Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Loisirs créatifs, cuisine, déco, danse, sport ... > Loisirs créatifs, mode, déco, bricolage, bien-être > (...)
Histoire idéale de la mode contemporaine : année 70 & 80

A l’occasion de l’exposition "Histoire idéale de la mode contemporaine" du musée des Arts Décoratifs, plongez dans la mode des années 70 & 80, pour en comprendre les impacts et l’influence immense qu’auront ses créateurs sur la société.

Poursuivez la découverte avec le deuxième volet de l’exposition : Histoire de la mode contemporaine : années 1990 & 2000

Bibliographie : les grands couturiers


Alaïa
François Baudot
Assouline (Mémoire de la mode), 1996
LOI 746.92 ALA

Remarquable technicien de la coupe et chercheur de nouvelles matières, profondément marginal, souvent plus proche du sculpteur de la robe que du styliste de prêt-à-porter, Azzedine Alaïa influence discrètement la mode depuis plus de vingt ans. Apparu sur le devant de la scène au début des années quatre-vingt, reconnu depuis par l’ensemble de la profession, ce couturier tunisien est l’une des personnalités les plus marquantes du monde de l’élégance de la fin du 20em siècle. A son propos, impossible de parler de carrière. Pour Alaïa, la mode est un destin.


Christian Lacroix
François Baudot
Assouline (Mémoire de la mode), 1996
LOI 746.92 LAC

En 1987, il est entré dans le cercle restreint des grands couturiers parisiens. Héros malgré lui du petit monde étincelant de la mode, Christian Lacroix, qui voulait devenir historien d’art, reste pour le 20em siècle celui que l’on n’attendait plus. En créant sa propre maison, en proposant des collections déconcertantes de luxe, de fantaisie, d’insolence, Lacroix prit le monde et la logique à contrepied. Le temps semble avoir donné raison à ce créateur aussi timide que talentueux, épris de théâtre et de littérature, profondément artiste et nourri de toutes les cultures. Il recrée une véritable recherche du temps perdu, d’un romantisme contemporain qui faufile la moindre de ses robes.


Christian Lacroix : histoires de mode
Christian Lacroix, Patrick Mauriès et Olivier Saillard
Les arts décoratifs, 2008
746.92 LAC

Invité à célébrer les vingt ans de son parcours et de la création de sa maison de haute couture, Christian Lacroix a sélectionné dans les réserves du Musée de la Mode et du Textile les vêtements de créateurs qui lui semblaient dignes d’un intérêt particulier. Ils sont mis en regard avec ses propres créations, ce qui crée un jeu d’échos et de croisements entre le présent et le passé.


Madame Grès
Laurence Benaïm
Assouline (Mémoire de la mode), 1999
LOI 746.92 GRE

Alix Grès crée sa propre maison de couture en 1935 et lance sa première maison de prêt-à-porter en 1980. Son style est caractérisé par les drapés et les lignes pures. Cet ouvrage présente des modèles représentatifs de son art. Elle se faisait appelé Madame Grès, et a marqué pour toujours l’esprit de la mode.


Issey Miyake
Laurence Bénaïm
Assouline (Mémoire de la mode), 1997
LOI 746.92 MIY

Entre Orient et Occident, technologie et tradition, Issey Miyake a créé un univers de tous les possibles. Ses plissés poids plume, ses matières caméléon, ses recherches sculptées autour du corps font de lui un visionnaire, habillant la vie avec l’énergie du futur.


Kenzo
Ginette Sainderichin
Assouline (Mémoire de la mode), 1999
LOI 746.92 KEN

Kenzo a libéré et épuré les formes de la mode. Il a apporté l’harmonie et la rigueur japonaises. Une mode sans classes et sans frontières.


Signé Chanel (DVD)
réal de Loïc Prigent
Art vidéo, 2005
LOI 746.92 CHA

Une plongée rare dans une des plus grandes maisons de haute couture. Vous allez découvrir le travail des ces artistes depuis les croquis de Karl Lagerfeld à la vente des modèles créés, en passant par le travail des petites mains.


Thierry Mugler
François Baudot
Assouline (Mémoire de la mode), 1998
LOI 746.92 MUG

Photographe qui a su développer un style original et protagoniste d’une avant-garde de la mode dès la fin des années 70, Thierry Mugler apparaît avec le recul comme la figure dominante du mouvement des « Jeunes créateurs », qui ont conféré au prêt-à-porter un visage radicalement différent au cours des vingt dernières années.


Yohji Yamamoto
François Baudot
Assouline (Mémoire de la mode), 1997
LOI 746.92 YAM

Du simple travail d’une chemise blanche à la coupe savante d’une longue robe du soir, voilà un maître de la haute couture qui retient le meilleur tant de l’Orient que de l’Occident.


Yves Saint-Laurent
Laurence Benaïm
Grasset, 1993
LOI 746.92 SAI BIO

Celui qui succéda à 21 ans à Christian Dior définit ainsi son style : « _Une Rolls Royce roulant doucement d’où s’échapperait un air de java_ ». Laurence Benaïm, journaliste pour Le Monde et Vogue, dresse le portrait de ce couturier qu’elle connait bien : c’est elle qui a établi et publié le catalogue de l’exposition Saint-Laurent, 1958-1990, du Sezon Museum of Art au Japon.


Saint-Laurent, mauvais garçon
Marie Dominique Lelièvre
Flammarion, 2010
LOI 746.92 SAI BIO

Yves Saint-Laurent savait utiliser les médias à bon escient. Il a fabriqué et laissé se fabriquer un mythe qui l’arrangeait. Couturier français d’excep-tion, il a fait don de sa personne à son métier et accompagné les mutations profondes qui agitaient la société française. Pourtant, l’homme reste secret. Marie-Dominique Lelièvre a rencontré sa famille, ses amis, ses premiers d’atelier, ses amours, ses mannequins, ses conseillers, son valet de chambre et ses médecins. Elle a visité sa maison, feuilleté ses livres, cherché à démêler le vrai du faux. Mais plus qu’une légende, Yves Saint-Laurent reste un mystère, pour le plus grand plaisir du monde de la mode.



Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :