Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Musique > Musique du Monde > La Country Music
La Country Music
Découverte de la musique Country, février 2008

L’après-guerre


La seconde guerre mondiale amène beaucoup de changements et de désenchantements. Le Sud reste dans la tradition du temps « d’Autant emporte le vent », c’est un territoire pauvre. La population sudiste part vers le Nord industriel, les Texans vers la Californie, tous sont attirés par le boom économique.
La guerre accentue les problèmes de séparation et d’immigration intérieure.

-  Le Honky Tonk

La musique du Sud s’orne de nouvelles teintes amères, déracinées. On voit apparaître un nouveau genre de Country le Honky Tonk. Ce mot apparaît pour la première fois en 1891, et désigne un bar miteux, mal famé ou traîne un public largement masculin, qui boit jusqu’à plus soif, joue, et s’entoure de prostituées.

C’est Al Dexter, propriétaire de l’un de ces bars, qui crée en 1934, une chanson intitulée « Honky Tonk blues » et ainsi lance la chanson de bar qui célèbre « la larme dans le verre de bière » que verse le paysan ou l’ouvrier sur sa vie misérable.

Le Honky Tonk est un transfert du Western swing. En effet, les musiciens d’un orchestre de Honky Tonk proviennent des grandes formations de Western swing, formation plus resserrée avec des instruments électriques. Les textes de chansons se démarquent de l’avant guerre et du purisme sudiste, on parle du divorce, de l’adultère, des difficultés de la vie.

- Le Country & Western

Le terme Country & Western est une invention de l’industrie du disque et fait partie du langage politiquement correct. En fait, il s’agit de remplacer le «  »Hillbilly » » ou ire péquenot, terme qui désigne la musique des pauvres blancs du Sud-Est.

Bien que ce mouvement musical ait gagné au fur et à mesure ses gallons de musique Country, il devient de plus en plus proche de celui du Sud-Ouest. Bref la musique sudiste celle de Nashville et de sa mouvance et la musique du Sud-Ouest celle du Western swing et de la musique cow-boy d’Hollywood jusqu’à présent rivales fusionnent. On parle alors de Country & Western pour ce nouveau style puis au début des années 60 ce terme devient Folk & Country avant de devenir tout simplement Country music. L’un des dignes représentants de ce courant est Hank Williams.

- Le Bluegrass

La pure musique appalachienne rencontre des difficultés à survivre face à tous ces mouvement musicaux.

Bill MonroeC’est dans les années 40 qu’un musicien de mandoline, Bill Monroe, trouve la formule idéale avec ses musiciens pour redonner un nouvel essor à la musique appalachienne. Il adapte des morceaux de la tradition montagnarde au swing, à l’improvisation et aux nouvelles tendances de la Country music : le Blue Grass est né, c’est le surnom de l’état du Kentucky.

L’orchestre de Bluegrass se compose généralement d’un violon, d’une mandoline, d’un banjo et d’une contrebasse. C’est un ensemble acoustique avant tout.

Le succès est immédiat et de nombreux orchestres de Bluegrass fleurissent. Cependant ce genre musical ne parviendra pas au somment et reste populaire surtout parmi les montagnards. Dans les années 50, cette prospérité modeste est remise en cause par l’apparition du Rockabilly.

Au début des années 60, l’intérêt pour les formes anciennes de la Country music émerge surtout dans le milieu universitaire ou le Bluegrass devient le véhicule de la contestation étudiante.
Néanmoins, malgré ce regain d’intérêt, le Bluegrass n’occupera qu’une place secondaire à l’intérieur de la Country music surtout sur le plan commercial.

- Le Rockabilly et le Nashville

Le Rockabilly est le résultat d’une longue évolution de rapprochement entre la Country, le jazz et le blues mais également avec la Country boogie, lien direct avec le Western swing. C’est aussi le point de départ sudiste pour le rock’roll. Ce mouvement trouvera son public dans toute l’Amérique et traversera les océans pour conquérir la planète.

C’est vraiment à partir des années 1954-1955 que le Rockabilly se révèle. Mais pour cela il a fallu un détonateur en la personne de Sam Phillips producteur de Memphis. Ce courant explose. En effet, Sam Philips crée en 1949 un studio d’enregistrement dans cette ville. Au début, personne ne croit à cette entreprise mais le flair de Philips et l’évolution du marché vont lui être profitables. Il enregistre tout d’abord les artistes locaux puis part à la recherche de nouveaux talents.

Et c’est ainsi qu’en 1954, un jeune camionneur du nom d’Elvis Presley enregistre « That’s all right ». On connaît la suite. Elvis Presley joue sur scène comme les noirs. Son attitude avec ses déhanchements déclenche un scandale, et choque la population sudiste. Il n’est pas le seul à connaître les foudres des ligues de vertu sudistes et des racistes.

Jusqu’à présent les musiciens blancs se déguisaient en noir pour bouger, chanter des versets « obscènes » maintenant ils le font à visage découvert . Quel choc pour les puristes, les sudistes ! Ces réactions témoignent de la grande inquiétude d’une société en pleine mutation.

Pour contrecarrer ce phénomène, le milieu des producteurs de Nashville va essayer d’édulcorer le Rockabilly en le rendant plus honorable aux oreilles chastes des sudistes. C’est ainsi que naît le Nashville Sound, mélange de Country. Musique très aseptisée, tous les musiciens sont propres sur eux, on ne bouge pas, ils sont neutres. C’est devenu une musique sans goût, ni couleur, une pop sucrée pour plaire aux bonnes mœurs.


Cependant, ce courant musical ne fera pas oublier la permanence du Honky Tonk car les auditeurs veulent de la musique qui bouge. Le terme de Nashville Sound a évolué avec le temps, il est utilisé actuellement comme un terme péjoratif pour désigner une production de musique douce, sucrée ou pour évoquer une musique de « ploucs » américains.

Le Rockabilly a permi aux jeunes artistes sudistes de connaître une carrière dans toute l’Amérique et bien au-delà de ses frontières comment Elvis Presley, Jerry Lee Lewis, Eddie Cochran...


Retour aux sources


- Le Folk

Durant les années 30, un noyau d’intellectuels nordistes découvre et s’enthousiasme sur les premiers disques de « Hillbilly » comme ceux de Carter Family. Pour eux, cette musique reflète l’âme de l’Amérique laborieuse. C’est aussi une musique non polluée par le show business.

Le courant folk s’inscrit dans un courant acoustique plus proche d’une authenticité populaire.

Pete Seeger-Woody GuthrieA partir des années 40, ce courant musical et idéologique prend de l’ampleur grâce à Pete Seeger, porte-parole de la folk Country de gauche, qui fera connaître les musiques que son père Charles Seeger a récolté à travers les Etats-Unis. Autre grande figure de la folk, Woody Guthrie, considéré comme l’un des plus importants chanteurs de folk depuis la Grande Dépression des années 30, est le père spirituel des grands noms de ce genre : Bob Dylan, Joan Baez, Tom Paxton...Cette musique servira de porte-parole d’une jeunesse.

En effet, au début des années 60, les étudiants du Nord découvrent la musique folk, la vieille music Country. Cette musique acoustique deviendra un art de vivre, un acte de protestation. Les étudiants la pratique à leur façon et dénichent des artistes vétérans du Old Time Music plutôt habitués à jouer pour quelques dollars et une bouteille de whisky. Ils se retrouvent sur scène lors de grands festivals de folk du Nord.

C’est un mouvement contradictoire, car la musique du Sud dont s’inspire tous ces artistes, est une musique traditionaliste, conservatrice et ségrégationniste. D’où le paradoxe car ces artistes prônent dans leurs chansons la tolérance, l’anti-racisme et l’idéologie progressiste.

En 1970, Bob Dylan devenu le « pape » de ce mouvement, va à Nashville pour enregistrer un album qui sort sous le titre de « Nashville skyline ». Pour cet album, il s’entoure de musiciens de Country un peu oublié comme Johnny Cash et donne à la Country une sorte de légitimité acceptable par son public rock.

- Le mouvement Outlaw

Ce mouvement est né en réaction contre le Nashville Sound et ses crooners ainsi que le système de production.
Ces hors-la-loi revendiquent leur indépendance dans leurs écritures, leurs arrangements, et leurs productions, se placent en dehors des lois sur la morale. Leurs désenchantements, leurs difficultés composent leurs chansons .Certains ont fait des séjours en prison, consomment drogue et alcool, bref l’image parfaite du hors-la-loi.

Willie Nelson
Avec Kris Kristofferson et Willie Nelson, ce mouvement trouve son épanouissement dans les bars et les studios d’Austin. Les auteurs revendiquent les racines de la Country et se veulent plus poétiques dans leurs textes. C’est un nouvel essor pour la Country music. En effet, cette nouvelle image a permis de renouveler la Country music et a donné la possibilité pour un nouveau public d’accéder à des musiciens authentiques et pleins de talent.

- La Country Rock

C’est la rencontre de deux cultures américaines à la fin des années soixante. Rien de plus normal car la Country a nourri le rock‘n’roll dès les origines et de nombreux artistes de rock revendiquent l’importance de « ces racines ».

Ce genre musical a été inventé par Bob Dylan et Gram Parsons avec les Byrds.

Bob Dylan-Byrds-Gram ParsonsGram Parsons disparu à l’âge de 26 ans, a été le premier à introduire dans le rock l’influence de la Country authentique et traditionnelle. Il a ouvert la voie au succès des Eagles et de Neil Young.

La Country rock est la combinaison des harmonies vocales, l’omniprésence des guitares et un répertoire qui s’inspire de la tradition et tout cela mis au goût du jour.


La nouvelle country music


Depuis le début des années 80, la Country music connaît un engouement , une expansion considérable., devenant ainsi une des musiques les plus populaires des Etats-Unis, l’une des plus vendues et des plus rentables pour l’industrie du disque.

Dans les années 90, apparaît de la Country pop, une Country proche des variétés à la mode. Les maisons de disques repèrent des artistes plus pour leur apparence physique que pour leur talent. On fabrique des chanteurs ou des groupes de Country pop à la manière des groupes pop.

Les chaînes câblées ont donné un essor à ce mouvement, en passant de nombreux vidéos clips. Beaucoup sont tournés avec des « belles gueules » : souvent ceux qui apparaissent dans les clips ne sont pas les vrais chanteurs et font du play-back.

Ce sont plus les jouets d’un vedettariat sans saveur que d’une tradition musicale réelle.

Alan JacksonHeureusement parallèlement, se développe un autre répertoire, les Nouveaux Traditionalistes apparus dans les années 80 : Alan Jackson, Randy Travis . Ceux-ci puisent leurs inspirations dans le Western swing, le Rockabilly, le Honky Tonk. Leur musique repose sur un travail particulier sur les arrangements, l’instrumentation et les textes.

Grâce à eux, la Country music continue d’exister pour le meilleur, et assure sa pérennité, genre musical qui a toujours su se renouveler à travers les années sans perdre ses origines et ses qualités de base. Randy Travis

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :