Accueil > Les collections > Bibliographies > Littératures & Langues > Littératures > Rencontre avec Frédérick Tristan
Rencontre avec Frédérick Tristan
Les Cafés littéraires
Octobre 2010

Ses œuvres

Cette bibliographie est un aperçu non exhaustif des œuvres de Frédéric Tristan que nous avons dans notre catalogue, y compris sous le pseudonyme de Mary London.

Les Egarés
Balland, 1983.
- R TRI

Alors que les prémices de la Seconde Guerre mondiale se présentent déjà dans toute leur horreur à qui se veut lucide, deux personnages se rencontrent comme par miracle. L’un, Cyril Pumpermaker, un peu effacé, vient d’achever un roman étrange qu’il hésite à publier, et l’autre, Jonathan-Absalon Varlet, brillant, séducteur, tout en charme et en apparence. Ces deux êtres n’en feront bientôt plus qu’un sous le pseudonyme de Chesterfield, qui, grâce à J.-A. Varlet, à son savoir-faire, à son sens des relations, va devenir célèbre et gagner un renom international puisque son œuvre sera couronnée par le prix Nobel. Mais peu à peu, ce récit - écrit dans l’ombre par Pumpermaker - porté en pleine lumière et en pleine gloire par Varlet, va faire de Chesterfield, et de celui qui lui donne un visage aux yeux du monde, l’image même de l’homme de ce siècle confronté à l’horreur, au mépris et à la douleur.
Ce roman a obtenu le Prix Goncourt en 1983.

L’Enigme du Vatican
Fayard, 1995
- R TRI

Dans ce roman, Frédérick Tristan décrit parallèlement les tribulations savoureuses d’un jeune chrétien des années 100 de notre ère à travers les croyances et les affabulations de la Méditerranée de l’époque, et celles d’un homme d’aujourd’hui mêlé à l’un des immuables et mystérieux canevas qui, à toutes les époques, font l’histoire des puissances et des puissants de ce monde. Un manuscrit est découvert à la Bibliothèque vaticane : est-ce une œuvre du XIe siècle racontant les aventures du fougueux Basophon dans la chrétienté primitive, un faux du XVIe siècle vénitien fabriqué par l’islam ou un texte crypté par le KGB pour déstabiliser la papauté ?

Pique-nique chez Tiffany Warton
Fayard, 1998
- R TRI

Les pique-niques au château de Lord Warton sont l’occasion de fêtes où se retrouvent les personnalités les plus célèbres du moment. Tiffany, l’épouse du Lord, y invite également sa jeune amie Jane qui, à cette occasion, s’éprend du champion de tennis John Furney. Mais ce beau garçon ne serait-il pas un redoutable séducteur ? Ne serait-il pas déjà l’amant de Tiffany ? Dans l’atmosphère brillante et superficielle de ces journées, la délicieuse histoire d’amour se change bientôt en drame.

Dieu, l’univers et madame Berthe
Fayard, 2002
- R TRI

Madame Berthe, surnommée "la Gargante", règne avec superbe sur une demeure tentaculaire où se passent des événements singuliers. Un jeune écrivain tente de percer le mystère et se retrouve bientôt prisonnier d’un univers tantôt burlesque tantôt dramatique, dans lequel n’existe guère de transition entre la réalité et le rêve.
Qui sont ces jeunes femmes qui errent et vaticinent dans cette bâtisse kaléidoscopique aux cent portes ? Des souvenirs, des fantasmes ou des spectres ? Les personnages échappés d’un roman oublié sur l’étagère d’une bibliothèque ? Et cette Clara Bonheur, que le jeune écrivain va aimer, est-elle fille ou garçon ?
Mais, au fait, qui est madame Berthe ? Une veuve excentrique et richissime ? Une vieille folle ? Ou, en toute simplicité, Dieu Lui-même ?

Tao, le haut voyage
Fayard, 2003
- R TRI

Que recherche Xie Fei, l’adepte du Tao ? L’élixir de longue vie ? Le vase de la paix universelle ? Le tripode de Yu le Grand ? Accompagné d’un naïf savetier, d’un marchand cupide et d’un malfrat mal embouché - ils se sont échappés de prison -, Xie Fei va devoir affronter spectres, monstres et dragons, descendre dans le royaume des ténèbres avant de comprendre le sens réel de sa quête. Il rencontre notamment les huit Immortels, les dix-huit Luohan, la miséricordieuse Guanyin, Yama le maître de la Mort, Yao Yi la concubine de l’empereur changée en renarde, Man Yu, le barbare du Sud... Il traverse la terrible forêt Ye Zi, emprunte l’escalier aux 7000 marches du Mont Tai, visite les palais de la Reine Mère d’Occident qui se régénère à la source vitale de ses amants. Il pénètre dans les monastères du bouddhisme Chan, de la Fleur d’or et du Lingbao...

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...