Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Tendances, les nouveautés > Tendances N°6 - Espace Musique
Tendances N°6 - Espace Musique
Liste des nouveautés
Septembre 2004

Découverte

Ana SALAZAR
Un himno al amor

Universal
072.2 SAL
Les plus grandes chansons d’Edith Piaf à la sauce flamenco reprises par une nouvelle chanteuse de la scène espagnole.

CD Classique

- Musique de chambre

Robert SCHUMANN
Carnaval op.9, Papillons op.2, Scènes d’enfants, Arabeske
Nelson Freire, piano
Decca
3 SCH 11.11
Nelson Freire offre ici des interprétations qui comptent assurément parmi les plus belles de la discographie. La sonorité de Freire est plutôt aérienne, homogène des basses aux aigus (d’une transparence cristalline), mais, quoique très fine, toujours d’une somptueuse plénitude. Qualités particulièrement bienvenues pour clarifier (et parfois aérer) l’écriture polyphonique assez dense de Schumann ou encore pour en rendre toute la poésie.

Jean-Sébastien BACH
Suites anglaises
Christophe Rousset, clavecin
Virgin
3 BAC 11.21
Christophe Rousset signe avec ce nouveau disque la référence moderne des Suites anglaises. Superbement enregistré, avec une chaleureuse réverbération mais une définition précise des détails sonores, son clavecin est très boisé, et possède une sonorité homogène très colorée, équilibrée, centrée autour du medium. La vitalité rythmique de Christophe Rousset donne une énergie communicative à la musique, dont l’expressivité et la poésie reposent d’ailleurs tout autant sur un jeu avec le temps que sur les couleurs sonores du clavecin

Johannes (1833-1897) BRAHMS
« Forte ma dolce », l’œuvre pour orgue
François Ménissier, orgue (orgues historiques de Zaltbommel et Schramberg)
Hortus
3 BRA 11.31
Comme Mendelssohn et son maître vénéré Schumann, Brahms place son œuvre d’orgue sous le signe de la renaissance de la musique de Jean-Sébastien Bach. Sur ce point, comme beaucoup d’autres, il ne partage pas les vues de Liszt qui intègre l’orgue dans son mouvement de rénovation de la musique allemande, intitulé par lui-même « musique de l’avenir ». Considéré dans sa globalité, ce bouquet d’œuvres semble mêler, tout à la fois, des sentiments enthousiastes de jeunesse, la révélation d’un amour impossible pour une jeune élève, la douleur de la perte de l’amie intime (Clara Schumann) et la méditation du compositeur sur l’existence et les fins dernières de l’homme.

Ernest (1880-1959) BLOCH
Les 3 Suites pour violoncelle seul, Méditation hébraïque, Jervish Life n°1-3, Nirvena, Nigun
Emmanuelle Bertrand, violoncelle ; Pascal Amoyel, piano
Harmonia mundi
3 BLO 11.43
En dehors de Nigun, second volet du triptyque Baal Shem, la musique de chambre d’Ernest Bloch reste fort peu connue. Ecrites à l’intention de Zara Nelsova, la grande violoncelliste russe disparue l’an dernier, les 3 Suites rendent hommage à Bach tant par leur esprit que par la rigueur de l’agencement. La simplicité des lignes, à la limite de l’austérité, contraste avec les élans rhapsodiques si naturels dans la musique de Bach. Il en ressort une atmosphère dense, où se mêlent raison et passion, tension et résignation.

François-Adrien (1775-1834) BOIELDIEU
Concerto en ut majeur pour harpe, Sonate en sol majeur n°2 pour harpe, Romances pour voix et harpe
Isabelle Perrin, harpe, Christine Pauchet, soprano, le Collège musical, Jean-Philippe Navarre, dir.
Pavane
3 BOI 19.51
Le concerto pour harpe de Boieldieu est une œuvre teintée des charmes désuets des salons de l’époque Directoire. La jeune Isabelle Perrin en donne une interprétation virtuose sans excès, avec beaucoup de sentiments

Quatuor de saxophones Habanera
Grieg : Holberg Suite (arr.), Glazounov : Quatuor pour saxophone op.109, Dvorak : Quatuor n°12 « américain » (arr.)
Quatuor de saxophones Habanera
Alpha
374 HAB
Le talentueux Quatuor Habanera a choisi d’enregistrer un programme dont les deux œuvres majeures sont des transcriptions de Grieg et Dvorak. Le résultat dépasse toute attente et il faut souligner le remarquable travail de musique de chambre de ces quatre musiciens. Ainsi, par exemple, le quatuor « américain » de Dvorak permet à la formation de libérer son jeu et sonne véritablement comme une oeuvre originale.
Le Quatuor Habanera ouvre incontestablement de nouveaux horizons au saxophone.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...