Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Musique > Musique Classique, Variations musicales > La musique polonaise
La musique polonaise
Un dossier musical bibliographique et discographique, octobre 2004

Au XVIIIème siècle, les danses incarnent le « style polonais », expression forgée par les compositeurs allemands. Leur lyrisme mélodieux, non exempt de fougue, inspire les polonaises et mazurkas de Frédéric Chopin (1810-1849) et imprègne également les oeuvres de Stanislas Moniuszko (1819-1872). L’influence de ce lyrisme germanique n’est dépassée qu’au XXème siècle par les compositeurs de la Jeune-Pologne. Ce groupe d’avant-garde s’insurge contre la tradition et assimile les techniques novatrices de Johann Strauss et de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Alors se créée un style propre, synthèse des apports de la musique européenne et d’éléments du folklore national.

Stanilaw Moniuszko (1819-1872)


La procession des enfants (1905), Musée national, Varsovie
Né à Ubiel près de Minsk, mort à Varsovie, organiste et chef d’orchestre de Varsovie de 1858 à 1872.
Bien moins connu hors des frontières nationales que son contemporain Chopin, Moniuszko est considéré comme le père de la musique polonaise. Avec plus d’une vingtaine d’opéras et d’opérettes dont le Manoir hanté (Varsovie, 1865), il a pourtant œuvré pour son pays comme Glinka pour la Russie ou Erkel pour la Hongrie. Si le Manoir hanté ne contient pas de ferment patriotique, l’empreinte nationale se manifeste dans son inspiration folklorique, et les nombreuses mazurkas cracoviennes et polonaises qui jalonnent la partition. L’opéra invite constamment à la danse avec des rythmes entraînants, non sans révéler en maints passages une évidente influence italienne.

Le Manoir hanté, opéra en 4 actes
Solistes vocaux, Chœur et orchestre du Théâtre National de Varsovie, Jacek Kaspszyk, dir.
2 CD Emi
MUS 3 MON 35


Moritz Moskowski (1854-1925)


La croisade des enfants (1905), Musée national, VarsovieIl fit ses études au Conservatoire de Dresde, puis à Berlin. Il affirmera, ensuite, sa carrière de pianiste en Allemagne avant de s’installer, en 1897, à Paris. Considéré comme l’un des plus célèbres pédagogues avant la première guerre mondiale, André Messager lui enverra comme élève le jeune Thomas Beecham. Josef Hofman et Wanda Landowska lui aussi doivent leur carrière.

Oeuvres pour piano, intégrale, vol. 1 et 2
Seta Tanyel, piano
2 CD Hyperion
MUS 3 MOS 11.11


Ignaz Jan Paderewski (1860-1941)


Portrait de Boleslaw Raczynski, musicien (1905), Musée national, CracoviePianiste et compositeur, il embrasse, par deux fois, la carrière politique : après l’instauration d’un Etat polonais indépendant, Paderewski en est le représentant à Washington. En 1919, il est nommé Premier ministre de la République de Pologne, devenant le premier musicien au monde à occuper un tel poste. Il prend part à la conférence du traité de Versailles, puis démissionne de son poste le 10 décembre 1929. Mais Paderewski revient à la politique en faisant partie du gouvernement polonais en exil en France et est nommé président du parlement le 23 janvier 1940 avant son départ pour les Etats-Unis. Comme compositeur, Paderewski appartient à l’école romantique.

Concerto pour piano et orchestre, Fantaisie polonaise pour piano
Ian Hobson, Sinfonia Varsovia, Jerzy Maksymiuk, dir.
1 CD Zéphyr
MUS 3 PAD 19.11

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :