Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo > L’atelier d’Alberto Giacometti
la collection de (...)
L’atelier d’Alberto Giacometti
la collection de la fondation Alberto et Annette Giacometti
Espace Arts - Présentation et sélection bibliographique, octobre 2007
Exposition, Paris, Centre Georges Pompidou, du 11 octobre 2007 au 11 février 2008

L’expérience surréaliste

Giacometti adhère au mouvement surréaliste d’André Breton en 1931. La Boule suspendue, Tête-crâne et L’Objet invisible étaient les trois œuvres préférées de Breton. L’artiste est exclu du mouvement en 1935. Toutefois, les procédés surréalistes subsistent dans sa création : vision onirique, montage et assemblage, objet à fonctionnement métaphorique, traitement magique de la figure. La création de meubles et
luminaires traduit son intérêt pour les objets utilitaires des civilisations antiques ou
primitives. Une dernière version peinte de La Boule suspendue, créée en 1965 pour une rétrospective à Londres, montre la persistance du lien de Giacometti avec le surréalisme.

Qu’est-ce qu’une tête ?

Située au coeur de l’exposition, cette salle aborde le thème de la recherche sur la tête humaine, centrale dans la démarche de l’artiste de 1935 à 1950. La tête et particulièrement les yeux sont pour lui le siège de la vie qui anime l’être humain. Dans les années trente, son frère Diego, une amie anglaise - l’artiste Isabel Delmer - et le modèle professionnel Rita Gueyfier sont ses sujets favoris, mais l’on ne peut parler de portraits. Après 1945, Giacometti travaille la figure humaine anonyme mais pratique aussi le portrait de personnalités telles Marie-Laure de Noailles, Simone de Beauvoir ou le résistant Rol-Tanguy.

Plâtres peints

De 1945 à 1965, Giacometti explore les différentes manières de traiter le plâtre peint, poursuivant ses expérimentations des débuts. Il s’agit de petites têtes ou de grandes figures, entièrement peintes ou rehaussées au pinceau. Les couleurs sont vives ou éteintes, appliquées en aplats ou travaillées avec le plâtre. Les deux Figurines de Londres et l’Homme assis sont achevés dans les sous-sols de la Tate Gallery en 1965.

L'homme assis (1965)

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...