Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Tendances, les nouveautés > Tendances n°12 - Espace Musique
Tendances n°12 - Espace Musique
Février 2006

Vashti BUNYAN
Lookaaftering
Fat cat
2 BUN 30
Des arpèges légers de guitare acoustique, des notes éthérées d’un piano ou d’une harpe, une flûte à bec... une errance magique autour de la voix fragile de cette fleur des champs. Entourée entre autres de Joanna Newsom, Devendra Banhart, Adem, Adam Pierce (Mice Parade), Robert Kirby (Nick Drake...), elle nous charme, nous envoûte, à la fois contemplative et mélancolique.

Kate BUSH
Aerial
EMI
2 BUS
Non seulement l’album est double, mais en plus il n’est pas simple. Il se découpe en deux tableaux distincts, <Iet A Sky of Honey, ce second volet du diptyque ressemblant à une fresque naturaliste alors que le premier donne plutôt dans la collection d’aquarelles domestiques. Il ressort de cet ensemble une assez flatteuse impression qu’aucun des rouages du monde moderne ne trouve désormais sa place dans son horlogerie musicale en perpétuel décalage. Cette fois, Miss Kate s’est entourée de serviteurs discrets, de quelques légendes moins clinquantes (Gary Brooker de Procol Harum, Lol Creme de 10cc), et là où hier encore elle aimait se laisser engloutir, happer, violenter à l’intérieur d’une jungle d’instruments, c’est désormais son piano qui gouverne tout le reste.

The CLIENTELE
Strange geometry
Pointy
2 CLI 20
The Clientele jouit d’un culte assez étendu aux Etats-Unis, où il tourne à guichets fermés et reçoit des brassées d’éloges de la part de la presse spécialisée. A l’écoute de Strange Geometry, on se dit que cet engouement tient presque du miracle : à des années-lumière des groupes en “The” qui agitent le landernau rock, ces Anglais bien éduqués signent une pop lustrée qui reprend le flambeau autrefois brandi par les Byrds ou par les partisans de la ligne claire en vogue à la charnière des années 80 et 90.

COCOROSIE
Noah’s ark
Touch and go
2 COC
En allant chercher de tous les cotés et dans tous les réservoirs de la musique populaire avec une liberté et une fraîcheur étonnante, les sœurs Cassidy avaient enivré un temps avec leur premier album. Elles récidivent ici de façon encore plus radicale et jouent totalement dans le registre du décalage et de la folie. Elles y ajoutent même un pouvoir d’abstraction poétique qui emporte ce disque en apesanteur. Truffé de sons bucoliques, bizarres, ou directement venus du monde magique de l’enfance, la collection de ritournelles est fort plaisante et enchanteresse.

The DEAD 60’S
The Dead 60’s
Deltasonic
2 DEA 20
Encore un groupe qui revendique Punk et Post Punk comme point de départ à son aventure musicale. Mais avec The Dead 60’s, il y a le petit plus emballant, qui rend le groupe immédiatement sympathique. Sous héritage des Clash, dont ils reprennent les largesses d’esprit concernant leurs influences musicales (Ska, Reggae, Punk...) ce groupe vient, et ce n’est pas un détail, de Liverpool.

DEPECHE MODE
Playing the angel
Mute
2 DEP 70
Playing the Angel est un disque fait avec des machines, mais avec de vieilles machines. Quel son, à la fois électronique et sale, bourdonnant et scintillant, avec un souffle incroyable. Il semble que, sur ce point, l’apport du producteur Ben Hillier ait été essentiel. Hillier n’est pas très connu, mais il a tout de même réalisé un album de Blur : une référence de sacrés pinailleurs au compteur. C’est visiblement un amateur de musique électronique qui doit écouter plus souvent Pierre Henry que Depeche Mode. Mais Hillier a eu l’idée : il est allé chiner sur Internet les vieux synthétiseurs, les vieilles boîtes à rythmes des années 80, celles que Soft Cell ou Eurythmics utilisaient pour Tainted Love ou Sweet Dreams. Mais enregistrées avec la technologie mille fois plus perfectionnée d’aujourd’hui, d’où ce sentiment de matière et de souffle.

DEUS
Pocket revolution
V2 Music
2 DEU 20
Deus est de retour, et de fort belle manière, car sans bouleverser nos habitudes, le groupe accentue un peu plus l’emprise qu’il avait sur nous... jouant délicatement avec un savant mélange d’efficacité pop et d’esprit rock. Une nouvelle aventure fort séduisante !

Benjamin diamond
Out of myself
Studio K7
2 DIA
Muni d’un carré de formules extatiques (Let’s Get High ; Lights in the Sky ; Give Me the Grace ; Sun Is Shining), il donne l’impression de composer désormais les bras tendus vers le ciel, en attente d’un divin déluge qui viendrait irriguer ses chansons comme il le fit pour Brian Wilson il y a maintenant longtemps. Out of Myself est ainsi gonflé de cette énergie solaire qui, lors de ses moments les plus heureux, remue le souvenir de Todd Rundgren et autres rats de studios ayant beaucoup donné eux aussi dans la recherche des paradis artificiels

DICTAFONE
Wrapped up in a five pound note
Spozzle
2 DIC
Des chansons qui parlent de Détectives Télé, de Beauté dangereuse, de Voitures (toujours), des amis, de soldats, d’empires ratés, de mannequins allemands, d’utopie, de dieux, d’astrophysiciens, de... taille unique, dépêchez-vous.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...