Accueil > La saison culturelle > Actualité culturelle > SAISON LITTÉRAIRE > Rencontre dédicace avec Patrick Poivre d’Arvor
Rencontre dédicace avec Patrick Poivre d’Arvor
Mardi 11 juin 2019 - 19h30
Saison littéraire

article © JF Paga
Patrick Poivre, dit Patrick Poivre d’Arvor, souvent surnommé PPDA, est journaliste et écrivain français. En 1970, âgé de 22 ans, il intègre le Centre de formation des journalistes (CFJ). En 1971, il est lauréat du concours « Envoyé spécial » de France Inter. Il y commence sa carrière de journaliste sous la direction de Roger Gicquel. Il est chargé des journaux du matin et de la revue de presse. Il devient ensuite grand reporter.
Présentateur du journal télévisé d’Antenne 2 de 1976 à 1983, il devient le présentateur-vedette du journal télévisé de 20 heures de TF1 de 1987 à 2008 et un personnage majeur du paysage audiovisuel français que ce soit en tant qu’interviewer ou animateur de diverses émissions littéraires.
Il inspire la création en 1988 du personnage de PPD, la marionnette centrale de l’émission de Canal+, Les Guignols de l’info. Depuis janvier 2014, il anime tous les soirs une nouvelle tranche d’information à Radio Classique entre 19h et 20h.
Également écrivain, Patrick Poivre d’Arvor a publié une soixantaine d’ouvrages, parmi lesquels Les enfants de l’aube (1982), L’irrésolu prix Interallié en 2000, ou plus récemment Un homme en fuite (2015). Ses ouvrages d’inspiration autobiographique ; Elle n’était pas d’ici (1995), Seules les traces font rêver (2013) où coécrits avec son frère Olivier Poivre d’Arvor ; Frères et sœurs (2004), Disparaître (2006) ont tous rencontré succès et estime auprès du public et de la critique.


La vengeance du loup (Grasset, 2019)
Charles s’ennuie ferme sur les bancs de l’école. Mais au fond de lui, le jeune garçon sent que sa vie est ailleurs. Il brûle d’un appétit vorace et ses rêves sont hantés par les plus hautes destinées. A douze ans, Charles perd sa mère. Elle était tout pour lui : sa confidente, son inspiratrice, son idole. Sur son lit de mort, elle lui révèle qu’il n’est pas le fils de l’homme qu’il croyait être son père. Son père biologique se nomme Jean-Baptiste d’Orgel, un acteur connu du grand public. Le monde de Charles s’écroule, il ne lui reste que son ambition…
Adolescent, Charles confronte son géniteur : Pourquoi les a-t-il abandonnés, lui et sa mère, sans jamais chercher à les revoir ? Et voici qu’une autre histoire de fils orphelin surgit, qui plonge ses racines dans les années 40 en Algérie. Guillaume, le père de Jean-Baptiste, y avait vécu une grande histoire d’amour clandestine avec une jeune algérienne, Amina, qui sera violée par trois fils de colons. Mais faire appel à un milicien factieux pour l’aider à punir les violeurs, quand on est fils du gouverneur général, ne peut que conduire à des tragédies…
En aidant son jeune loup à accéder aux plus hautes marches du pouvoir, le vieux loup va venger sa lignée maudite : attaché de cabinet, député, ministre, le jeune ambitieux monte dans l’ombre d’un certain Victor Exbrayat, qu’il finira par trahir et par « tuer » pour prendre sa place.

Des années de l’Algérie française aux palais nationaux, La Vengeance du Loup offre une grande fresque qui nous fait pénétrer dans les arcanes du monde politico-médiatique français.

En partenariat avec l’Espace culturel E. Leclerc.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...