Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Tendances, les nouveautés > Tendances n°12 - Espace Musique
Tendances n°12 - Espace Musique
Février 2006

Franz SCHUBERT
Symphonies n°5 et 8
Staatskapelle Dresden, W. Sawallisch, dir.
Philips
3 SCH 24

Piotr Illitch TCHAIKOVSKY
Symphonie n°5 (+ VERDI : ouverture de la Force du destin ; SIBELIUS : Valse triste)
West-Eastern Divan Orchestra, D. Barenboïm, dir.
Warner
3 TCH 24
L’utilisation des mots « Divan occidental-oriental » fait référence à un recueil de poèmes de Goethe. Ainsi que l’ont expliqué ses fondateurs, « la raison pour laquelle nous avons appelé l’orchestre ainsi provient du fait que Goethe fut l’un des premiers allemands à s’intéresser véritablement aux autres pays : il commença à apprendre l’arabe à plus de soixante ans. » L’idée du Divan occidental-oriental naquit en 1988 dans la tête de l’Israélien Daniel Barenboïm et du Palestinien Edward Said . Ils décidèrent de créer un atelier de jeunes musiciens venus d’Israël et de différents pays du Moyen Orient dans le but d’associer des études et une formation musicales à un partage des connaissances et une compréhension mutuelle entre des peuples de cultures traditionnellement antagonistes.
Le DVD contient l’intégralité du concert filmé le 6 août 2004 au Victoria Hall de Genève, un documentaire sur les répétitions et la vie de l’orchestre à Séville en Espagne, à Weimar en Allemagne et à Ramallah en Palestine, et enfin un passionnant entretien entre Daniel Barenboïm et Edward Saïd.

- Musique vocale et lyrique

Carlisle FLOYD
Of mice and men (des souris et des hommes)
G. Hawkins, A. Dean Griffey, J. Evans, Houston Grand Opera chorus and orchestra, Patrick Summers, dir.
Albany
3 CAR 35
Le chef d’oeuvre de John Steinbeck n’a pas manqué d’adaptations : toutes n’ont pas atteint la fidélité à l’intrigue et à l’atmosphère si singulière de ce roman. Ce n’est pas le cas de Carlisle Floyd (né en 1926) qui est l’auteur d’une demi-douzaine d’opéras passablement méconnus en France et qui signe - texte et musique - une œuvre remarquable de lyrisme et de réalisme tout à la fois poétique et abrupt, où l’infinie tendresse perce toujours sous la violence.
Création à Seattle en 1970.

Francesco CAVALLI
La Calisto, dramma per musica
Maria Bayo, Marcello Lippi, Simon Keenlyside, Concerto Vocale, René Jacobs, dir.
Harmonia Mundi
3 CAV 35
Un des plus grands chefs d’oeuvre lyriques du XVIIe siècle, magnifié par une distribution et un accompagnement orchestral éblouissants ! Un des meilleurs enregistrements de René Jacobs.

Francesco CILEA
L’Arlesiana
Solistes, Orchestre national de Montpellier, Friedemann Layer, dir.
Accord
3 CIL 35
L’opéra de Montpellier nous invite régulièrement à découvrir des œuvres lyriques oubliées, particulièrement dans le domaine vériste. Cette Arlésienne s’inspire, tout comme celle de Bizet, de la nouvelle d’Alphonse Daudet, publiée dans les Lettres de mon Moulin. L’opéra qui assura la notoriété de l’auteur d’Adrienne Lecouvreur, fut créé au Teatro Lirico de Milan en 1987 par le jeune Caruso. La force dramatique de cette œuvre mélancolique, dotée d’une écriture élégante, est liée à sa concision.

Gaetano DONIZETTI
Poliuto, opéra en 3 actes
Franco Corelli, Maria Callas, Ettore Bastianini, Orchestre et chœurs de la Scala de Milan, Antonino Votto, dir.
Emi
3 DON 35
Aucun autre enregistrement n’approchera la vérité musicale et dramatique survoltée de cette soirée de l’année 1960 à la Scala de Milan. Maria Callas fait son retour dans ce théâtre après 2 ans d’absence, et quel retour ! Franco Corelli est souverain dans cet opéra de ténor, disciplinant son émission sans abdiquer en rien de sa vaillance.

Christoph Willibald GLUCK
Paride ed Elena, dramma per musica en 5 actes
M. Kozena, S. Gritton, Gabrieli Consort and players, Paul McCreesh, dir.
Archiv Produktion
3 GLU 35
De l’abondante production lyrique de Gluck, la postérité n’a gardé que les seuls opéras réformés, ignorant superbement l’essentiel des opéras du compositeur. Fruit de sa troisième et ultime collaboration avec Calzabigi, Paride ed Elena n’a même pas droit au prestige qui entoure Orfeo et Alceste. L’oeuvre partage pourtant avec le premier une action des plus statiques, propice au développement musical des passions et à l’intervention du merveilleux, et avec le second un sens aigu de la tension dramatique, une maîtrise du récitatif dans toute sa diversité, depuis le secco jusqu’à l’arioso en passant par l’accompagnato

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...