Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Voyage, carte interactive des récits de voyages > Découvertes et tourisme > En partance pour(...)
En partance pour l’Egypte
Espace Loisirs - Bibliographie thématique
Février 2005

L’� ?gypte, ce « don du Nil » dont parlait Hérodote, conserve intacts son pouvoir de fascination et son extraordinaire capacité à susciter l’imagination. Au début du IIIe millénaire, l’� ?gypte passait du monde des légendes, celui d’Isis, Osiris, Horus ou du roi Ménès, à une histoire qui nous a laissé les plus impressionnants vestiges : les pyramides de l’Ancien Empire ! Une histoire monolithique, faisant alterner centralisation et dispersion du pouvoir, dominée par Pharaon qui unit en une seule entité les mondes des dieux, des vivants et des morts. Mais l’� ?gypte ne meurt pas lorsqu’est abandonné le dernier temple à Philae...

Par les Ecrivains-Voyageurs d’hier et d’aujourd’hui...


Carnets de voyages : Egypte, Terre sainte
David Roberts, avant-propos d’Helen Guiterman, commentaires de Barbara Culliford
Anthèse, 1989
LOI 910.4 ROB

- David Robert est né en 1796, en � ?cosse, à Stockbridge. Il accomplit en 1838, le rêve de sa vie découvrir l’Egypte. Fasciné par cette civilisation, il louera, après avoir séjourné quelques temps à Alexandrie, une embarcation qui deviendra sa maison pendant trois mois, et remontera le Nil jusqu’à Abou Simbel, reproduisant scrupuleusement tous les temples bordant le fleuve. Son œuvre aujourd’hui est une mine de documents précieux, nous apportant un témoignage sur l’état de conservation des sites au siècle dernier. Le récit de David Roberts est agrémenté de très belles illustrations de ce peintre orientaliste.


Voyage en Egypte
Gustave Flaubert (1821-1880), préfacier Pierre-Marc de Biasi
Grasset, 1991
LOI 910.4 FLA

- C’est entre juin et septembre 1851, juste avant de se lancer dans la rédaction de Madame Bovary, que Gustave Flaubert mit toute son énergie à écrire le récit du voyage en Orient qu’il venait de faire, quelques mois plus tôt, avec Maxime Du Camp. Un texte direct, sauvage, parfois éblouissant, toujours surprenant de vérité, où le jeune écrivain, encore inconnu, se faisait à lui-même le pari de " tout dire " et d’enregistrer tels quels les souvenirs de cette traversée de l’Egypte qui avait été pour lui une expérience décisive. Il s’agit ici de la version originale.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :