Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Dossiers de l’art > L’art numérique
L’art numérique
Présentation et sélection bibliographique réalisée dans le cadre des Rendez-vous du Numérique du 8 au 17 novembre 2007

Les formes multiples de l’art numérique, suivies d’une sélection bibliographique, pour découvrir un art contemporain en plein devenir.

Autour de l’œuvre numérique


Une fois considérées les différentes formes que peut prendre l’œuvre numérique il faut essayer de déterminer l’environnement de l’œuvre : quel est son support. Aujourd’hui une différence essentielle s’établit entre l’art off-line et l’art on-line.

L’art numérique « off-line » ou l’art qui n’utilise pas Internet

C’est finalement un art assez traditionnel, une forme à part entière de l’art contemporain. L’art « offline » est souvent d’accès difficile : son public est avant tout celui de l’art contemporain.
Cet art s’expose dans des galeries et au sein des manifestations traditionnelles de l’art contemporain. Même si la FIAC fait peu de place à l’art numérique, les manifestations qui mettent à l’honneur l’art numérique sont de plus en plus nombreuses.

L’art « on-line »

L’apparition d’Internet a considérablement modifié la forme de l’art numérique. Non qu’Internet ait révolutionné les techniques. En fait Internet a offert à l’art numérique des potentialités importantes, dont la plus simple est encore d’avoir rendu accessible l’œuvre. Il n’est plus nécessaire d’être spécialiste d’art contemporain pour contempler une œuvre d’art numérique, il suffit d’être internaute. Par ailleurs cela permet à l’artiste amateur d’exposer plus facilement ses œuvres sur ses pages persos.
Identiques dans leur principe aux galeries d’art contemporain, les web-galeries prolifèrent. Il est difficile de déterminer les meilleures galeries tant elles sont nombreuses. Notons par exemple le Museum of Computer Art et Hyperart - une galerie new-yorkaise.


L’art numérique dans la continuité de l’art


L’art numérique est art parce qu’il participe au subjectif, à l’objectif et au culturel

Cette triade est parfois évoquée comme le « triangle systémique de l’art ». L’ambition n’est pas ici de donner une définition de l’art. Cette éternelle question ne saurait être résolue en quelques lignes. Mais si l’on s’attache à montrer en quoi l’art numérique est art, il faut avant tout préciser que, comme pour n’importe quel art, quelle que soit l’époque, on pourra distinguer pour l’art numérique, ce qui est art, et ce qui est en dehors de ce champ, soit du fait de processus de reconnaissance de la valeur qu’il ne s’agit pas de discuter ici, soit du fait du caractère commercial d’une œuvre qui sera exclue du champ artistique. C’est un problème qui touche toute sorte d’art à toute époque et ne saurait condamner la totalité de l’art numérique.

L’art numérique est donc art parce qu’il participe :

— à l’objectif : l’art numérique existe grâce à l’emploi de techniques et parce que l’œuvre a une existence autonome, indépendante de toute finalité.

— au subjectif : l’art numérique porte la trace d’une vision du monde du/des créateurs (choix du modèle) et fait appelle au « jugement du goût » et à l’expérience du spectateur.

— au culturel : l’art numérique ne surgit pas du néant. Il renvoie à lui-même mais aussi à un ensemble de valeurs institutionnalisées.

Dans le contexte de l’essor des nouvelles technologies et d’Internet, et des modifications que cela entraîne pour la société, l’artiste investit le « cyberespace » (milieu de communication qui émerge de l’interconnexion mondiale des ordinateurs). Il ne s’agit pas de dire que la société de demain sera cantonnée à l’Internet et que tout art sera numérique. Mais l’appropriation des opportunités qu’offre Internet par l’artiste s’inscrit dans l’évolution conjoint de l’art et de la société. L’art numérique est art, parce qu’il s’inscrit dans une évolution culturelle et sociale résultant de l’apparition des nouvelles technologies. L’art numérique est art parce qu’il s’inscrit dans la continuité de la recherche artistique, dans le prolongement de l’histoire de l’art. Il reprend ou prolonge des préoccupations récurrentes de l’histoire de l’art.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :