Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Voyage, carte interactive des récits de voyages > Récits de voyages > Chemins de traverses I(...)
Chemins de traverses IV

Partir, laisser le quotidien pour se retrouver sur les chemins, les mers et les continents... Coups de folie diront certains, coups de cœur diront d’autres. Passion des hommes ? Méditer, se rencontrer, ralentir le temps qui passe.Vivre son destin ailleurs, provoquer l’aventure, la rencontre, braver l’inconnu. Etre libre ! Simplement se faire plaisir. Découvrons quelques écrivains voyageurs d’hier et d’aujourd’hui qui ont franchi le pas, ces explorateurs du monde et de l’humain. Partez avec eux pour ailleurs...

Alexandra Kalda, Ryszard Kapuscinski

Promenade en Inde
Alexandre Kalda
Grasset
LOI 910.4 KAL

Promenade en Inde est le résultat de l’expérience exceptionne d’Alexandre Kalda qui y vécut plus de vingt ans. A la fois mémoires, récit de voyage, quête d’ethnologue et essai métaphysique, ce texte vivant, documenté et attachant mais aussi difficile, permet une approche originale et authentique de l’Inde.

Les réflexions de l’auteur, nous bousculent dans notre vision déformée de l’Inde, en raison de nos propres conceptions de la vie,de la religion, de nos relations à l’autre, à la nature.Un livre qui ne peut laisser indifférent. Qui sommes nous pour essayer de comprendre l’Inde et pouvons la comprendre, ou approcher son âme ?

« Les indiens jouent avec leurs divinités et ne leur en veulent même pas quand elles les rouent de coups : c’est le jeu. Nous ne jouons pas avec Dieu et cela nous manque terriblement.
Au vrai, cette aptitude à l’allégresse chez un peuple dont nous pensons qu’il croupit dans une misère sans issue est l’une des énigmes les plus effarantes que puisse nous offrir l’Inde dans la vie quotidienne. D’autant que ce n’est pas le rire de la démence qui retentit partout, mais celui de l’innocence. L’idée de péché original a ravagé notre civilisation tout en l’édifiant. Nous n’avons pas pardonné à Dieu de ne pas nous pardonner. Les indiens, eux, jouent avec leurs dieux multiples, qui les accompagnent jusqu’au fond de la plus sombre déchéance. En haillons, couverts d’ulcères et de vermine, le ventre creux ils sont toujours les enfants de la Divinité et ne se séparent pas d’elle. Ils sont Dieu lui-même qui joue à être son propre contraire en riant doucement dans les ténèbres.
Ejil a une intelligence si intuitive, bien qu’il n’ait fréquenté l’école que quelques années, que je lui ai demandé un jour s’il ne voulait pas apprendre quelque chose. Il n’aurait qu’à me poser des questions, et je lui répondrais. Mais il n’avait pas envie d’étudier. Ni comme ça, ni autrement.
« je sais ce que je sais, ajouta-t-il tranquillement. Mais je sais pas ce que je sais. »
Il répéta la phrase plusieurs fois pour être sûr que je comprenais bien. Sans s’en douter, il venait d’exposer la condition de l’âme populaire indienne. »

Mes voyages avec Hérodote
Ryszard Kapuscinski
Plon (feux croisés)
LOI 910.4 KAP

Une passionnante exploration du monde vu à travers les yeux de deux reporters, le Grec Hérodote, et le Polonais Kapuscinski. Souvenirs du reporter et commentaires sur Hérodote s’entrecroisent. L’auteur nous montre "le Grec" à l’œuvre, insiste sur sa passion de découvrir le monde, alliée à un rigoureux esprit critique.

Le rapport que tisse le reporter avec l’hisorien porte en lui une ouverture sur le monde et sur l’autre. C’est tout l’intérêt de cet écrit.

"Hérodote représente pour moi une référence utile et précieuse. hérodote et les hommes qu’il rencontre m’intriguent dans la mesure où le contenu de nos reportages provient essentiellement des hommes, la qualité de notre texte est tributaire de otre relation à autrui, de la nature et de la temprérature de cette relation. Nous dépendons des hommes, et le reportage est peut-être le genre littéraire le plus collectif."

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :