Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Musique > Animations musicales (siestes musicales, concerts...), les (...) > Les Siestes (...)
Les Siestes Musicales #2

Réécoutez où découvrez la playlist de la sieste musicale

.


LA PLAYLIST


1 MOONDOG - Symphonique #6 (Good for goodie)
(2mn49s)

2 Tim BUCKLEYHappy time
(3mn16s)

3 Nick DRAKERiver man
(4mn18s)

4 Bridget St JOHNAsk me no questions
(7mn48s)

5 The VELVET UNDERGROUNDPale blue eyes
(5mn39s)

6 Jim SULLIVANU.F.O.
(2mn49s)

7 David AXELRODA little girl lost
(3mn28s)

8 Leon THOMASThe creator has a master plan (Peace)
(4mn25s)

9 John BERBERIAN & The ROCK EAST ENSEMBLETranquility (6/8)
(6mn39s)

10 Joe BYRD and The FIELD HIPPIESMoonsong : Pelog
(3mn44s)

11 PINK FLOYDCirrus minor
(5mn17s)

12 Joe BYRD and The FIELD HIPPIESPatriot’ lullabye
(2mn49s)

13 Terry RILEY A rainbow in the curved air
(18mn39s)

14 Nick DRAKE ’Cello song
(4mn44s)

15 MOONDOGLament I, bird’s lament
(1mn46s)


ÉCOUTER LA PLAYLIST



LES ALBUMS DE LA SÉLECTION


Leon THOMAS
Spirit Known and Unknown
[RCA]
1 THO 60

Don suprême accordé par Mère Nature le jour de sa naissance en 1937 dans l’Illinois, la voix de Leon Thomas est l’un des instruments les plus parfaits jamais entendu. Repéré pour son scat dans les années 50, l’homme est un merveilleux bluesman, et un vocaliste soul dont la pureté égale des Marvin Gaye ou Curtis Mayfield. Le premier et le meilleur album studio d’un chanteur hors-catégorie, qui puisait dans ses racines africaines et dans ses capacités vocales presque surhumaines pour insuffler au jazz d’avant-garde une aura spirituelle stimulante. L’un de ces bouts de paradis que nous ont offerts les années 1960.


David AXELROD
Songs of Experience
[Capitol]
2 AXE

C’est à la fin des années 60 que David Axelrod réalise un diptyque en hommage au poète William Blake dont "Songs Of Experience" constitue le second volet. Brassant avec un rare bonheur des influences fort diverses qui vont du jazz au rock en passant par le funk, la soul music, le rock psychédélique et la musique classique, ce visionnaire orchestrateur annonce avec quelques décennies d’avance les passerelles entre les genres qu’installeront les musiques de la fin du XXe siècle. Tout à la fois complexes et fluides, ses arrangements sollicitent toutes les possibilités qu’offrent les guitares fuzz, les nappes de cordes et les sections de cuivres qui claquent. Garantie sans aucune matière grasse, cette musique le dispute en élégance au meilleur de Phil Spector, John Barry, Lalo Schifrin, Alain Goraguer et Jean-Claude Vannier ! Si l’on ajoute un goût si sûr qu’il fait avouer à son auteur un net penchant pour Ornette Coleman, Stravinsky et Duke Ellington, "Songs Of Experience" ne pouvait être qu’un authentique chef-d’œuvre.


John BERBERIAN & The ROCK EAST ENSEMBLE
Middle eastern rock
[Verve Records]
2 BER

John Berberian est un joueur de oud américain et un tout des premiers musiciens à réussir une alchimie quasi parfaite entre rock et musique orientale. Son disque "Middle eastern rock", datant de 1969, n’a pas pris une ride et on n’a rarement fait mieux dans le genre depuis. Le titre de l’album définit parfaitement le style dans lequel Berberian évolue alors, tout comme le morceau ouvrant le disque "The oud & the fuzz" décrit tout aussi bien l’ouverture du disque avec les sonorités du oud couplés aux guitares fuzz très psychédéliques de Joe Beck. L’utilisation du saxophone sur le morceau suivant, "Tranquility" ainsi que sur "Iron maiden" et sur "The magic ground", amène une touche très jazz à ce cocktail savoureux. "Chem-oo-chem", seul morceau chanté du disque, est le plus traditionnel du lot, même si le solo de oud couplé au sax, au derbouka et à la guitare électrique apportent de petites saveurs psychédéliques. "Middle eastern rock" est un chef d’œuvre à (re)découvrir de toute urgence pour tous les férus de fusion orient-occident.


Tim BUCKLEY
Blue afternoon
[Elektra]
2 BUC

Quelques semaines après le sublime ’’Happy Sad’’ sort ’’Blue Afternoon’’, composé de chutes d’anciennes séances studios. Toujours dans la mouvance folk-jazz avec vibraphone, guitare délicate de Lee Underwood et ambiance rêveuse, le disque nous plonge dans une mélancolie synonyme de plaisir. Les morceaux sont empreints d’une poésie et d’une beauté uniques qui laissent l’auditeur pantois !


Joe BYRD and The FIELD HIPPIES
The American metaphysical circus
[Columbia]
2 BYR

Réédition remasterisé du seul et unique album de Joe Byrd juste après son départ du groupe United States Of America en 1969. Joe Byrd est originaire du Kentucky et a commencé par jouer de la country & western, puis du jazz, avant de s’intéresser à la musique électronique.Une formation au personnel pléthorique et une variété de vocalistes, de styles ou d’instruments (piano, harpe, orgue, synthé, flûte, percussions diverses, saxo, clarinette, trompette, trombone, tuba) n’empêche nullement "The American Metaphysical Circus" d’être un album homogène et parfaitement réussi. Album culte du rock psychédélique américain.


Nick DRAKE
Five Leaves Left
[Island]
2 DRA

Extraordinaire premier album de l’un des génies du folk anglais du siècle écoulé. Sur ’’Five Leaves Left’’ Drake y pose une voix calme, mesurée, aux mélodies presque élastique et au timbre des plus soyeux. Sa musique dépasse le cadre du folk pur et dur pour s’aventurer dans des sonorités classiques voire jazzy. Ce folk progressif dévoile une atmosphère sombre et mystérieuse, hantée et embellit par des arrangements de cordes complètement baroques.


Bridget St JOHN
Ask me no questions
[Dandelion]
2 JOH 30

Bridget St John est une compositrice et chanteuse de folk anglaise originaire de Londres active durant une courte période, de 1969 à 1974. L’histoire veut que John Peel ait créé son label Dandelion pour elle en 1969. Elle a eu pour compagnons de route, John Martyn, Ron Geesin, Kevin Ayers ou des membres de Jethro Tull. Elle disparut de la scène anglaise en 1974 après quatre albums, dont les plus marquants restent ce ’’Ask Me No Questions’’ et ’’Songs For The Gentle Man’’, sur lesquels elle a pratiquement tout écrit.


Jim SULLIVAN
U.F.O
[Monnie Records / Light in the Attic]
2 SUL

Disparu mystérieusement en 1975 - dans le désert, selon la légende - Jim Sullivan laissa derrière lui un album OVNI, réédité chez Light in the Attic. Ambitieux, cet unique album de Jim Sullivan navigue aux limites du genre folk-rock. Multipliant les arrangements - claviers, cordes, cuivres, bois - "U.F.O." emprunte des chemins parallèles, psychédéliques, soul ou plus simplement impressionnistes. Jusqu’à évoquer un croisement inespéré entre Nick Drake et Syd Barrett. Planantes, contemplatives ou enlevées, les dix chansons qui composent "U.F.O." révèlent un nouveau membre pour le club des songwriters maudits, punis pour s’être trop écartés des pistes balisées. Et s’apparente à un OVNI passé inaperçu à la fin des sixties. Un de plus.


The VELVET UNDERGROUND
The Velvet underground
[MGM Records]
2 VEL

John Cale parti, le Velvet Underground se retrouve orphelin d’une partie de son esprit avant-gardiste. Désormais seul maître à bord, Lou Reed va en profiter pour poser sa patte de manière définitive sur le groupe New-Yorkais. Doug Yule est embauché en remplacement de Cale dans le rôle du musicien multiforme, mais dans un registre beaucoup plus pondéré. Ce choix classique reflète le désir de Lou Reed de revenir à une musique plus calme, moins tourmentée. Ce troisième album du Velvet Underground se révèle ainsi être l’exact opposé de ’’White Light / White Heat’’, en empruntant une voie pop assagie. Le violon acéré ou l’orgue démentielle ont définitivement disparu pour laisser place aux arpèges de guitare cristallins et à la voix d’un Lou Reed apaisé. L’album est rempli de chansons en apparence inoffensives, qui se déroulent lentement, de manière totalement détachée et sereine. Le groupe fait preuve d’une étonnante retenue, en ciselant des morceaux d’une beauté intimiste étonnante.


Terry RILEY
Rainbow in curved air
[Columbia]
4 RIL

Terry Riley est considéré comme le fondateur de la musique minimaliste répétitive. Ami de La Monte Young, il partage avec lui sa passion pour la musique indienne dont il est devenu un grand spécialiste. Contemporain de Steve Reich, Riley sera pourtant le premier à mettre d’application de façon si extrême et si convaincante à la fois les bases de cette musique que l’on n’appelle pas encore minimale. Si certains voient en lui, et à juste titre, son prophète, il en a été aussi - et peut-être avant tout - son plus éminent vulgarisateur. Terry Riley crée "Rainbow in Curved Air" (1969) pour orgue électronique.


MOONDOG
Moondog
[Columbia]
450 MOO

Pionnier entre les frontières stylistiques, la musique de Moondog puise son inspiration dans des genres très variés (influences médiévales : canons, passacaille, rondes..., de jazz et de musiques traditionnelles : des Caraïbes, des Indiens d’Amérique...) tout en gardant un style immédiatement reconnaissable. Compositeur, musicien de rue, créateur de ses propres instruments, Moondog a influencé de manière souterraine de nombreux compositeurs contemporains.


PINK FLOYD
More
[Columbia]
520 PIN

Cet album est le premier des Pink Floyd auquel Syd Barrett n’a pas participé. Il s’agit de la bande originale du film ’’More’’, réalisé par Barbet Schroeder. De plus en plus enclin à créer des atmosphères plutôt que des morceaux, cette expérience a affirmé l’élan créateur du groupe.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...