Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Musique > Animations musicales (siestes musicales, concerts...), les (...) > Les Siestes (...)
Les Siestes Musicales #5

Réécoutez où découvrez la playlist de la sieste musicale - Histoires De Filles Vol.1.


LA PLAYLIST


1 Vashti BUNYANDiamond day
Enr. 1970 (1mn47s)

2 Brigitte FONTAINEBrigitte
Enr. 1972 (2mn13s)

3 Linda PERHACSMorning colors
Enr. 1970 (4mn34s)

4 Jessica PRATTHollywood
Enr. 2012 (3mn27s)

5 Josephine FOSTERSoothsayer song
Enr. 2018 (3mn30s)

6 Susanne SUNDFORBedtime story
Enr. 2017 (3mn31s)

7 Keeley FORSYTHLook to yourself
Enr. 2020 (4mn53s)

8 MIDGET ! - Eve
Enr. 2017 (4mn51s)

9 Rozi PLAINOld money
Enr. 2019 (6mn02s)

10 Julia HOLTERVoce simul
Enr. 2018 (6mn34s)

11 Salami Rose Joe LOUISTransformation of a molecule (six dimension)
Enr. 2019 (2mn21s)

12 Kaitlyn Aurelia SMITHEnvelop
Enr. 2016 (4mn56s)

13 Park JIHAThe longing of the yawning divide
Enr. 2016 (3mn15s)

14 Merryn JEANNHome
Enr. 2019 (3mn50s)

15 Kate TEMPESTThree sided coin
Enr. 2019 (4mn02s)

16 Lina_Raül REFREECuidei que tinha morrido
Enr. 2020 (4mn49s)


ÉCOUTER LA PLAYLIST


LES ALBUMS DE LA SÉLECTION


Vashti BUNYAN
Just another diamond day
[Philips] Enr. 1970
2 BUN

Artiste culte, Vashti Bunyan est connue des plus jeunes pour son retour inopiné en 2005 grâce aux soutiens de quelques admirateurs de renom comme Devendra Banhart ou les new-yorkais d’Animal Collective . Mais avant cela, l’anglaise sortit en 1970 cet album qui restera donc pendant 35 ans l’unique témoignage de cette artiste hors-norme. ’’Just Another Diamond Day’’ est produit par une sommité du folk anglais, Joe Boyd, qui s’occupa entre autre de Nick Drake, l’album bénéficie également des arrangements subtils de Robert Kirby. Celui-ci travaillera quelques mois plus tard avec Nick Drake sur son deuxième album. Ajoutez à cela la participation de certains membres du Fairport Convention et de The Incredible String Band, et vous obtiendrez au final un album qui se hisse effectivement au niveau des chef-d’oeuvres de Nick Drake. La grâce aérienne qui touche cet album est du même acabit mais sur un ton général qui confine au recueillement pastoral.


Brigitte FONTAINE
Brigitte Fontaine
[Saravah] Enr. 1972
(pas disponible à la médiathèque)

Le troisième Brigitte Fontaine, album sans titre, paru en 1972, est paradoxalement le fruit d’un vrai travail collectif, et accessoirement aussi le dernier témoin avant que le triangle amoureux Areski/Fontaine/Higelin ne se disloque pour chacun suivre sa propre voie. L’Art Ensemble n’est peut-être plus là pour soutenir leurs compositions, mais qu’à cela ne tienne, l’essentiel, ces textes à l’onirisme limite et dangereux, est préservé. Un grand nombre de titres sont co-signés et tout le monde se bouscule pour donner à Brigitte un socle à partir duquel elle pourra déclamer ses élucubrations délirantes dans un florilège d’ambiances ouvertement expérimentales.


Linda PERHACS
Parallelograms
[Kapp / Sunbeam] Enr. 1970
2 PER

Régulièrement, des illuminés, fanatiques des musiques les plus obscures, exhument des perles rares, qui changent les oreilles et la vie. Il y a quelques années, les résurrections discographiques de Karen Dalton ou Vashti Bunyan avaient bouleversé la vision de l’histoire musicale, en replaçant ces deux femmes dans le peloton de tête des chanteuses habitées, indispensables. Linda Perhacs est de celles-là, sans aucune hésitation. ’’Parallelograms’’ est son unique album connu, sorti en 1970 sur le label américain Kapp, et très vite disparu de la circulation, des discographies et autres recensements. Son chant et sa musique restent très singuliers, ses arrangements délicats, construits autour d’une guitare rêveuse : on entend des balbutiements électroniques primitifs, du vent, quelques cordes, des percussions, une flûte, des cuivres parfois. L’ensemble est fantomatique, d’un dépouillement raffiné, portant la voix et établissant les fondations d’un petit univers sonore enchanteur.


Jessica PRATT
Jessica Pratt
[Birth Records] Enr. 2012
2 PRA

Fin 2012, Jessica Pratt créait l’événement dans le milieu indie folk avec son premier album éponyme qui bouleversait les tops de fin d’année grâce à sa voix troublante et un dénuement musical superbe. La légende veut que le rocker psyché Tim Presley, de White Fence, tombé sous le charme de la belle, ait créé spécialement pour elle le label (Birth Records) afin de pouvoir la sortir de l’anonymat. On retrouve dans cet album ce folk sans âge hérité des plus grandes (Sibylle Baier en tête, Vashti Bunyan ou encore Karen Dalton, sans la noirceur, et tant d’autres), cette luminosité irradiante, ce dépouillement émouvant, cet aspect brut, dépoli et surtout ce charme immédiat, ce sens de la mélodie qui vous rend accro en quelque secondes.


Josephine FOSTER
Faithful fairy harmony
[Fire Records] Enr. 2018
2 FOS

Josephine Foster a déjà seize albums derrière elle, dont trois en espagnol, fruits d’une rencontre avec Victor Herrero et son groupe. Elle vient du Colorado, a été prof de chant et enregistre depuis l’an 2000. Son tout dernier album, ’’Faithful Fairy Harmony’’ est riche, dix-huit titres en soixante-dix-sept minutes. La musique, surtout vocale, y serpente comme l’eau vive, musarde, s’ébahit calmement, berce et parfois se brusque en cavalcade. Il y a beaucoup d’étrangeté dans sa musique et il est difficile de la catégoriser (folk ? country ? gospel laïc ?). On y trouvera de la harpe, du piano, du violoncelle et d’autres instruments nobles (des guitares aussi) dont elle joue seule ou accompagnée de fidèles. La musique de Josephine Foster est délibérément hors du temps et anachronique et avec une volonté de se tenir à part de tout ce qui peut se faire ailleurs. Mais il suffit de la pratiquer un peu pour qu’elle devienne familière et qu’elle ne vous quitte plus.


Susanne SUNDFOR
Music for people in trouble
[Sonnet Sound Limited / Bella Union] Enr. 2017
2 SUN

Star en son pays, la Norvège, où chaque nouvel album la couvre de récompenses, Susanne Sundfør attend encore de fidéliser en France un public tel celui qui entoure la plus sage Danoise Agnes Obel. Sa musique en effet ne s’adresse pas seulement aux gens qui ont des soucis — comme paraît le suggérer le titre. Elle a une façon toute personnelle de marier la fantaisie féerique de Kate Bush à la gravité solennelle de Scott Walker. L’image rebattue du feu sous la glace lui va comme un gant, qu’elle enfile avec une élégance non sans malice. On n’est jamais à l’abri d’une surprise, un saxo jazz au bout d’une ballade au piano, sa voix qui se joue des octaves sur le fil d’une guitare imperturbable. De ce clair-obscur stylisé, parfois ponctué de bruitages et passages parlés évoquant une cérémonie secrète, se détache soudain la chanson qui emporte tout.


Keeley FORSYTH
Debris
[The Leaf Label] Enr. 2020
2 FOR (bientôt disponible)

Il est des voix qui par leur profondeur et leur singularité vous saisissent dès la première écoute. Des voix qui, en l’espace d’une poignée de secondes, laissent entrevoir toute la complexité de l’âme humaine et viennent vous hanter longtemps encore après la fin d’une chanson. Telle est la voix de Keeley Forsyth. Nouvelle venue sur la scène musicale, la quadragénaire originaire de la région de Manchester n’est pas un visage inconnu. Actrice confirmée depuis près de 25 ans, elle a marqué de sa présence magnétique plusieurs séries. De la collaboration avec le pianiste et compositeur de jazz Matthew Bourne est né ce premier disque surprenant et foudroyant de beauté qu’est ’’Debris’’.
Un disque de folk expérimental, intense et captivant, à l’écoute exigeante certes, mais à la puissance contenue impressionnante.


MIDGET !
Ferme tes jolis cieux
[Objet Disque] Enr. 2017
450 MID

Le groupe français formé par Claire Vaillet et Mocke a publié deux albums de bonne qualité mais malheureusement inaperçus mais ne baisse pas les bras pour autant. Chaque album de Midget est comme une invitation au recueillement avec des morceaux planants et incroyablement spleenesques. La voix soyeuse et la poésie bienveillante de Claire Vaillet et les instrumentations minimalistes suffisent pour donner des moments magiques. En sept morceaux, Midget continue à être au sommet et ce troisième opus n’est pas sans pareil. Le duo continue à se démarquer avec leur originalité où la chanson française peut atteindre des sommets de créativité totalement inouïs.


Rozi PLAIN
What a boost
[Memphis Industries] Enr. 2019
2 PLA

Délicate, chaleureuse, la musique de l’anglaise Rozi Plain est plus complexe qu’il n’y paraît, traçant sur la folk des ondes hypnotiques venues du jazz et d’ailleurs. Ce troisième album est empreint d’un sens de l’aventure libre, de petites graines qui deviennent gigantesques grâce à des guitares qui suivent des schémas répétitifs, des tempos qui changement doucement, pour façonner un album original. Complexe et sinueux, énigmatique et ambigu, ’’What A Boost’’ est toujours proche du travail passé de Rozi Plain, tout en accédant à un tout nouveau monde à explorer. Un monde qui étincelle et qui picote les sens.


Julia HOLTER
Aviary
[Domino Recording] Enr. 2018
2 HOL

Avec ’’Aviary’’, Julia Holter témoigne de sa créativité musicale sans failles. Loin des allures pop de son prédécesseur, elle pousse le vice beaucoup plus loin où il faudra plusieurs écoutes pour pouvoir cerner le génie de la californienne pour une longue virée expérimentale et avant-gardiste. Durant 90 minutes, la compositrice nous livre un kaléidoscope d’ambiances et d’émotions, tantôt baroques ou tribales, tantôt burlesques ou oniriques. Sur "Aviary" Julia Holter a décidé de faire parler ses influences musicales qui sont multiples pour en faire une odyssée qui se veut totalement imprévisible où l’on passe du calme à la tempête en peu de temps.


Salami Rose Joe LOUIS
Zdenka 2080
[Brainfeeder] Enr. 2019
2 SAL

Lindsay Olsen, aka Salami Rose Joe Louis, vient de sortir son nouvel album ’’Zdenka 2080’’ chez Brainfeeder, le label de Flying Lotus. Inspiré par les romans de science-fiction, cet opus raconte l’histoire dystopique de notre chère planète Terre en 2080. Le décor est planté, le voyage spatio-temporel musical peut débuter. L’univers de l’artiste se retranscrit en musique par des sonorités éthérées, lo-fi à souhait, une voix douce quasi-chuchotante et du synthé à foison, parfois aux notes dissonantes.


Kaitlyn Aurelia SMITH
Ears
[Western Vinyl] Enr. 2016
291 SMI

Kaitlyn Aurelia Smith est une musicienne de formation classique qui, charmée par la synthèse modulaire, s’est prise aux jeux de l’électronique et propose ’’Ears’’ un album aérien et contemporain. Quatrième album en quatre ans et déjà la renommée de la Californienne n’en finit pas de s’étendre, perçue à juste titre comme la papesse actuelle de la musique modulaire, maîtrisant de main de maître des machines pourtant habituellement aléatoires et volatiles.


Park JIHA
Communion
[Glitterbeat Records] Enr. 2016
034.2 JIH

Réincarner la tradition, et même la transformer, pour la faire entrer au xxie siècle, tel est le pari de la Coréenne Park Jiha, spécialiste du hautbois piri en bambou, qui joue aussi du yanggeum (dulcimer martelé) et de l’orgue à bouche saenghwang. Après ses premières expérimentations folk avec le duo Sum, la voilà de retour en quatuor, pour une ’’communion’’ dans l’épure, à la croisée des sons asiatiques anciens, des courants minimalistes occidentaux et de musiques improvisées.Vibraphone, saxo, clarinette et percussions accompagnent ses volutes doucement nasillardes et ses vibrations si singulières, dont les notes déliées diffusent une trouble mélancolie.


Merryn JEANN
Merryn Jeann
[Baguette Records] Enr. 2019
(pas disponible à la médiathèque)

Beaucoup ont découvert Merryn Jeann grâce à sa collaboration avec le producteur renommé MØME et son tube ’’Aloha’’ il y a quelques années de cela. Et bien, la chanteuse australienne prouve qu’elle reste une artiste à part entière comme le démontre ce premier EP. En sept morceaux, Merryn Jeann s’éloigne des standards électroniques auxquels elle a été révélée au grand public pour des ambiances plus intimistes et touchantes et prouve du génie précoce de l’australienne qui ne finit pas de nous surprendre.


Kate TEMPEST
The Book of traps and lessons
[American Recordings] Enr. 2019
291 TEM (bientôt disponible)

Auteure, poétresse, romancière, femme de théâtre, Kate Tempest est une artiste comme il en existe peu. Cette amoureuse des mots revient aujourd’hui avec ’’The Book Of Traps And Lessons’’, trois ans après un incendiaire ’’Let Them Eat Chaos’’. L’Anglaise, quoique plus poétesse que rappeuse, nous offre tout ce qu’un pan entier de la culture hip hop ne nous propose plus : des textes, et pas n’importe quels textes. Chez Kate Tempest, il y une grandeur d’âme et d’esprit qui amène à un choix des mots d’une précision d’horloger, ceux-ci œuvrant alors autant au service du storytelling que de l’ambiance générale du disque.


Lina_Raül REFREE
Lina_Raül Refree
[Glitterbeat records] Enr. 2020
071.2 LIN (bientôt disponible)

La chanteuse Lina Rodrigues et le producteur barcelonais Raül Refree font revivre en toute liberté le répertoire de la "Rainha do Fado" Amália Rodrigues. Raül Refree a toujours été passionné par la musique populaire, il a donné une nouvelle perspective au flamenco, en produisant des artistes comme Rocío Márquez et par ses albums en duo avec Rosálía et Sílvia Pérez Cruz. Lorsque, dans un club lisboète, il entendit la voix de Lina pour la première fois, il fut emporté par l’émotion. Ainsi est née l’envie d’explorer le répertoire d’Amália Rodrigues, en supprimant les dogmes instrumentaux du fado, tout en maintenant la profondeur de l’âme. Grâce au piano et à l’utilisation de synthétiseurs vintage – Moogs, Arps, Oberheims et Rolands – Raül Refree déploie des nuages analogiques autour de la voix de Lina et, si les guitares traditionnelles ont disparu, la force solennelle du chant demeure.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :