Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Voyage, carte interactive des récits de voyages > Récits de voyages > Chemins de traverses I(...)
Chemins de traverses IV

Partir, laisser le quotidien pour se retrouver sur les chemins, les mers et les continents... Coups de folie diront certains, coups de cœur diront d’autres. Passion des hommes ? Méditer, se rencontrer, ralentir le temps qui passe.Vivre son destin ailleurs, provoquer l’aventure, la rencontre, braver l’inconnu. Etre libre ! Simplement se faire plaisir. Découvrons quelques écrivains voyageurs d’hier et d’aujourd’hui qui ont franchi le pas, ces explorateurs du monde et de l’humain. Partez avec eux pour ailleurs...

Alain Fleury, Philippe Frey, François Giner,Ernesto Che Guevara,James Harvey, Mike Horn

Le Voyage à Warnemünde
Digressions est-allemandes

Alain Fleury
L’Harmattan
LOI 910.4 FLE

Ce livre accompagne le parcours d’hommes et de femmes qui ont grandi derrière le rideau de fer et s’interroge sur cette étrange fascination exercée par la République Démocratique Allemande.

50° Déserts brûlants
Philippe Frey
JC Lattès
LOI 910.4 FRE

Philippe Frey à traversé tous les déserts du monde, les plus grands de chaque continent. En devenant tout à tour chamelier saharien, chasseur -ceuilleur en Afrique australe, Baloutche masqué en Orient , Philippe Frey a découvert des peuples de tdes cultures parmi les plus vieux du monde . Ethnologue de la survie, il a démontré les capacités de l’homme à s’adapter au plus hostile des milieux. Aujourd’hui, après avoir vécu tant d’aventures, d’expériences, ressenti tant d’émotions, Philippe Frey, qui poursuit son exploration des déserts, cherche à transmettre sa passion et ses découvertes,.Il nous sert de guide dans ce voyage passionnant au cœur de la fournaise.

Nomades :
Rencontres avec les hommes du désert

Philippe Frey
R. Laffont
LOI 910.4 FRE

Depuis l’âge de seize ans, Philippe Frey parcourt les déserts du monde. Exploits solitaires, ses courses sont pourtant indissociables de rencontres qui ont marqué sa vie d’homme et d’explorateur. Dans ce récit, une succession de portraits nous est offerte nous emmenant d’une région du globe à une autre. Son livre est aussi un hommage à des populations pour la plupart menacées de disparition, parvenant à survivre dans des conditions inhumaines, et qui ont tant à nous apprendre de l’humanité.

En terre aborigène : rencontre avec un monde ancien
François Giner
Albin Michel
910.4 GIN

Depuis 20 ans, François Giner s’est immergé dans l’univers des Aborigènes. Ce Français, originaire de l’Hérault, vit désormais dans une région reculée de la Terre d’Arnhem (près du village de Weemol, à 700 km au sud de Darwin), au coeur de 400 000 hectares de bush.
Un territoire appartenant au clan des Ngklabon. C’est George Jangawanga, vieux sage aborigène, qui, le premier, lui a accordé son amitié, puis sa confiance. Avant de lui donner son nom “Balang” et de le prendre pour frère. Avec les Ngklabon, François Giner va monter un projet de développement économique basé sur le tourisme culturel : l’établissement d’un camp qui accueille de petits groupes de voyageurs pendant la saison sèche.
En 1974, François Giner a 29 ans lorsqu’il débarque pour la première fois en Australie, après avoir bourlingué à travers l’Afrique, l’Asie et les Iles du Pacifique. En sillonnant les pistes des Territoires du Nord, il découvre un monde dont il ignore tout ou presque : celui des Aborigènes. Cette rencontre va changer le cours de son destin.

Son récit oscille sans cesse entre la beauté des paysages du bush, la richesse des traditions ancestrales, les récits de la création du monde, les rites complexes qui sont toujours respectés, mais parallèlement la lente dégradation des rapports humains, la désaffection des jeunes pour les coutumes, les ravages de l’alcool et de la drogue liés aux problèmes d’identité et de racisme, la colère et le désespoir des anciens dépositaires de secrets qu’ils ne peuvent plus transmettre à quiconque. Teinté de respect et d’affection, ce témoignage d’une rare authenticité restitue aux Aborigènes d’Australie une humanité que deux siècles de colonisation leur avait pour ainsi dire dénié.

Résumant ses années de « vie aborigène », Giner, maintenant, parle comme eux : « Je suis entré dans leur rythme circulaire, et cela m’a permis d’aller au plus profond de mes racines, de comprendre qui je suis, d’où je viens et aussi pourquoi nous sommes devenus ce que nous sommes. Ils m’ont ouvert à leur monde de tolérance, de respect, de compréhension de l’autre, un monde de partage et d’entraide où la critique n’existe pas. Ils m’ont pris au cœur et aux tripes. »

Voyage à motocyclette
Latinoaméricana
Ernesto Che Guevara
Mille et une nuits
LOI 910.4 GUE

Récit par Che Guevara d’un voyage de près d’un an à travers l’Amérique latine, qu’il a effectué de 1951 à 1952, en compagnie d’un ami médecin, Alberto Granado. L’auteur découvre d’abord les Indiens Araucans et leur méfiance innée de l’homme blanc, l’exploitation des travailleurs dans les mines de cuivre de Chuquicamata, des militants qui seront à l’origine de son premier engagement.

Le Souffleur de bambou :
Rencontres japonaises

James Harvey
Transboréal (Sillages)
LOI 910.4 HAR

Récit intimiste dans lequel l’auteur fait partager au lecteur sa passion pour la langue et la culture japonaises. James Harvey va vivre plusieurs mois au sein de la famille de Shikû, moine bouddhiste de l’école de Jodo musicien, joueur de Shakuhachi (flûte japonaise). James Harvey dresse un tableau vivant de la société nippone et brosse des portraits sensibles de ceux qui sont devenus ses amis : Shikû, le souffleur de bambou, Kochi, céramiste aux méthodes millénaires, Shinjirô, moine rappeur, Mâbo, musicien et voyageur impénitent. Un voyage dans un monde méconnu loin des idées toutes faites sur le Japon.

Objectif : Pôle nord de nuit
Mike Horn
Editions Xo
LOI 910.4 HOR

2006. Mike Hornet et son ami Borge Ousland se posent un nouveau défi : atteindre le Pôle Nord pendant la nuit hivernale. Pour vivre cette dangereuse aventure et y survivre, les deux compagnons se sont mutuellement choisis : c’est ensemble qu’ils ont le plus de chance de réussite. La maîtrise du Grand Nord et la connaissance de la glace du pôle de Borge, "le roi de l’Arctique", combinées au sens de la navigation, de l’orientation nocturne et à la connaissance des conditions extrêmes de Mike, l’équipe avait tous les atouts pour réussir. Mais une chose sera déterminante pour leur survie, la confiance dans l’autre, car le Pôle est "un concentré d’émotions". "Partir amis, revenir frères". Un récit plein d’humanité.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :