Accueil > Les collections > Bibliographies > Musique, Cinéma, Arts & Loisirs > Arts > Dossiers de l’art > Velasquez
Velasquez

Cycle de conférences sur l’art

Vélasquez - samedi 1er février - 15h Auditorium par Armand Sokolowski

Du Greco à Goya : la grandeur de la peinture espagnole

Le cycle précédent était consacré au siècle d’or néerlandais. Le nouveau cycle, divisé en quatre parties, s’étendra du règne de Philippe II d’Espagne et son engagement dans la Contre-Réforme, jusqu’au siècle des Lumières représenté par l’art de Goya. Un accent particulier sera mis sur les liens profonds noués par les différents centres de la pensée et de l’art. Comment l’art d’inspiration byzantine, flamande, néerlandaise et italienne est venu s’ajouter au creuset local pour sublimer la matière picturale jusqu’à créer un autre siècle d’or. Il sera d’abord question de la peinture du Greco, puis de celle de Zurbarán et de Murillo. La troisième rencontre sera consacrée à Vélasquez, la quatrième et dernière à Goya.

El Greco - Samedi 12 octobre

Zurbarán et Murillo - samedi 14 décembre

Vélasquez - samedi 1er février

Goya - samedi 25 avril


Diego Velasquez 1599-1660

qui êtes-vous ?, c’est la question qu’on aimerait poser à l’auteur des mystérieuses Ménines qui ont sollicité Michel Foucault, Picasso et tant d’autres. Quand on regarde le tableau, tous les éléments sont évidents, et pourtant, on ne comprend rien à ce qui s’y passe... Plus on regarde l’œuvre de Vélasquez attentivement, que ce soit la peinture de cour, la peinture religieuse ou les paysages, plus le peintre échappe à toute définition hâtive, voire à toute époque précise. « Ce génie protéiforme » transfigure tout ce qu’il peint et ne peut entrer dans aucune catégorie particulière. Ni portraitiste, ni paysagiste, ni peintre de natures mortes, ni peintre religieux. On a l’impression que toutes ses toiles ne sont pas de sa main tant elles traversent les siècles en un éclair. C’est ce qui amène tous les débats sur l’attribution exacte de ses œuvres et quelques erreurs de paternité par les meilleurs spécialistes...

Il arrive qu’on perde Vélasquez de vue. Son Mars fatigué, terriblement moderne, semble avoir été peint par Lovis Corinth vers 1900 et le portrait de son beau-père, Pacheco, préfigure la manière dont Lucian Freud traitera son autoportrait, Reflection, en 1985… Vélasquez est un peintre qui met dans l’embarras. Il brouille les pistes comme il brouille les visages en surface pour mieux sonder les âmes. Son pinceau touche juste, comme d’instinct, et la personne est mise à nu d’un geste. La touche précise des premières années avec ses modelés rigoureux finira par pénétrer l’apparence pour ne plus révéler que l’intériorité du modèle. Son Démocrite, son Ésope et bien sûr son Portrait d’Innocent X sont des œuvres magistrales à cet égard. L’œil du Pape renvoie au spectateur cette courte panique d’un moment de pose qui se transforme subrepticement en radiographie de l’âme.

L'Imposition de la chasuble à saint Ildephonse 1623 - Musée des Beaux-Arts, Séville Vélasquez naît à Séville en 1599, dans une famille de petite noblesse. La ville connaît alors l’apogée d’un développement spectaculaire, fondé sur une activité portuaire tournée vers l’Amérique. L’installation de nombreux ordres religieux à vocation missionnaire favorise une intense activité artistique. Séville est en outre une ville d’humanistes et de poètes qui se réunissent dans des académies littéraires également fréquentées par le clergé érudit de la cathédrale et par les grands aristocrates.
Peintre parfois maladroit mais bon théoricien, excellent pédagogue, Francisco Pacheco (1564-1644) est l’un de ces beaux esprits. Entré chez lui en apprentissage en 1611, Vélasquez se fait remarquer, dans ce milieu académique, par son goût pour le travail d’après nature et pour le portrait ; il obtient sa licence de peintre en 1617 et, ayant épousé la fille de Pacheco, Juana, il mène à Séville, jusqu’en 1623, une carrière indépendante.
Son goût du réel s’impose dans ses tableaux, mais surtout dans deux genres précis, le portrait et la nature morte, ou les scènes de cuisine ou de marché : probablement inspiré par les peintures flamandes et par les scènes de genre
de l’Italie du Nord, influencé par le climat littéraire picaresque, Vélasquez rompt Luis de Gongora (Museum of Fine Arts, Boston)avec la tradition sévillane en imaginant des scènes de cuisine ou de taverne. À peine est-il rentré à Séville que meurt l’un des peintres de la cour ; poussé par le cercle de Sévillans réunis par le Premier ministre, le comte d’Olivares,
Vélasquez reprend le chemin de la capitale ; il peint avec succès le portrait (perdu) du jeune Philippe IV et, en octobre 1626, il est nommé peintre du roi.

Son installation à Madrid change radicalement le cours de sa carrière : désormais Vélasquez travaille uniquement pour le roi et pour quelques courtisans amateurs.
Le premier but du voyage de Vélasquez à Madrid en 1622 n’est pas d’obtenir une place à la cour mais d’élargir sa culture artistique en visitant l’Escorial et Tolède ; l’influence du Greco se devine dans L’Imposition de la chasuble à saint Ildephonse (musée des Beaux-Arts, Séville) et dans Luis de Gongora (Museum of Fine Arts, Boston), œuvre qui semble sculptée dans une pâte épaisse, portrait sans concession qui révèle magistralement l’inquiétude qui ronge le poète qui avait rencontré El Greco et en avait fait l’éloge funèbre.

Début article



Découvrir Velasquez en quelques images

Vidéos du Grand Palais

L’exposition Velázquez au Grand palais en 2015

Tout regarder

le peintre et la princesse

La forge de vulcain

Les ménines

Velázquez : père de la peinture moderne


Début article



Chronologie - Biographie

Séville

Adoration des mages1541 - Naissance du Greco.
1577 - Naissance de Rubens.
1583 - Naissance de Frans Hals.
1588 - El Greco ; L’Enterrement du comte d’Orgaz. Défaite de « L’Invincible Armada ».
1590 - Naissance de Georges de la Tour.
1591 - Naissance de José de Ribera.
1598 - Naissance de Francisco de Zurbaran et du Bernin. Edit de Nantes. Mort de Philippe II.
1599 - Baptême de Vélasquez à Séville le 6 juin. Naissance d’Anton van Dyck. La flotte espagnole tente d’envahir l’Angleterre, sans succès.
1600-1601 - El Greco : Le Cardinal Fernando Niño de Guevara.
1606 - Naissance de Rembrandt
1607 - Le Caravage : David et Goliath
1609 - Premier apprentissage chez le peintre Francisco de Herrera le Vieux à Séville. Début de la trêve de douze ansdans le long conflit entre les Provinces-Unies des Pays-Bas et l’Espagne. (Guerre de Quatre-Vingts Ans, 1568-1648). Expulsion des Morisques d’Espagne.
1610 - Second apprentissage chez le peintre Francisco Pacheco à Séville. Vielle faisant frire des oeufs
Mort à 38 ans du Caravage.
1611 - Signature du contrat d’apprentissage de 6 ans.
1612 - Rubens et Frans Snyders : Prométhée supplicié
1614 - Mort du Gréco.
1616 - Frans Hals : Banquet des officiers du corps des archers de Saint-George.
1617 - 14 mars, obtention de sa licence de maître-peintre. L’Immaculée Conception pourrait être la première œuvre de Vélasquez, il l’aurait peinte à l’âge de 17 ou 18 ans. L’influence de son maître Pacheco est encore visible, mais déjà sublimée par une force picturale sans commune mesure avec la peinture de son maître. L’Éducation de la Vierge , Trois Musiciens .
1618 - 23 avril mariage de Vélasquez avec Juana Pacheco, fille de son professeur. Vieille faisant frire des œufs, Le Christ dans la maison de Marthe et Marie.
Naissance De Bartolomé Estéban Murillo.
1619 - Naissance de sa fille Francesca.
L’Adoration des Rois Mages.
1620 - La Cène d’Emmaüs, aussi connue comme La Mulâtre et Scène de cuisine avec la Cène d’Emmaüs ; Le Porteur d’eau de Séville ; Portrait de Francisco Pacheco. Van Dyck : Soleil couchant avec Berger.
1621 - Naissance d’Ignacia sa seconde fille. La trêve de 12 ans prend fin. Mort de Philippe III. Philippe IV lui succède.  Le Christ dans la maison de Marthe et Marie.
1622 - Avril, voyage à Madrid, il découvre les collections royales mais ne parvient pas à peindre le portrait du roi.
1623 - Avril, voyage à Madrid avec Pacheco et son esclave-assistant Juan de Pareja. Il peint le Portrait de Luis de Góngora y Argote. Portrait du roi Philippe IV ; Portrait d’homme (selon certains chercheurs il pourrait s’agir d’un autoportrait de jeunesse)

Premier voyage en italie

1629 - Premier voyage en Italie, il est à Rome en octobre après avoir vu Venise.
1630 - Séjour à Naples et rencontre avec le peintre José de Ribera surnommé El Espaňoleto, en raison de sa petite taille une des figures majeures du Siècle d’or espagnol. Vélasquez peint La Forge de Vulcain ; Vue du jardin de la Villa Médicis à Rome ; Vue du jardin de la villa Médicis à Rome (entrée de la grotte). Frans Hals : Malle Babbe.

Haut de pageVelasquez en vidéos
Haut de pageBiographie
Début article



Seconde période madrilène

1631 - Retour à Madrid. Peinture du Prince Baltasar et son nain. - Portrait de Philippe IV de brun et d’argent ; Tentation de Saint Thomas d’Aquin ; Le Christ crucifié, ou le Christ de San Placido : c’est un nu frontal, sans contexte narratif avec lequel Vélasquez fait une démonstration de sa maîtrise et permet au spectateur de saisir la beauté physique et l’expression sereine de la figure du Christ. Selon Pacheco fait de représenter naturellement le Christ debout sur le marchepied, sans cette horrible torsion, convient à la majesté et la grandeur du Christ notre Seigneur. Par sa spiritualité et son mystère, cette œuvre a inspiré à l’écrivain et philosophe espagnol Miguel de Unamuno un long poème intitulé Le Christ de Velázquez.
1632 - Rembrandt : L’enlèvement d’Europe. Naissance de Vermeer.
1633 - Francesca épouse le peintre et assistant de Vélasquez, Juan Bautista Martinez del Mazo. Vélasquez est nommé huissier de la chambre. Zurbaran : Sainte Agathe ; Nature morte avec citrons, oranges et tasse ; La Défense de Cadix. Le Bernin achève le Baldaquin de Saint-Pierre-de-Rome. Galilée est condamné par l’Inquisition.
1634 - Vélasquez est nommé officier de la garde-robe, charge qui prévoit la conservation des œuvres d’art et transfère sa charge d’huissier à son gendre. Zurbaran.
1635 - La Reddition de Breda. Le tableau a été peint pour décorer le salon des Royaumes du palais du Buen Retiro. Le Salón de Reinos était la pièce la plus prestigieuse de l’ensemble, car c’était là que Philippe IV recevait les ambassadeurs et autres autorités étrangères. Afin de les impressionner avec une image du pouvoir guerrier et économique, il avait été décidé de décorer ce grand salon avec des représentations des principaux succès militaires de l’Espagne.
À côté des tableaux relatant des batailles, on a commandé une autre série de peintures, dues à Francisco de Zurbarán, sur les Travaux d’Hercule, personnage mythique que les rois d’Espagne considéraient comme un de leurs ancêtres. A. Hugon décrit ainsi la série des douze batailles : sur les murs nord et sud de la pièce, douze grandes scènes de batailles réalisées par des peintres du roi illustraient les principales victoires de la monarchie entre 1622 et 1634, dont les victoires de 1625 : La Reddition de Breda par Vélasquez, La Défense de Cadix face aux Anglais par Zurbarán, La Récupération de Bahia par Maino, Le Secours de Gênes par Antonio de Pereda et L’Expulsion des Hollandais de San Juan de Porto Rico par Eugenio Cajés". L’historien mentionne également une œuvre de Jusepe Leonardo, trois de Vincenzo Carducci, une de Félix Castello et une dernière, perdue depuis, de Cajés. Excepté un tableau détruit (un des deux qu’a peints Zurbarán), la série est exposée au musée du Prado.
Vélasquez déroule la scène sans vaine gloire ni effusion de sang. Les deux protagonistes sont au centre de la scène et semblent dialoguer comme des amis plus que comme des ennemis. Justin de Nassau apparaît avec les clés de Breda à la main et fait le geste de s’agenouiller, geste qui est interrompu par son rival qui pose une main sur son épaule et l’empêche de s’humilier. Sur ce point, c’est une rupture avec la traditionnelle représentation du héros militaire, qui est représenté dominant le vaincu et l’humiliant. On s’éloigne également du hiératisme qui dominait dans les tableaux de batailles. Vélasquez représente avec réalisme le général Spinola, qu’il connaissait personnellement, car ils avaient voyagé ensemble en Italie en 1629. On retrouve ce même réalisme et caractérisation des individus dans les visages des soldats, qui sont traités comme des portraits. Zurbaran : Agnus Dei ; Saint Hugues au réfectoire des Chartreux. Rubens : Les Trois Grâces. Van Dyck : Charles Ier à la chasse ; Triple portrait de Charles Ier ; La Déploration du Christ. Louis XIII déclare la guerre à l’Espagne de Philippe IV.
1636 - Rembrandt : L’Aveuglement de Samson. Le Cid par Pierre Corneille.
1637 - Frans Hals et Pieter Codde : La Compagnie du capitaine Reinier Reael et du lieutenant Cornelis Michielsz Blaeuw, dit La Maigre Compagnie.
1638 - Mort de Pieter Bruegel le Jeune.
1639 - Pacheco rédige son testament en faveur de sa fille Juana. Zurbaran : Saint Luc en peintre devant la crucifixion.
1640 - Mort de Rubens. Le roi accorde à Vélasquez une pension d’avance sur travaux de 500 ducats annuels.
1642 - Vélasquez aide Murillo à obtenir le droit de copier les collections royales. Mort de Richelieu, Mazarin lui succède. Mort de Galilée et du peintre italien Guido Reni. Le navigateur hollandais Abel Tasman découvre ce qui deviendra la Tasmanie, les îles Tonga et la Nouvelle-Zélande.
1643 - Vélasquez est nommé surintendant des travaux royaux.
1645 - Murillo : Le Jeune mendiant.
1646 - Vélasquez est chargé des responsabilités des appartements royaux. La Dame à l’éventail . Murillo : La Cuisine des Anges
1647 - Vélasquez est nommé intendant des travaux de la salle octogonale du palais royal.
1648 - Le roi d’Espagne augmente son salaire à 700 ducats annuels.

Haut de pageBiographie
Début article



Second voyage en Italie

1649 - Deuxième voyage en Italie officiellement pour acquérir des œuvres d’art.
En Angleterre, le roi Charles II est décapité et la république proclamée.
1650 - Vélasquez demeure à Rome et au Vatican. Peint Le Portrait du pape Innocent X. Il est élu membre de l’académie de Saint-Luc de Rome. Vélasquez affranchit son esclave, Juan de Pareja à Rome. Murillo : La sainte Famille à l’oisillon.

Troisième période madrilène

1651 - Vélasquez rentre à Madrid en juin
et peint la Vénus à son miroir.
1652 - Les importantes collections qu’il a achetées en Italie arrivent en Espagne. Le Bernin : La Transverbération de sainte Thérèse.
1653 – Philippe envoie un portrait de l’infante Marie-Thérèse réalisé par Vélasquez à la cour d’Autriche. En Angleterre Cromwell instaure une dictature personnelle.
1654 – Mort de Francisco Pacheco.
1655 - Vélasquez reçoit l’ordre de s’installer dans une des dépendances du château de l’Alcázar royal de Madrid.
1656 - Vélasquez peint Les Ménines. Il supervise aussi l’installation des œuvres d’art à l’Escorial. Mort du peintre hollandais Gerrit van Honshort.
Blaise Pascal publie Les Provinciales
1657 - Les Fileuses. La France et l’Angleterre de
Cromwell contre l’Espagne.
1658 - Vélasquez est fait chevalier de l’ordre de Saint-Jacques.
1659 - Zurbaran : Saint François (Musée des Beaux-arts de Lyon)
1660 - Vélasquez organise la décoration du pavillon espagnol à l’occasion de la signature
Haut de pageBiographie
Début article



Bibliographie

Espace Arts, 2ème étage

Diego Vélasquez ou le réalisme sauvage
Un film de Karim Aïnouz
Arte vidéo dvd
ART 759.046 VEL disponible ?

Extrait du film - Les premières années de Diego Velázquez

Les Plus belles œuvres de Vélasquez
Johann Protais et Eloi Rousseau
Larousse
ART 759.046 VEL disponible ?

Vélasquez
Elena Ragusa
Flammarion
ART 759. 046 VEL disponible ?

Vélasquez, une vie
Bartolomé Bennassar
Fallois
ART 759. 046 VEL BIO disponible ?

Vélasquez
Yves Bottineau
Citadelles & Mazenod
ART 759. 046 VEL disponible ?

Haut de pageBiographie
Haut de pageBibliographie
Début article



L’Age d’or espagnol
Danièle Boone
Ides & Calendes
ART 759.946 BOO disponible ?

Manet-Vélasquez :
la manière espagnole au XIXe siècle

Réunion des Musées nationaux
ART 759.054 MAN disponible ?

Dali 
l’œuvre et l’homme

Robert Descharnes
La Bibliothèque des arts
ART 759.063 DAL disponible ?

Picasso et les maîtres
Réunion des Musées Nationaux
ART 759. 063 PIC disponible ?

Francis Bacon :
le sacré et le profane

Michael Peppiatt
Fondation Dina Verny | Musée Maillol
ART 759.064 BAC disponible ?

Francis Bacon :
le sacré et le profane

Christain Guyonnet
Artstudio dvd
ART 759.064 BAC disponible ?

Espace histoire (1er étage)

Histoire de l’Espagne
Joseph Perez
Fayard
HIS 946 PER disponible ?

L’Espagne de Velasquez

Haut de pageVelasquez en vidéos
Haut de pageBiographie
Haut de pageBibliographie
Début article

Version imprimable de cet article Imprimer

Rester connecté

Newsletter :

Articles liés :

Voir aussi ...