Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Tendances, les nouveautés > Tendances n°10 - Espace Musique
Tendances n°10 - Espace Musique
Listes de nouveautés
Juillet 2005

OS MUTANTES
Everything is possible
Luaka Bop
049.2 OSM
Affiliés au courant tropicaliste, proches de Caetano Veloso, de Gilberto Gil et de Jorge Ben, les Os Mutantes devaient avoir l’air de véritables Martiens à la fin des sixties. De la bossa tordue à la parodie de Santana, en passant par le rock à guitare, ils naviguent dans un univers unique jalonné d’incroyables effets sonores.

HIDDEN CAMERAS
Mississauga Goddam
Rough Trade
2 HID 20
Proche du premier album « The Smell Of Our Own », « Mississauga Goddam » rappelle parfois les souffles divins du Polyphonic Spree ou les fines dentelles des Magnetic Fields, pris dans l’écho d’un immense sanctuaire, inondés d’une lumière filtrée par d’hallucinants vitraux. La symphonie pop a des bases limpides comme l’eau bénite, mais Gibb et sa troupe l’habillent d’arrangements modernistes, cordes et trompettes en pagaille.

Denise JAMES
It’s Not Enough To Love
Raibow Quartz
2 JAM
Le violent coup de projecteur sur la scène de Detroit suite au triomphe des White Stripes n’a pas eu que des effets heureux, mettant en avant des garage-bands au registre limité et laissant dans l’ombre des artistes plus délicats, à l’image de Denise James. Il est vrai que cette Française au regard triste ne correspond pas exactement à la tradition locale d’un rock effréné, elle qui lorgne plutôt vers la côte Ouest des glorieuses sixties. Les premiers morceaux évoquent ainsi les guitares harmonieuses des Byrds et la fausse naïveté des Beach Boys. Impossible alors de résister au charme de cette musicienne aussi douée que méconnue, dont le seul tort est d’avoir osé rêver de sunshine-pop dans une ville qui préfère ses propres inventions : techno, Eminem ou MC5.

COMPILATION
The Late Great Daniel Jonhston - Discovered Covered
Gammon Records
2 JON 20
Daniel Johnston est mort. On le découvre sur la pochette de l’album de reprises qui lui est consacré : une photo de sa pierre tombale, avec ses dates (1961-2004) et l’épitaphe "Sorry entertainer". « Discovered Covered » réunit des musiciens tels que Tom Waits, Beck, Sparklehorse avec les Flaming Lips, Mercury Rev, TV On The Radio, Eels, Jad Fair, Calvin Johnson, Vic Chesnutt et une poignée d’autres. La grande surprise de ce tribute, c’est qu’il est sacrément réussi. Personne n’essaie d’imiter Daniel Johnston, mais chacun interprète sa reprise avec invention et conviction. Ainsi, Beck a enfin retrouvé le chemin du bien, du blues et de sa guitare acoustique. Ainsi, « King Kong » joué par Tom Waits est largement à la hauteur du dernier album du cendrier chantant. La très bonne idée du projet, c’est ensuite d’avoir consacré un deuxième disque aux versions originales, qu’on redécouvre avec autant de bonheur que d’effroi. Derrière son harmonium, Daniel Johnston chante comme un enfant de chœur tombé dans les feux de l’enfer.

MERCURY REV
The Secret migration
V2
2 MER 20
« The Secret Migration » persiste à explorer des espaces folk et pop, baroques et noisy. Les violons y laissent parfois la place au piano, les envolées symphoniques « Secret For A Song » aux accalmies « First Time Mother’s Joy (Flying) ». Mercury Rev, ces ex-fous furieux qui font se connecter les Beach Boys, le free jazz, Pink Floyd et Sonic Youth, sont devenus d’élégants papillons de nuit, sans avoir perdu de leur fougue créatrice.

PINBACK
Summer In Abaddon
Touch And Go
2 PIN 20
« Summer in Abaddon » est seulement leur troisième album, il succède à un mini-lp (Offcell) passé totalement inaperçu l’an dernier, reprenant le fil d’un dialogue intime tissé depuis les premières notes du splendide « Pinback » inaugural, reproduisant toujours cette sensation magique des premières découvertes. Pinback, à l’instar de quelques autres formations discrètes comme Low ou feu Galaxie 500, n’a pas besoin d’user d’effets tapageurs pour captiver l’attention. L’allure virginale de ses chansons suffit à couper le souffle, leurs constructions minutieuses, mathématiques, diaboliques entraînent vers autant de labyrinthes que de clairières ensoleillées, abandonnent en route comme des traînées poudreuses qui enrubannent les sens un par un, provoquant autant de montées euphoriques que de plongées mélancoliques.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...