Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Le temps d’une expo >  Picasso, Miró, Zao Wou-Ki
Picasso, Miró, Zao Wou-Ki

Haut de pageAventures et Cinéma
Début article



Cycle de conférences organisé en partenariat avec Connaissance de l’Art Contemporain

La forme du réel, la couleur des rêves, l’espace du silence.

Les œuvres de Picasso, Miró et Zao Wou-Ki traversent les débats esthétiques et si toutes appartiennent à la scène parisienne, il faut insister sur la portée universelle de leur art et leurs contributions aux courants majeurs de l’histoire de la peinture.

Expositions

  • Picasso (1881-1973) bleu et rose
  • Musée d’Orsay du 18 septembre 2018 au 6 janvier 2019
  • Miró (1893-1983) : Grand Palais du 3 octobre 2018 au 4 février 2019
  • Zao Wou-Ki (1920-2013) : Musée d’art moderne de la Ville de Paris du 1er juin 2018 au 6 janvier 2019
  • Le Cubisme : Centre Pompidou du 17 octobre 2018 au 25 février 2019.

Zao Wou-Ki

"L’espace est silence"

Musée d’Art Moderne de Paris
Du 1 juin 2018 au 06 janvier 2019

« J’aime que l’on se promène dans mes toiles comme je m’y promène moi-même en les faisant"
Zao Wou Ki

"L’espace est silence", est l’expresion qu’emploie Henri Michaux au sujet des
peintures de son ami Zao Wou-Ki dès 1949

« « Artiste au croisement de plusieurs mondes, Zao Wou-Ki quitte la Chine en 1948 pour venir à Paris au moment où l’« art vivant » commence à se partager entre les États-Unis et la France. Son œuvre traverse les débats esthétiques qui marquent le développement de l’art moderne et, s’il appartient à une scène parisienne qu’il apprécie, il perçoit très tôt la vitalité de la peinture américaine. Progressivement, il renoue aussi avec certains traits de la peinture chinoise dont il s’était écarté de façon volontaire.

Zao Wou-Ki n’aime pas le mot « paysage » auquel il préfère celui de « nature ». Ses rapports avec le monde extérieur sont faits de découvertes et de voyages, de rencontres fécondes dont les premières furent avec Henri Michaux et le compositeur Edgar Varèse. Poésie et musique demeureront pour lui deux pôles d’attraction permanents, comme une tension nécessaire avec la peinture – donnant sens, à mesure que son art s’affirme, à l’expression que l’artiste a inspirée très tôt à Michaux : L’espace est silence.

En insistant sur la portée universelle de son art et sur sa place aux côtés des plus grands artistes de la deuxième moitié du XXe siècle, le Musée d’Art moderne présente une sélection de quarante œuvres de très grandes dimensions dont certaines, comme un ensemble d’encres de 2006, n’ont jamais été exposées. »
Commissaires : François Michaud, Erik Verhagen

Zao Wou Ki, repères

Zao Wou-Ki est né à Pékin en 1920. Il montre une grande prédisposition pour
le dessin et la peinture, sa famille l’encourage dans ses passions . Son grandpère le forme en calligraphie*, en utilisant une méthode originale et ludique. C’est ainsi que le jeune Zao Wou-Ki reçoit un enseignement conforme à la grande tradition chinoise, dont la peinture, la calligraphie, la musique et la poésie font partie. Le chant y occupe également une grande place, car le jeune garçon a l’oreille musicale et la voix placée. Zao Wou-Ki pratiquera cette discipline toute sa vie durant.

À l’âge de quinze ans, il entre à l’École des beaux-arts de Hangzhou, qui est alors très réputée en Chine. Il y étudie aussi la peinture occidentale et l’anglais.

Plus tard, son départ pour la France doit lui permettre de parfaire son apprentissage artistique et de trouver des réponses à ses interrogations sur la peinture, car il veut « peindre autrement », se libérer du carcan de la tradition : « acquérir une technique qui m’aurait permis de faire avec le pinceau ce que je ressentais dans mon corps, d’exprimer par le trait cet espace, cette lumière » .
C’est surtout à partir des années 1980 que Zao Wou-Ki explore la technique de l’encre. Il s’en était éloigné longtemps à cause de sa connotation trop « chinoise ». Il l’investit d’une toute autre manière en utilisant sa souplesse et sa rapidité sur des supports horizontaux. Il compose ainsi librement des surfaces rythmées par des vides et des pleins, des contrastes de blancs et de noirs, et des effets de matières variés.

Zao Wou-Ki va inventer son langage pictural en abandonnant les pictogrammes chinois pour affirmer une gestuelle qui laisse passer l’émotion. Il parle de la « grande joie physique » de peindre de très grandes surfaces. La matière de sa peinture peut parfois s’avérer dense et propice à des empâtements, tandis que se manifeste une impression de fluidité.

Présence de la nature

Zao Wou Ki parlait de la présence de la nature dans ses tableaux. Bien qu’apparaissant « non figurative », ses peintures » s’ancrent dans une réalité observée ou de ce qu’il en imagine.

Immersion

Comme beaucoup de peintres étrangers venus à Paris après la Seconde Guerre mondiale, Zao Wou-Ki découvre les Nymphéas de Claude Monet au musée de l’Orangerie. Il y vit une expérience immersive : les dimensions et la surface couverte par cette peinture l’englobent sur près de 100 mètres. Il cherche à créer dans ses grands formats cette même impression et souhaite que toute personne puisse à son tour « se promener » dans ses toiles.

Zao Wou-Ki
l’espace est silence

Musée d’Art Moderne de Paris
catalogue d’exposition
ART 759.065 ZAO disponible ?

Zao Wou-ki
Jean-Luc Chalumeau
Cercle d’art (Découvrons l’art du 20eme siècle)
ART 759.065 ZAO disponible ?

Picasso bleu et rose

Musée d’Orsay
18 septembre2018 - 6 janvier 2019

Le musée d’Orsay et le Musée national Picasso-Paris organisent une manifestation exceptionnelle consacrée aux périodes bleue et rose de Pablo Picasso. Cette exposition est la première collaboration de grande ampleur entre les deux musées. Elle réunit des chefs-d’œuvre et propose une lecture renouvelée des années 1900-1906, période essentielle de la carrière de l’artiste qui n’a à ce jour jamais été traitée dans son ensemble par un musée français.

L’exposition rassemble un ensemble important de peintures et de dessins et ambitionne de présenter de manière exhaustive la production sculptée et gravée de l’artiste entre 1900 et 1906.

Musée Picasso, Paris
sous la direction d’Anne Baldassari
Flammarion
ART 708.436 PIC disponible ?

Picasso bleu et rose
Hazan, (catalogue d’expostion)
ART 759.063 PIC
commande dés parution octobre

Miro, grande rétrospective

Grand Palais, Galerie Nationale
3 octobre 2018 - 4 février2019

Réunissant près de 150 œuvres dont certaines inédites en France et couvrant 70 ans de création, cette rétrospective retrace l’évolution technique et stylistique de l’artiste. Miró crée à partir de ses rêves et nous ouvre les portes de son univers poétique.

Il_transforme ainsi le monde avec une apparente simplicité de moyens, qu’il s’agisse d’un signe, d’une trace de doigt ou de celle de l’eau sur le papier, d’un trait apparemment fragile sur la toile,_d’un trait sur la terre qu’il marie avec le feu, d’un objet insignifiant assemblé à un autre objet.

Miró fait surgir de ces rapprochements étonnants et de ces mariages insolites un univers constellés de métamorphoses poétiques qui vient réenchanter notre monde.

"Pour moi, un tableau doit être comme des étincelles. Il faut qu’il éblouisse comme la beauté d’une femme ou d’un poème".

Qui est Miro ?

Cent vingt-cinq ans se sont écoulés depuis la naissance de Joan Miró et trente-cinq depuis sa mort. Pourtant, son œuvre est de plus en plus apprécié et sa pensée suscite toujours plus d’intérêt. Considéré comme un « classique contemporain », Miró nous parle de thèmes traditionnels en peinture – le paysage, les personnages, la nature morte… – et, en même temps, sa façon très personnelle de les traiter fait que l’on sait immédiatement que telle ou telle œuvre est de lui, qu’on la juge unique et qu’on lui accorde une valeur atemporelle. Sa terre natale est le point de départ à partir duquel il a pu atteindre la dimension universelle à laquelle il aspirait. L’évolution du langage plastique de Miró apparaît clairement dans ses références au paysage, depuis les influences reçues jusqu’à ce qu’il a rejeté, du plus quotidien jusqu’au plus poétique.
Joan Miro, la couleur de mes rêves
Connaissance des arts, catalogue d’exposition, dvd
commandes prévues en octobre dès parution

Miro le peintre aux étoiles
Gallimard (Découvertes Gallimard)
ART 759.065 MIR disponible ?

Joan Miro
Agnès de la Baumelle
Centre Pompidou
ART 759.065 MIR disponible ?

Pour découvrir l’univers de l’artiste à travers ses plus grands chefs-d’œuvre, des grands tableaux surréalistes aux œuvres abstraites, jusqu’aux dernières réalisations dans le domaine de la sculpture.
Le cubisme

Centre Pompidou
17 octobre 2018 - 25 février 2019.

Pour la première fois en France depuis 1953, le Centre Pompidou consacre une exposition au cubisme au travers d’un vaste panorama de l’histoire du mouvement à Paris entre 1907 et 1917.
L’originalité du projet consiste à élargir la vision traditionnellement concentrée sur les grands noms du mouvement, Georges Braque, Juan Gris, Fernand Léger et Pablo Picasso, aux cubistes secondaires, comme Gleizes et Metzinger, ou différents tels Robert et Sonia Delaunay, Marcel Duchamp ou Francis Picabia, qui exposaient dans les salons officiels parisiens lorsque les pionniers réservaient leurs créations expérimentales à un seul jeune marchand inconnu, Daniel-Henry Kahnweiler.
Riche de trois cents œuvres et de documents significatifs de son rayonnement, la présentation s’articule chronologiquement en quatorze chapitres où se détachent des chefs-d’œuvre comme le Portrait de Gertrude Stein(1905-1906) ou ceux d’Ambroise Vollard (1909) et de Daniel-Henry Kahnweiler (1910) par Picasso et des ensembles de peintures et de sculptures, jamais réunies. Elles mettent en valeur l’évolution à rebondissements du cubisme, remontant aux sources primitivistes (avec des sculptures tribales collectionnées par les artistes), et à la fascination des cubistes pour Gauguin et Cézanne.
Elles reflètent la progression formelle du mouvement, d’une première étape cézannienne (avec la présence de l’exceptionnelle nature morte de Picasso, Pains et compotier sur une table, 1909) vers une transcription analytique hermétique (1910-1912) transformée en version plus synthétique (1913-1917), qui marque le retour de la représentation et de la couleur.

Le cubisme

Le cubisme
catalogue de l’exposition
Centre Pompidou
Ce document sera commandée dès parution courant octobre.

ABCdaire du cubisme
Flammarion
ART 709.040 3 GAU disponible ?

Cubisme
Brigitte Léal
Edition du Centre Pompidou
ART 709.040 3 LEA disponible ?

Présente les principaux représentants du mouvement cubiste avec un texte chronologique et la reproduction de plus de 50 œuvres.

Cubisme
Jean-Luc Chalumeau
Cercle d’art (Découvrons l’art)ART 759.063 CUB disponible ?

Le cubisme :
Une révolution esthétique, sa naissance et son rayonnement

Serge Fauchereau
Flammarion
ART 709.040 3 FAUdisponible ?

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...