Accueil > Les collections > Bibliographies > Littératures & Langues > Philosophie & Psychologie > Le jeu, le rire et le divertissement
Le jeu, le rire et le divertissement
Phi&Psy
Février 2010

psychodujeu2La Psychologie du jeu chez les enfants et les animaux
Susanna MILLAR
Payot (Petite Bibliothèque Payot), 2002.
- PHI 155.4 MIL
Susanna Millar veut redonner à la notion de jeu toute son importance dans l’étude du développement de l’enfant. Un peu plus complexe, cet ouvrage souhaite mettre à jour les fonctions du jeu à la fois chez les enfants et chez les animaux.

Jeux de mains, jeux de vilains

"Dans le jeu on n’est pas libre, pour le joueur le jeu est un piège. " Milan Kundera

Jeuxdangereux2Jeux dangereux : quand l’enfant prend des risques
Dr Marie-France LE HEUZEY
Odile Jacob, 2009.
- PHI 155.4 LEH
Prendre des risques fait partie du développement normal de l’enfant, cela lui permet de gagner en assurance et en autonomie. Mais parfois les jeux des enfants vont trop loin et deviennent dangereux. Comment, sans être intrusif ni surprotecteur, limiter ces pratiques à risque ?

Jouez le jeu !

"On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation. " Platon

Kokologie2Kokologie : le jeu de la découverte de soi
Tadahiko NAGAO et Isamu SAITO
Payot (Petite bibliothèque Payot), 2008.
- PHI 155.28 NAG
Partez à la découverte de votre vraie personnalité et de vos émotions ! La kokologie est un jeu amusant et facile. Il vous suffit de dire la première chose qui vous vient à l’esprit et, parfois, d’improviser un dessin. Vous pouvez jouer seul, mais aussi en groupe, avec des amis - l’occasion d’échanger quelques rires, de se rapprocher les uns des autres, de discuter, de mieux se connaître.

Pour de rire

"Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer." Beaumarchais

RireBergson2Le Rire : essai sur la signification du comique
Henri BERGSON
PUF (Quadrige), 1993.
- PHI 194 BER
D’abord parus sous forme d’articles, les trois chapitres du Rire (1900) posent ces questions fondamentales : "De quoi rions-nous ? Pourquoi rions-nous ?". S’attachant au comique visuel comme au comique langagier, Bergson développe ici une réflexion qui fait du rire un élément de combat contre le mécanisme ou plutôt contre "le mécanique plaqué sur du vivant". Le rire devient ainsi la preuve d’une liberté individuelle contre la contrainte sociale.

Voir aussi le commentaire du Rire, par André Pérès, chez Ellipses : - PHI 194 BER

Baudelaire2De l’essence du rire
Charles BAUDELAIRE
in Œuvres complètes 2
Gallimard, 1976.
- LIT 840 BAU 2
"Qu’y a-t-il de réjouissant dans le spectacle d’un homme qui trébuche au bout d’un trottoir [...] ? ". Dans ce bref essai, Baudelaire s’interroge sur la nature du rire. Expression de l’orgueil démesuré et du mépris ("moi, je ne tombe pas !") ? Ou expression de la joie ? Que dire alors du rire provoqué par le grotesque, qui est, dans la caricature par exemple, le produit d’une création artistique ? Baudelaire répond à cette objection : "dans ce cas-là, le rire est l’expression de l’idée de supériorité non plus de l’homme sur l’homme, mais de l’homme sur la nature".

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...