album nommé Des feux pour voir. En huit titres, Marie-Pierre Arthur nous rappelle son statut d’une des meilleurs actes en matière d’indie folk montréalaise.



SUNWATCHERS
Oh Yeah ?
[Trouble In Mind Records]


Un titre d’album hommage à Charles Mingus, une pochette illustrée par une tapisserie réalisée par l’ex-Oh Sees Brigid Dawson, les Sunwatchers, à l’occasion de la sortie de ‘’Oh Yeah ?’’, leur quatrième disque, continuent leur art du grand écart et claque six nouveaux morceaux coup de poing. Peter Kerlin, Jim McHugh, Jason Robira et Jeff Tobias mélangent toujours aussi bien les genres et se permettent de tutoyer jazz et noise sur le même morceau, à l’instar du monstrueux et final ‘’The Earthsized Thumb’’ et ses près de 20 minutes de cavalcade échevelée.



Sven WUNDER
Eastern Flowers
[Piano Piano Records]


‘’Eastern Flowers’’ en est le troisième album de ce musicien suédois. Il se situe entre le rock anatolien et le jazz-funk européen avec des motifs de batterie lourds, des orgues groovy, des synthétiseurs lointains, un Saz enchanteur et des lignes de basse impétueuses. ‘’Eastern Flowers’’ traverse le temps et l’espace et pointe vers l’avenir.



The BUTTERTONES
Jazzhound
[Innovative Leisure Records]


Le quatuor Californien revient avec ‘’Jazzhound’’, un cinquième album plus sombre qu’à leur habitude, ou les ambiances cinématographiques et surf côtoient un post-punk vitaminé délicieux.



ALTOPALO
farawayfrom-everyoneyouknow
[Samedi Records]


Vétérans de la scène underground new-yorkaise, les quatre membres d’Altopalo - le chanteur Rahm Silverglade, le guitariste Mike Haldeman, le bassiste Jesse Bielenberg et le batteur Dillon Treacy - désintègrent les frontières du genre, en intégrant des éléments de R&B, d’électronica, d’ambient et de jazz à travers leur approche de la musique qui rappelle des artistes tels que Bon Iver, Moses Sumney et Black Midi.



FRANCAIS


Louise VERNEUIL
Lumière noire
[Mercury]


Louise Verneuil est le pseudonyme que s’est choisi Pauline Louise Benattar quand elle s’est lancée dans la chanson. A lui seul, il annonce la couleur et l’ambition artistique de la jeune Méditerranéenne d’origine espagnole, corse et catalane : Louise pour le patrimoine familial (on va le voir plus tard) et Verneuil pour la rue du même nom où Serge Gainsbourg avait sa maison aux légendaires murs noirs. Noire comme cette lumière qui baigne son premier album sorti fin mars, ‘’Lumière noire’’.



BABX
Les saisons volatiles


Babx profite de la période de confinement pour mettre en ligne un film-album qu’il a enregistré et co-réalisé il y a trois ans et qui n’est jamais sorti. ‘’Les Saisons volatiles’’, est né d’une contemplation têtue. Chaque jour Babx regardait au bas de son immeuble des danseuses chinoises réunies dans la rue pour y effectuer une danse rituelle. Spectacle fascinant qui a percuté son envie de composer des chansons comme on tournerait les pages dans un carnet de voyage alors, pourtant, qu’on ne bouge pas de chez soi. Ce voyage qu’effectue Babx et où il nous convie est intérieur. Il s’en va loin dans le non-dit.



COMPILATION
Popklore
[La Souterraine]


"Popklore" est une nouvelle compilation initiée par La Souterraine. C’est un recueil de 23 chansons offertes par tout autant d’artistes et de groupes composant la scène musicale indépendante française.



ORWELL
Parcelle brillante
[Hot Puma Records]


Présent depuis le début des années 2000, Orwell reste présent sur la scène française et ne compte pas s’en rester là. La formation indie pop à la française venue de Nancy menée par Jérôme Didelot reste toujours aussi prépondérante comme la preuve avec leur sixième album intitulé ‘’Parcelle brillante’’.



MAALERS
Super lache
[MAD Records]


Issu de la bourgeoisie parisienne, MAALERS essaye à tout prix d’échapper aux études d’avocat fiscaliste toutes tracées par ses parents. Après un projet pop-rock abandonné en 2017, il enchaîne les thérapies de groupe, de Paris à Montpellier en passant par Bordeaux, écrivant de nouveaux textes et bricolant des sons entre deux séances de psychanalyse. Puis il s’enferme à double tour dans sa chambre où il enregistre ses premiers titres, s’abreuvant des vers de TTC et des sons de Jamie XX. ulti-instrumentiste doué, un synthé sous le bras droit et une perfusion de Xanax dans le bras gauche, il use de mélodies cajoleuses et de grooves fluets pour régler ses comptes avec les fantômes de l’adolescence et le soi-disant règne du mâle amateur de survêtement.



EXTRAA
Baked
[Requiem Pour Un Twister Records]


Avec l’aide précieuse du nouveau génie actuel Alexis Fugain de Biche à la production, Extraa convoque l’âge d’or de la pop des années 1970 avec ces sonorités volontairement léchées. Avec ces notes menées au Mellotron ou au Wurlitzer, le groupe français impressionne pour ce côté rétro qui leur sied à merveille.



JAZZ / SOUL / FUNK


Antti LÖTJÖNEN
Quintet East
[We Jazz Records]


Le bassiste Antti Lötjönen, l’un des musiciens les plus réputés et les plus actifs de la scène jazz finlandaise, sort son premier album en tant que leader sur le label We Jazz Records basé à Helsinki. Sur cet album, Lötjönen brille à la fois comme bassiste et compositeur, présentant un programme ambitieux de neuf titres, dont huit écrits par lui. Déjà un incontournable du circuit live local, le groupe entendu sur "Quintet East" sera probablement une force avec laquelle il faut compter en dehors de leur environnement natal.



Jamael DEAN
Oblivion
[Stone Throw Records]


Jamael Dean est un pianiste prodige âgé seulement de vingt ans. Il a collaboré avec Kamasi Washington, Thundercat, Miguel Atwood-Ferguson and Carlos Niño. Pour son dernier album, Jamael met ses synthés et boîtes à rythmes de côté et laisse le piano parler. Les 30 premières secondes de l’ouverture de ‘’People of The Moon’’ rappellent le début des années 70 de Joe Bonner avec Pharoah Sanders. L’ensemble du disque déborde d’une énergie spirituelle pleine de vie du début à la fin… les amateurs de jazz parmi vous apprécieront particulièrement la reprise de Wayne Shorter.



SHABAKA & THE ANCESTORS
We Are Sent Here By History
[Impulse ! Records]


Shabaka Hutchings incarne le renouveau du jazz britannique, et vraisemblablement celui de ce courant fourre-tout à l’échelle internationale. Et si vous l’ignoriez encore, son second projet avec The Ancestors devrait vous permettre d’en prendre pleinement conscience. Shabaka irradie à nouveau, il faut reconnaître que le bougre sait parfaitement s’entourer. Les percussions, les murmures et une basse cinglante donnent d’emblée le ton relayé par une voix singulière qui deviendra rapidement familière. Le morceau ne laisse aucune place au doute : place aux rythmes obsédants, inquiétants et totalement hypnotisant. L’album oscille constamment entre lamentations et explosions, véhiculant une énergie communicative mais tendue.



Matthieu SAGLIO
El Camino de los Vientos
[Act]


Dix ans après ‘’Cello Solo’’, ‘’El Camino de los vientos’’ est la seconde balise intime du parcours très personnel de Matthieu Saglio. L’album vibre de toutes les influences qui ont forgé l’âme musicale du violoncelliste et compositeur. Pour donner corps à cet univers singulier, Matthieu a convié les musiciens qui ont compté pour lui, en tant que simple auditeur ou comme compagnon de route. ‘’El Camino de los vientos’’ est ainsi traversé par des vents venus de tous horizons, apportant avec eux de grands noms du jazz européen.



ELLINOA
The Ballad of Ophelia
[Music Box Publishing]


Une des pépites de la Soirée Showcases de Jazz Sur Seine 2019, Ellinoa y avait présenté en exclusivité ce projet à l’univers fascinant ! Elle anime d’une maîtrise et d’une sensibilité prodigieuses les ombres et lumières de cette figure shakespearienne mythique. La voix élancée et délicate de la chanteuse confie un portrait original d’Ophelia. De bout en bout de l’album on suit la métamorphose langoureuse de cette fresque sonore, qui n’a de cesse d’accroître les mystères auxquels participe un casting de musiciens absolument captivants. Un monument puissant, grave, majestueux, sensuel !



24-CARAT BLACK
III
[Numerogroup Records]


Collectif soul américain issu de l’Ohio, 24-Carat Black a été le fruit de l’idée de Dale Warren (producteur de Stax et également arrangeur). Avec des thèmes et des sujets qui changent de façon erratique de chanson en chanson, Warren a écrit sur tout, du travail émotionnel aux tensions raciales débordant du mouvement des droits civiques.



COMPILATION
Eccentric Soul : The Kris Label
[Numerogroup Records]


Excellente compilation dans la série ’’Eccentric Soul’’ chez Numerogroup. Cette fois le label exhume 18 titres du label Kris.



HIP- HOP / R’n’B


KeiyaA
Forever, ya girl
[Forever Recordinds]


La chanteuse et productrice de Chicago basée à New York KeiyaA captive le monde avec son premier album à succès ‘’Forever Ya Girl’’. Sa voix légère et fragile se juxtapose bien avec les rythmes puissants et les mélodies.



Wilma ARCHER
A western circular
[Domino Recording]


Wilma Archer était un nom que le monde de la musique et les presses spécialisés ont retenu. Il faut dire que le musicien et producteur londonien n’est pas n’importe qui non plus. En collaborant avec Pyramid Vitra ou avec Sudan Archives, sa réputation montait au fur et à mesure. Voici enfin venir son premier album nommé "A Western Circular". Conçu pendant plusieurs années, "A Western Circular" viendra capturer toutes les maîtrises musicales qu’a pu entreprendre Wilma Archer tout au long de sa carrière. Il en résulte ainsi une odyssée jazzy des plus organiques et des plus cinématographiques. Il invite sur l’album plusieurs collaborateurs comme le rappeur MF DOOM ou encore le chanteur de Future Islands, Samuel T. Herring. Un premier album audacieux qui expose l’univers singulier de Wilma Archer et plaira autant aux fans de Blood Orange, King Krule que Tirzah.



Yves TUMOR
Heaven to a tortured mind
[Warp Records]


Depuis la parution de son premier album, autoproduit il y a cinq ans, le Floridien ne cesse d’étendre ses horizons musicaux. Le compositeur électronique expérimental américain revient à la scène avec un disque qu’on doit qualifier de rock, sans être en totale rupture avec les denses, sombres et bruyantes expérimentations de l’album "Safe in the Hands of Love" (2018). Ainsi, c’est dans sa manière de faire tenir ensemble la somme de ses influences — rock, R&B, prog-rock, musique noise/industrielle, électronique d’avant-garde, post-punk — que Tumor excelle sur son quatrième album.



Lido PIMIENTA
Miss Colombia
[Anti- Records]


Après avoir remporté à la surprise générale – et au malheur des plus conservateurs – le prix Polaris 2017 avec son ‘’La Papessa’’, Lido Pimienta réaffirme son talent avec un nouvel album courageux et flamboyant.



ELECTRO / AMBIENT / EXPERIMENTAL


MOLECULE and FRIENDS
Music for Containment
[Mille Feuilles Records]


Le producteur français Molécule dévoile une compilation au casting impressionnant et conçue pour le présent explore le champ de la musique ambient et celui des possibles. Au générique de cette nouvelle collection de thèmes dont tous les bénéfices iront droit dans les poches de la Fondation de France, on croise aussi la route de Dominique Dalcan, de deux Bertrand (Belin et Burgalat), mais aussi Arthur H, Petit Fantôme, Yan Wagner, Requin Chagrin ; ou encore Rone, Malik Djoudi, Apollo Noir, les Etienne Jaumet et de Crécy, et Rebeka Warrior. Si le label Tigersushi, à travers ses compilations "Musique ambiante française", avait déjà braqué les projecteurs sur la polysémie d’un terme dont on a bien du mal à définir les contours, Molécule et sa clique d’expérimentateurs lui confèrent une certaine forme d’urgence et populaire (cette sensation que n’importe qui possédant des outils rudimentaires de composition pourrait en faire autant). Et en profite pour élargir encore un peu plus le panorama des possibles.



Nick STORRING
My Magic Dreams Have Lost Their Spell
[Orange Milk Records]


"My Magic Dreams Have Lost Their Spell" est le premier effort de l’artiste à être scellé sur de la cire, et il est clair qu’il a choisi sa musique la plus aboutie pour être réalisée au format vinyle. Ces pistes ont été composées, enregistrées et assemblées sur une période de quatre ans, durant laquelle le compositeur a minutieusement utilisé une multitude d’instruments acoustiques et électromécaniques avec un minimum d’interférences de l’électronique.



DJ PYTHON
Mas amable
[Incensio Records]


En toute discrétion, Brian Piñeyro aka DJ Python nous offre avec ‘’Mas Amable’’, un des albums les plus enthousiasmants de l’année, avec son mélange de nappes paresseuses et de rythmiques entrainantes.



YAEJI
WHAT WE DREW
[XL Recordings]


La productrice, DJ et chanteuse Yaeji revient avec une mixtape intitulée ‘’WHAT WE DREW 우리가 그려왔던’’, et sa première sortie pour XL Recordings. Entièrement autoproduite par l’artiste new-yorkaise d’origine coréenne, l’album se situe à l’orée de la bedroom pop et de la musique de club underground.



WORLD


COMPILATION
Moris zekler : fuzz & soul sega from 70’s Mauritus
[Born Bad Records]


Paradis fiscal et destination rêvée pour voyageurs fortunés, la république de Maurice est un pays multiethnique en plein boom économique et social. Mais à quelques encablures des plages paradisiaques, de quasi-bidonvilles rappellent qu’une grande partie de la population reste encore exclue du "miracle économique mauricien". Aux marges de l’enfer des plantations est recomposée clandestinement une musique appelée tchiega, chéga ou encore tsiega, lointain cousin du blues. De l’évolution progressive de ce séga originel va apparaitre, dans le contexte singulier de l’île Maurice des années 70, la musique unique que scrute cette sélection. Au croisement des cultures afro-malgache, occidentale et indienne, nait ainsi entre arrangements pop, soul et funk, polyrythmies ternaires syncopées, guitares saturées, orgues psychédéliques et vocaux créoles un phénomène musical aussi étonnant que l’éclosion d’une fleur tropicale.



COMPILATION
Maghreb K7 Club : synth raï chaoui & saifi, 1985-1997
[Bongo Joe Records]


Les Disques Bongo Joe et Sofa Records présentent une compilation de musiques du Maghreb, enregistrées et produites à Lyon, France, entre 1985 et 1997. Elle rassemble huit titres (plus une introduction sur la version vinyle et trois sur la version CD) édités alors sur cassette audio - et les propose pour la première fois en vinyle ! La majorité des musiciens présents dans cette compilation ont habité la région Rhône-Alpes, et animé sa vie musicale, concentrée dans le quartier de la Guillotière, dans le centre de Lyon. Epicentre des musiques populaires maghrébines de la région, c’est autour de cette place qu’une véritable scène, officieuse, alternative et dynamique est portée par une nébuleuse de musiciens, d’éditeurs, de gérants de boutiques, de restaurants et de cafés musicaux provenant de tout le Maghreb. Ces chansons, en prise avec la réalité quotidienne de l’exil et la situation d’immigré, nous parlent de séparation, de déracinement, d’amour, d’injustices sociales autant que d’actualités politiques, et se fabriquent librement, sous le signe du bricolage, de l’expérimentation, de l’emprunt et de l’opportunité commerciale.



MASTER MUSICIANS OF JAJOUKA feat. Bachir ATTAR
Apocalypse Across The Sky
[Zehra Records]


Master Musicians of Jajouka Master Musicians of Jajouka dirigé par Bachir Attar est un groupe dirigé par Bachir Attar, du village de Jajouka près de Ksar-el-Kebir dans les montagnes Ahl Srif dans le sud des montagnes du Rif du nord du Maroc. Cet album a été enregistré en 1992, il est réédité sur l label allemand Zehra Records.



COMPILATION
Uzelli Elektro Saz (1976-1984)
[Uzelli Records]


Parmi les annonces de rééditions de 2020, celle-là fait clairement partie des plus alléchantes : Uzelli Records, label stambouliote né dans les années 70 et qui a notamment vu émerger le saz électronique, s’est décidé à sortir une nouvelle compilation, trois ans après ‘’Uzelli Psychedelic Anadolu’’. Le saz est une sorte de luth qu’on trouve dans les musiques traditionnelles de la Grèce à l’Irak, et qui a connu une seconde jeunesse à l’ère de l’électrification musicale. Si sa sonorité est reconnaissable entre mille, cet instrument a aussi une histoire sociale et culturelle, puisqu’il est utilisé dans certaines célébrations musulmanes populaires et qu’il est connu pour être l’instrument du ozan, le poète et conteur du peuple. On aura donc droit à un ‘’Uzelli Elektro Saz (1976-1984)’’, le tout compilé par Murat Etel, chanteur et joueur de saz pour Baba Zula.



Ranil y su CONJUNTO TROPICAL
Ranil y su Conjunto Tropical
[Analog Africa Records]


Dans les années 70, au cœur de la forêt amazonienne péruvienne, vivait une communauté qui pratiquait la cumbia, un style de musique très répandu en Amérique du Sud. Raúl Llerena Vásquez connu sous le nom de Ranil fut l’un de ses plus fervents adeptes. Ce chanteur péruvien connu son heure de gloire dans les années 70 avec des musiques mêlant danse colombienne et brésilienne er rock psychédélique. Aujourd’hui, le label Analog Africa a décidé de rééditer 14 titres qui n’avaient jusqu’alors jamais été édités.



SANTROFI
Alewa
[Outhere Records]


Le highlife ghanéen est très loin d’être mort et enterré. On en veut pour preuve Santrofi qui est un collectif composé de huit musiciens qui pratiquent cet art avec maîtrise et perfection. Repérés par le label allemand Outhere Records qui les signe sur le champ, le groupe présente leur premier album qui fourmille de bonnes vibes pour ce printemps maussade nommé ‘’Alewa’’.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...