Accueil > La saison culturelle > Actualité culturelle > Saison littéraire > Rencontre-dédicace avec Nicolas Mathieu
Rencontre-dédicace avec Nicolas Mathieu
Mardi 29 mars
Saison littéraire - Mardi 29 mars - 19h30

Nicolas Mathieu, un écrivain en phase avec sa génération et son époque. Il est un enfant adepte de lecture, choyé par des parents issus d’un milieu modeste. Sa jeunesse est marquée par la prise de conscience des différences sociales, constat qu’il mettra plus tard en scène dans ses romans. Étudiant en histoire et en cinéma, il met le pied à l’étrier en écrivant des nouvelles… une forme bien courte pour un bavard. Puis le genre du polar s’impose à lui : « raconter des histoires sociopolitiques sans être ennuyeux ». Son premier livre sort en 2014. Aux animaux la guerre reçoit les prix Transfuge du meilleur espoir Polar, Erckmann-Chatrian et Mystère de la critique.
Ses modèles sont les écrivains américains du sud (Faulkner, Crews…). Comme eux, il écrit sur les petites gens et démontre que même les vies les plus humbles peuvent être mémorables. « On pense qu’une vie réussie c’est une vie marquée par l’ascension sociale alors qu’il y a des tas d’autres manières de s’accomplir ».Il écrit des fictions pour raconter le monde tel qu’il est. Nicolas Mathieu est d’ailleurs inspiré par les auteurs réalistes, Flaubert en particulier. Leurs enfants après eux, prix Goncourt 2018, est le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Une histoire qui évoque les conséquences de la désindustrialisation sur la classe ouvrière française. Nicolas Mathieu veut donner à penser et ce qui lui importe c’est la justesse.
« C’est le mouvement même de l’écriture qui me fait découvrir les personnages », des héros anonymes pour lesquels il fait preuve d’une grande empathie. Son geste d’écriture est bien plus affectif qu’intellectuel. Avec des phrases fluides qui produisent des émotions, une transparence du style rythmée par la musique des mots.
« Je pense à cette phrase de Flaubert dans sa correspondance avec George Sand : « Décrire nous venge ». J’ai la même version martiale de l’écriture. Par l’écrit, on rend les coups au temps qui passe, à la société, à la bêtise ». Nicolas Mathieu, un auteur qui excelle à raconter les strates sociales et la vanité des rapports humains avec poésie, humanité et tendresse. Quelqu’un de bien on vous dit !

Hélène a bientôt 40 ans. Elle a fait de belles études, une carrière. Elle a réalisé le programme des magazines et le rêve de son adolescence : se tirer, changer de milieu, réussir. Et pourtant, le sentiment de gâchis est là, les années ont passé, tout a déçu. Christophe, lui, n’a jamais quitté ce bled où ils ont grandi avec Hélène. Il n’est plus si beau. Il a fait sa vie à petits pas, privilégiant les copains, la teuf, remettant au lendemain les grandes décisions, l’âge des choix. On pourrait croire qu’il a tout raté. Et pourtant, il croit dur comme fer que tout est encore possible. Connemara c’est l’histoire d’un retour au pays, d’une tentative à deux, le récit d’une autre chance et d’un amour qui se cherche par-delà les distances dans un pays qui chante Sardou et va voter contre soi.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...