Accueil > Les collections > Bibliographies > Littératures & Langues > Dossiers du Pôle > La Chine éternelle dans les romans
La Chine éternelle dans les romans
La Chine sur le pôle Littératures et langues
Décembre 2007

img_entete_chinerom
Dans le cadre des Rencontres de l’Histoire "la Chine étrernelle" du 4 décembre 2007 au 2 février 2008,
le pôle Littératures et Langues a sélectionné quelques romans à découvrir.

Les Fantômes de Luling
Amy TAN (Etats-Unis)
R. Laffont, 2003. (Best-sellers)

- R TAN
L’histoire tumultueuse de trois générations de femmes, depuis la Chine des années 20 jusqu’au San Francisco d’aujourd’hui : la mère de LuLing, femme d’une grande beauté, défigurée et muette suite à une trahison ; LuLing qui a fui à Hong Kong puis aux Etats-Unis avec la montée du communisme ; Ruth, la fille de LuLing, née aux Etats-Unis qui ne parvient plus à affronter le présent.

Fuir
Jean Philippe TOUSSAINT (Belgique)
Minuit, 2005.

- R ROU
Dès son arrivée en Chine, le narrateur reçoit en cadeau un téléphone portable. Il a toujours su inconsciemment que sa peur du téléphone était liée à la mort mais, jamais avant cette nuit de train entre Shanghai et Pékin, il n’en avait eu l’aussi implacable confirmation. Prix Médicis 2005

Tao, le haut voyage
Frédérick TRISTAN
Fayard, 2003
- R TRI
Un voyage picaresque et symbolique dans la Chine ancienne mêlant humour et références aux doctrines bouddhistes.

L’ Enigme du clou chinois
Robert VAN GULIK (Pays-Bas)
10-18, 1999.

- RP VAN
Le juge Ti, célèbre figure de la Chine du VIIe siècle, prend ses nouvelles fonctions de magistrat dans le district de Pei-tcheou. Il est immédiatement confronté à une curieuse affaire de disparition et deux marchands viennent rapporter l’assassinat de leur sœur en accusant son mari. Grâce à la macabre découverte de la tête d’un cadavre, le juge comprend bien vite que les deux affaires sont liées !

Touche pas aux Pékins
Albert WENG
P. Picquier, 2003. (Picquier poche)

- RP WEN
Delamarne a accepté une mission en Chine, après une guerre des services secrets à Pékin et un agent suicidé au Centre culturel français. Sous la conduite éclairée du timonier Weng de la Sécurité publique chinoise et en dépit des sarcasmes de l’ambassadeur de France, il tente de comprendre le fabuleux miracle de la Chine nouvelle.

Le Palais des plaisirs divins
ADAM WILLIAMS (Grande-Bretagne)
Belfond, 2004.

- R WIL
A Shishan en Chine, en 1899, la construction du chemin de fer attire les Européens qui profitent d’une vie confortable. Mais en Mandchourie, chez les plus pauvres, leur présence n’est pas acceptée. Le mouvement xénophobe et nationaliste des Boxers utilise ce ressentiment pour un soulèvement.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...