Accueil > La saison culturelle > Actualité culturelle > Saison littéraire > Rencontre-dédicace avec Catherine Cusset
Rencontre-dédicace avec Catherine Cusset
Jeudi 23 septembre - 19h30
Saison littéraire - Jeudi 23 septembre - 19h30

Elle nous revient. Enfin. Après 30 années passées aux Etats-Unis, Catherine Cusset, romancière et essayiste, revient. Le fil qui la reliait à la Bretagne ne s’était pas cassé, elle qui y retournait tous les étés. C’est donc entre cette région et Paris qu’elle partagera désormais son temps.
Petite fille, elle baigne dans un milieu intellectuel, et dévore les livres en mangeant du chocolat. Déjà nourrir le corps et l’esprit. Aujourd’hui encore, la lecture reste son antidépresseur. Elle fait de brillantes études de Littérature. Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée de lettres classiques, elle écrit une thèse sur Sade et consacre son doctorat au roman libertin. Puis elle s’installe à New York en 1990 et enseigne la littérature française à l’université de Yale. La même année, elle fait une entrée discrète sur la scène littéraire avec « La blouse roumaine ». Mais En toute innocence (1995) reçoit un accueil critique enthousiaste. Sa première autofiction, « Jouir », paraît en 1997. « Le problème avec Jane » (1999, Grand prix des lectrices de Elle) est son premier roman à connaître un réel succès commercial. La reconnaissance publique et critique ne se dément pas avec ses romans suivants : « La haine de la famille’ (2001), « Confessions d’une radine » (2003), « Un brillant avenir » (2008, Prix Goncourt des lycéens), « Indigo » (2013), « L’autre qu’on adorait » (2016), « Vie de David Hockney (Prix Anaïs Nin, 2018). Fidèle à son éditeur historique, Gallimard, ses livres sont traduits dans dix-huit langues et sont souvent présents sur les listes de sélection des grands prix littéraires.

L’écriture de Catherine Cusset est efficace, directe, sans effets inutiles. Elle sert une construction parfaite et favorise la proximité avec ses personnages. L’auteure relate des morceaux de vie ancrés dans l’Histoire au travers d’hommes et de femmes qu’elle rend réels, des êtres incarnés. On retrouve dans ses romans des thèmes qui lui sont chers : le couple, le désir, la maternité, les choix de vie.
« L’écriture génère étrangement une remise en cause permanente ; l’écriture est une façon de lutter contre une forme d’aveuglement à tous les niveaux, psychologique, moral, esthétique ». Merci Madame Cusset de continuer à vous remettre en question.

La définition du bonheur

Pour Clarisse, le bonheur n’existait pas dans la durée et la continuité (cela, c’était le mien), mais dans le fragment, sous forme de pépite qui brillait d’un éclat singulier, même si cet éclat précédait la chute". Deux femmes : Clarisse, ogre de vie, grande amoureuse et passionnée de l’Asie, porte en elle depuis l’origine une faille qui annonce le désastre ; Eve balance entre raison et déraison, tout en développant avec son mari une relation profonde et stable. L’une habite Paris, l’autre New York. A leur insu, un lien mystérieux les unit. A travers l’entrelacement de leurs destinées, ce roman intense dresse la fresque d’une époque, des années quatre-vingt à nos jours, et interroge le rapport des femmes au corps et au désir, à l’amour, à la maternité, au vieillissement et au bonheur.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...