Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Tendances, les nouveautés > Tendances n°21 - Espace Musique
Tendances n°21 - Espace Musique
liste de nouveautés
Novembre 2008

SABA
Jidka : the line
Riverboat
013.2 SAB
Son premier album, Jidka (the line) qui se compose de 12 titres pratiquement chantés en somalien, est une merveille. En somalien, la ligne, la route, se dit Jidka, c’est de cette démarcation qui permet les rencontres comme celle de son père italien et de sa mère somalienne, que Saba s’est inspirée pour parler à travers sa musique et ses chansons des femmes africaines, de la paix, de la vie.

CHANSON FRANCAISE

Joseph d’ ANVERS
Les Jours sauvages
Atmosphériques
099 ANV
Avec « Les Jours Sauvages », Joseph d’Anvers change d’univers, et quitte le dix-huitième arrondissement pour Rio et Los Angeles, sous l’égide de Mario Caldato (producteur de Björk, Beck, Beastie Boys). Money Mark, et la chanteuse de The Rodeo, s’invitent sur cet album mélodique, doté d’une instrumentation hip hop, harmonisée à des paroles poético-mélancoliques. Une bien belle réussite, qui décomplexera les aventureux d’un groove francophone.

ARNO
Covers cocktail
Delabel
099 ARN
En quinze ans, Arno a sorti sept albums originaux, deux compilations et deux lives. Pour permettre à l’artiste de souffler (et au catalogue de continuer à fructifier), sa maison de disques a imaginé « Covers Cocktail ». Une galette qui réunit vingt reprises enregistrées par le chanteur belge au cours de sa carrière. Peu de nouveautés à la carte même si le barman reste toujours aussi bon.

ARTHUR H.
L’ Homme du monde
Polydor
099 ART
Avec « L’Homme du Monde », Arthur H prend la tangente : il s’éloigne de la douceur lunaire d’ « Adieu Tristesse » pour gober le soleil, et laisser déborder son flux vital sur des dance floors psychédéliques. Entre transe futuriste et r’n’b à texte, ce nouvel opus secoue les hanches et les méninges.

Alain BASHUNG
Bleu pétrole
Barclay
099 BAS
Ce nouvel album marque un retour à la pop après l’avant-gardiste "Imprudence" : "J’ai fait la paix avec la pop music et j’ai eu à nouveau envie de mélodies, de chansons simples" explique Bashung. L’idée de base était de se concentrer sur l’interprétation donc, sur le chant. On a là en effet un album d’interprète qui s’inscrit dans la tradition d’"Osez Joséphine" (le disque) ou de "Chatterton" mais en finalement plus posé et ramassé (ce qui ne veut pas dire épuré) : disque d’interprète parce que Bashung y délaisse d’ailleurs bien souvent la guitare comme le stylo (on a vraiment du mal à imaginer Bashung en train de siroter une bière son I-book sous le nez avec son dossier "nouveaux textes" ouvert n’est-ce pas ?). Disque d’interprète encore quand il reprend du Léonard Cohen à travers la superbe adaptation de "Suzanne" faite en son temps par l’idole des veillées feux de bois Graeme Allwright ou quand il s’attaque au monument de son compère Manset, "Il voyage en solitaire", une magnifique chanson à la base et ici simplement jolie (on est objectivement loin de sa merveille d’adaptation des "mots bleus" de Christophe).

BENSE
Album
Naïve
099 BEN
Le premier « Album » de Bensé s’ouvre sur une rythmique folk, un riff d’harmonica et un texte à la première personne : Au grand jamais sonne comme la déclaration d’intention d’un jeune homme peu enclin à sacrifier ses passions à une relation amoureuse. Le titre installe la trame qui, au fil de 12 précieuses chansons, tisse peu à peu le destin de l’artiste.

Tous ces mots terribles : hommage à François Béranger
L’autre distribution
099 BER
La vie, l’amour, la révolte. S’il faut présenter l’œuvre de François Béranger à un adolescent qui ne connaîtrait pas ce chanteur majeur de l’après-Mai-68, il me semble que ces trois mots la résument parfaitement. Celui-ci est parti, il y a cinq ans. Un beau disque hommage.

Mike BRANT
Platinum collection 3 CD’s
EMI
099 BRA
Une anthologie 3 Cd avec des inédits.

Francis CABREL
Des Roses & des orties
Columbia
099 CAB
Dans notre époque superficielle et people, Francis Cabrel propose une alternative à l’artificiel : un bouquet fraîchement cueilli de 13 nouvelles chansons, autant de roses et d’orties tendues, bras levé, comme un acte de résistance. L’artiste signe là l’album le plus dense de sa carrière. La sortie de secours pour Cabrel, c’est l’amour, la tendresse et la poésie. Ses orties piquent et grattent mais ses roses à la beauté printanière n’en finissent pas de parfumer les heures passées à composer ce nouvel album.

CAMILLE
Music Hole
Virgin
099 CAM
Evidemment qu’elle est douée. Peut-être même surdouée. Qu’elle sait sans doute mieux que personne débroussailler les sons, modeler une musique organique, ouvrir une nouvelle voie dans une chanson qui a longtemps campé sur son intouchable tradition. Evidemment qu’elle est gonflée, et que ce disque-là plus encore que le précédent s’aventure sur le terrain mouvant de l’expérimentation... Mais au point aussi de perdre pied dans les méandres d’un « Music Hole » attirant comme un précipice, et dont on peine parfois à percevoir le fond tant la forme y est prégnante. Camille chante en anglais (en français pour les choeurs) ; travaille sa voix sans retenue, avec virtuosité. Joue sans cesse sur les sens et sur les sons, qu’elle ponctue de bruitages naturels et de percussions corporelles : la gorge, les doigts, le buste...
Tout ici devient instrument - seul un piano classique s’invite sur quelques titres. Mais à tant vouloir inventer, Camille en oublie souvent l’essentiel : la mélodie, simple et directe, qui porte l’émotion. Voilà donc l’hiatus : ses morceaux sophistiqués forcent le respect mais ne bouleversent guère. Et lorsque subitement une petite mélodie surgit (comme la jolie valse de « Cats and dogs »), que Camille chante dans la douceur sans plus chercher à épater, elle redevient irrésistible. Surdouée, toujours, et accessible. Plus dissimulée derrière la performance.

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...