Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Tendances, les nouveautés > Tendances n°12 - Espace Musique
Tendances n°12 - Espace Musique
Février 2006

Antonio VIVALDI
Arie d’opera dal fondo Foà 28 (airs d’opéras du fonds de la Bibliothque de Turin)
Sandrine Piau, Ann Hallenberg, Paul Agnew, Modo Antiquo, Federico Maria Sardelli, dir.
Opus 111
3 VIV 35
Les airs enregistrés ici, entrecoupés de quelques duetti, sont interprétés avec légèreté par quatre excellents artistes dont l’alternance empêche toute monotonie. Ceux-ci nous communiquent un appétit tonique, que ce soit dans les petits airs simples à caractère strophique ou dans les airs de bravoure, riche en vocalises, au caractère plus ambitieux.

Carl-Maria von WEBER
Oberon, opéra
Solistes, Monteverdi Choir, Orchestre Révolutionnaire et Romantique
Philips
3 WEB 35
John Eliot Gardiner propose la version originale anglaise de ce chef d’œuvre trop peu connu et enregistré. Celle-ci a le mérite de s’éloigner d’un romantisme allemand trop appuyé et de redonner à l’œuvre une grâce féerique et une poésie fantastique dignes des pièces de Shakespeare.

Riccardo ZANDONAI
Francesca da Rimini
Mario del Monaco, Magda Olivero, Orchestre et chœurs de la Scala de Milan, Gianandrea Gavazzeni, dir.
Myto
3 ZAN 35
Zandonai (1883-1944) s’est inspiré d’une tragédie de Gabriele d’Annunzio tirée d’un épisode de la Divine Comédie de Dante. Zandonai habille ce drame d’une robe orchestrale quasiment symphonique, d’une opulence et d’un raffinement inspirés des meilleurs exemples contemporains, Richard Strauss et Claude Debussy.

La Bella Noeva
Marco Beasley, chant, Accordone, Guido Morini, orgue, clavecin et dir.
Alpha
303 LAB
L’ordre des pièces se présente comme un éventail des diverses expressions amoureuses (et musicales) de l’Italie du début du XVIème siècle, période qui vit le stile moderno ou rappresentativo (monodie accompagnée) supplanter peu à peu le stile antico polyphonique. Annoncé par Emilio De’Cavalieri avec la Rappresentazione di Anima e di Corpo et Jacopo Peri avec Euridice, le « recitar cantando », expression chantée devant rendre le texte intelligible par son organisation et ses conventions d’écriture selon les besoins expressifs, a été réellement imposé en 1602. Cela grâce au recueil Nuove Musiche de Giulio Caccini, dans lequel ce dernier dit « [avoir] l’idée d’introduire une sorte de musique, de manière que l’on puisse parler presque en harmonie ».

Die Salzburger Liederabende (les récitals de lieder du festival de Salzbourg) 1956-1965
Dietrich Fischer-Dieskau, baryton, Gerald Moore, piano
Orfeo d’or
399 FIS
Cette anthologie est un cadeau du ciel, publiée à l’occasion des 80 ans de l’illustre baryton allemand. En effet, la collaboration unique de deux grands artistes délivre, dans ces documents live captés au cours de dix éditions du festival de Salzbourg, une urgence, une immédiateté exceptionnelles. Orfeo nous offre ainsi tout un pan historique de l’interprétation du lied, à travers un artiste d’exception.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...